Pharmag n°19 jan à jun 2010
Pharmag n°19 jan à jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de jan à jun 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : OCP Répartition SAS

  • Format : (180 x 270) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : la pharmacie en Grande-Bretagne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Parcours Avant l’intervention : brief auprès des équipes et vérification du matériel Christian Mœsch, pharmacien sapeur-pompier « Prouver ses compétences 8 Pharmag n°19 Une fois son parcours étudiant achevé à la faculté de pharmacie de Limoges, Christian Mœsch a enchaîné sur une carrière universitaire. En parallèle de son activité professorale, il est pharmacien-commandant au Service départemental d’incendie et de secours de la Haute-Vienne depuis bientôt dix-huit ans. Quelles sont les étapes de votre parcours professionnel ? « Pendant mes études de pharmacie, à la fin des années 1970, j’étais moniteur de TP de chimie organique à la faculté de pharmacie. Devenu pharmacien, j’ai choisi la carrière universitaire : d’abord un poste d’assistant en chimie organique, puis de maître-assistant et, enfin, de maître de conférences. Nommé professeur des universités en 1994, j’ai créé entre-temps un DEUST 1 de conseiller en hygiène et environnement des collectivités, qui m’a conduit à enseigner de front chimie organique, hygiène, sécurité et environnement. J’exerce toujours mon professorat en hygiène, hydrologie, environnement au CHU de Limoges, où j’ai la responsabilité de l’UF de toxicologie analytique environnementale et de santé au travail. » Comment avez-vous rencontré les sapeurs-pompiers ? « Le DEUST que j’ai créé portait sur des enseignements en hydrologie, toxicologie de l’environnement, sécurité et santé au travail. Qui dit sécurité dit notamment prévention, une responsabilité qui incombe aux officiers préventionnistes des SDIS 2. Pour organiser cet enseignement, je me suis rapproché du SDIS 87 par l’intermédiaire d’un ami, le lieutenant-colonel Claude Lorgue, pharmacien hospitalier et pharmacien sapeurpompier volontaire. C’est lui qui m’a transmis le virus : j’ai signé mon engagement en 1993. » Quelles sont les missions des pharmaciens sapeurs-pompiers ? « Il faut distinguer pharmacien sapeur-pompier professionnel et pharmacien sapeur-pompier volontaire. Les SDIS ont besoin de pharmaciens avant tout pour gérer leur PUI 3, dans laquelle figure notamment l’oxygène, premier médicament de l’urgence, présent à bord de tous les VSAV 4. Les SDIS fonctionnaient initialement à l’aide de pharmaciens volontaires, puis l’ampleur de l’activité et l’évolution de la législation pharmaceutique ont motivé la création de postes de pharmaciens sapeurs-pompiers professionnels. À côté de ce travail de base, il y a la gestion des risques technologiques et l’évaluation de la toxicité pour
Sur le terrain : combinaison, caméra thermique… des outils spécifiques face au risque chimique volontaire dans l’action » l’environnement : participation aux missions de prévision et de prévention, organisation et participation aux manœuvres, interventions. Cette activité peut être très motivante pour les pharmaciens volontaires, qui sont majoritairement des officinaux. Au-delà de l’attrait du terrain — rapidité des évaluations et des décisions —, ces missions valorisent toutes les compétences du diplôme de pharmacien. » Qu’est-ce qui motive votre propre engagement ? « C’est justement cette valorisation de nos connaissances sur le terrain. Face au risque chimique, plusieurs acteurs sont susceptibles d’intervenir, notamment le médecin pour gérer les aspects cliniques et l’ingénieur-chimiste pour livrer son expertise sur le produit en cause. Avec ses connaissances en chimie et en clinique, le pharmacien est le coordinateur idéal entre ces deux spécialistes, qui ne parlent pas vraiment le même langage. Et, s’il est seul à intervenir, sa formation polyvalente lui permet d’évaluer efficacement la situation pour définir le cas échéant des périmètres de sécurité, des mesures d’évacuation des populations ou des mesures environnementales. » Quels conseils donneriez-vous aux étudiants intéressés par cette voie ? « Il n’y a en général qu’un poste de pharmacien sapeurpompier professionnel par département (sauf pour de gros départements) et les postes étant relativement pourvus depuis les années 2000, les recrutements de professionnels sont maintenant moins nombreux. En revanche, les débouchés au niveau du volontariat Infos clés S’informer et se former Le site de la Fédération nationale des sapeurspompiers de France (www.pompiers.fr) présente les missions du pharmacien volontaire au sein d’un SSSM * et précise comment postuler. Le DIU ** de pharmacien sapeur-pompier s’effectue en deux semaines entre les universités de Bordeaux-II et de Limoges, qui ont passé une convention avec l’ENSOSP ***. Il s’adresse autant aux pharmaciens sapeurs-pompiers volontaires qu’aux professionnels et porte sur les risques technologiques, la pharmacie à usage intérieur des SDIS, la toxicologie de l’environnement et la médecine d’urgence. Cet enseignement applicatif complète les bases plus théoriques des études de pharmacie. * Service de santé et de secours médical. ** Diplôme interuniversitaire. *** École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers. existent toujours. Il faut apprendre à connaître le métier de sapeur-pompier et avoir la capacité d’intégrer une équipe et de s’y faire respecter (les pharmaciens volontaires sont officiers). Et ce n’est pas le diplôme seul qui fait la reconnaissance. Prouver ses compétences dans l’action et faire preuve de disponibilité sont les meilleurs atouts. Les missions d’intervention sont par nature imprévisibles : il faut pouvoir répondre au bip à chaque fois qu’il sonne et concilier cette disponibilité avec son propre exercice professionnel. » 1. Diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques. 2. Services départementaux d’incendie et de secours. 3. Pharmacie à usage intérieur. 4. Véhicules de secours et d’assistance aux victimes. + d’infos sur www.pharmag.fr Rubrique Carrières/Portraits Pharmag n°19 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :