Pharmag n°17 mai/jun/jui 2009
Pharmag n°17 mai/jun/jui 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de mai/jun/jui 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : OCP Répartition SAS

  • Format : (180 x 270) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : toxicomanes à l'officine, une prise en charge délicate.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 ››› TRAJECTOIRES Trois ans après son doctorat en pharmacie, quand Évelyne Barathe-Tabourin s’est installée en officine à Nevers en 1984, elle n’avait pas imaginé qu’une vingtaine d’années plus tard, sa clientèle compterait chaque semaine plus d’une quinzaine de personnes en désintoxication. La prise en charge de ces patients hors norme est difficile mais riche en enseignements. Témoignage sur une expérience de terrain. Toxicomanes àl’officine : une prise en charge délicate Quand la toxicomanie est-elle apparue parmi la clientèle de votre officine ? « En 2004, un centre de soins spécialisés pour les toxico manes a ouvert ses portes à Nevers. Jusque-là, je n’avais presque jamais servi de toxicomane et, aujourd’hui encore, je ne délivre que rarement du matériel d’injection. Le centre a l’obligation de prendre en charge toutes les personnes qui ont une injonction pénale de désintoxication. Et il y en a de plus en plus… L’indication théorique des TSO* est le toxicomane lourd, qui consomme depuis des années et a échoué dans ses tentatives de sevrage. Ces traitements s’inscrivent dans le cadre d’une prise en charge Formation OCP : dialoguer dans les situations difficiles médicale, sociale et psycho - logique. La première fois que j’ai eu à délivrer de la buprénor - phine, j’ai été surprise. Je n’avais pas l’habitude de gérer ce type de médicament. Au début, je les comman dais en petites quantités. Aujour d’hui, avec l’AMM** de la méthadone en 2008 en plus des BHD***, la quantité est devenue beaucoup plus importante. Je dé livre en moyenne 3 000 flacons par mois. » La prescription et la délivrance des TSO sont très réglementées. Comment cela se gère-t-il au comptoir ? « Le protocole de délivrance est très strict. Il faut vérifier la receva bilité de l’ordonnance, qui doit Comment faire face à l’agressivité de certains patients « particuliers » (drogués, personnes en souffrance) ? Comment gérer le stress de patients porteurs de pathologies évolutives à qui l’on vient d’annoncer, par exemple, une récidive ? Comment entrer en relation en leur apportant la « juste » attention ? La formation OCP Professionnaliser le dialogue dans les situations difficiles répond à ces questions. Elle permet aux pharmaciens, comme aux préparateurs, d’acquérir en une journée un savoir-faire et un savoir-être qui rendent plus fluides leurs relations, les protègent et leur apportent plus d’assurance sur les plans professionnel et personnel. Pour en savoir plus : www.ocp.fr ou tél. : 01 49 18 72 44 être établie sur un support sécurisé, s’assurer qu’il n’y a pas de chevauchement avec une autre prescription — la durée maximale de prescription est de 14 à 28 jours selon les médicaments —, délivrer la quantité exacte de médicaments en unités de prise, en déconditionnant des boîtes si nécessaire, et donner les conseils de bon usage. Après le départ du patient, il faut renseigner le registre des ordonnances, tenir celui des entrées et des sorties de stupéfiants… Sans doute à cause des quantités importantes que je délivre, j’ai déjà été contrôlée par l’Inspection des pharmacies. » Quel est le profil de ces clients ? Comment les abordez-vous ? « Il y a encore trois ou quatre ans, c’étaient principalement des jeunes. Maintenant, la tranche d’âges s’est élargie : des adolescents jusqu’aux adultes approchant la cinquantaine. Je pense notamment à un homme de 42 ans, porteur d’une hépatite active, qui a replongé trois ans après une première désintoxication… Ce sont des personnes en très grandes difficultés psychologiques et sociales, au comportement imprévisible. Nous som-
mes parfois confrontés à des situations complexes à gérer. Nous faisons ce que nous pouvons pour les conseiller, tout en ayant conscience des trafics auxquels certains s’adonnent. Quand on me demande un flacon de 40 mg et un de 20 mg pour une prescription de 60mg sous prétexte de mauvaise tolérance de la dose, j’imagine bien que les 20mg risquent d’être revendus. » Est-ce que vous collaborez avec le centre de soins de votre ville ? « J’ai accepté de faire partie du conseil d’administration du centre. Nous avons trois à quatre réunions techniques et administratives par an, mais jamais de discussions d’ordre thérapeutique. Il n’y a ni pharmacien ni médecin permanent au centre, seulement des travailleurs sociaux. Les consultations médicales sont assurées à jours fixes par des praticiens extérieurs. » Quels conseils donneriezvous à propos de la clientèle des TSO aux étudiants qui se destinent à l’officine ? « Toutes les officines reçoivent un jour ou l’autre des toxico - manes, soignés ou non. Le diplôme de pharmacien donne une connaissance théorique de la toxi comanie, mais accueillir les personnes qui en souffrent est une difficulté à laquelle nos études ne nous préparent pas. C’est pourtant une clientèle qu’il faut servir au même titre que tout autre patient. La première règle est de garder son calme en toutes circonstances, tout en se montrant ferme. Certains tentent de contourner la réglementation, et parfois le ton monte… Ce n’est pas de tout repos, mais cela fait partie de notre métier. Nous nous devons de les accompagner. » ■ * Traitements de substitution aux opiacés. ** Autorisation de mise sur le marché. *** Buprénorphine haut dosage. @ + d’infos sur www.pharmag.fr Des compléments sur le sujet L’i njonct ion thérapeutique L’usage de stupéfiants est à la fois une infraction à la loi et un problème de santé publique. La loi prévoit un traitement judiciaire et sanitaire de l’usager interpellé. L’injonction thérapeutique est l’obligation pénale de suivre une cure de désintoxication ou d’être placé sous surveillance médicale. Si l’infraction est légère, elle peut être proposée par le procureur de la République comme condition pour suspendre les poursuites. Si l’infraction est plus lourde, l’injonction est prononcée par le juge d’instruction, lors de la phase préparatoire du procès. Le non-respect de cette obligation peut entraîner la détention provisoire. L’injonction thérapeutique peut encore faire partie de la peine au moment du jugement. Dans les trois cas, l’usager de stupéfiants peut refuser ce traitement médical avec pour alternatives soit la poursuite, soit la détention provisoire, soit la peine d’emprisonnement. Les soins thérapeutiques sont dispensés par des médecins ou des psychiatres et peuvent prendre plusieurs formes : aide sociale, accompagnement psychologique, traitements médicamenteux… 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :