Pharmag n°13 fév/mar/avr 2008
Pharmag n°13 fév/mar/avr 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de fév/mar/avr 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : OCP Répartition SAS

  • Format : (180 x 270) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 874 Ko

  • Dans ce numéro : pharmacien dans l'agroalimentaire, plutôt prévenir que guérir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 ››› ACTU & ENJEUX La vaccination au cœur d’un piquant Malgré une politique vaccinale qui a fait ses preuves en France, certaines personnes regroupées en associations de patients émettent encore des doutes sur l’efficacité des vaccins. Des controverses qui alimentent le débat. En un demi-siècle, la généralisation de la vaccination a permis d’éliminer un nombre considérable de fléaux infectieux. Grâce aux campagnes d’éradication, certaines maladies comme la variole ont même complètement disparu de la planète. Et, si le BCG n’est plus obligatoire en France depuis 2007, trois vaccinations sont encore imposées et généralement injectées via un vaccin pentavalent*, remboursé par la Sécurité sociale (voir encadré Piqûre de rappel). Pour une pathologie comme la grippe, les politiques d’incitation à la vaccination (notamment chez les personnes âgées), comme le remboursement du vaccin, ont permis de faire chuter la mortalité de 25 000 décès dans les années 1970 à 230 durant l’hiver 2004** ! À l’heure actuelle, en France, le fait de se soustraire à l’obligation vaccinale peut déboucher sur des Jean Murbach, pharmacien à Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin) Comment jugez-vous la politique vaccinale française ? « Cette politique est cohérente et couvre l’ensemble des grandes pathologies auxquelles la population est exposée, comme la polio ou le tétanos… Dans ce dispositif, le pharmacien intervient pour délivrer le vaccin, mais également conseiller le patient dans sa démarche. » sanctions pénales comme le retrait de l’autorité parentale ou une amende***. Pourtant, le monde médical reconnaît que certains vaccins comportent des risques, allant du simple malaise à des altérations sérieuses de la santé du patient. Les Français se montrent d’ailleurs de plus en plus méfiants à l’encontre de cette obligation (voir Témoignage). Dans le cas de pathologies comme la rougeole ou la rubéole, ils craignent des complications ou considèrent ces maladies comme bénignes, alors qu’elles continuent chaque année à tuer des enfants dans le monde. « Affaiblissement de l’immunité naturelle ? » Certaines associations comme Action Santé Libertés ou la Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations revendiquent le droit au Pensez-vous que les patients soient plus inquiets qu’autrefois ? « En trente ans, je crois que les patients sont devenus plus interrogatifs. Ce qui me frappe, c’est que les pouvoirs publics tiennent autant compte du scepticisme ou des rumeurs de la blogosphère. Une méfiance qui a par ailleurs augmenté avec la récente controverse autour des conséquences du vaccin de l’hépatite B… » libre choix de la vaccination. Si elles s’appuient parfois sur la Charte européenne des droits fondamentaux, qui instaure une clause de conscience en la matière, leurs arguments restent assez discutables. Elles soulignent que quelques vaccins sont moyennement actifs, défendant ainsi l’idée que la vaccination provoque « un affaiblissement général de l’immunité naturelle ». Enfin, certaines d’entre elles Comment rassurer ces patients ? « En leur rappelant que des maladies comme la tuberculose n’ont, par exemple, pas totalement disparu, ce qui rend le BCG toujours d’actualité. Enfin, il est nécessaire de mieux encadrer les campagnes des laboratoires, qui poussent parfois à la vaccination pour des raisons économiques. » témoignage
débat n’hésitent pas à préconiser la substitution de « médecines naturelles » aux vaccins… Reste que le récent rapport sur la politique vaccinale de la France, déposé le 28 septembre 2007 par le sénateur Paul Blanc à l’Assemblée nationale, estime « nécessaire d’augmenter la couverture vaccinale des Français ». Un document qui recommande par ailleurs de « remobiliser les personnels de santé pour redonner confiance à la population et assurer le respect de l’obligation vaccinale en France ». ■ * Un vaccin pentavalent est un vaccin combiné qui protège, en une seule et même seringue, contre cinq maladies. ** Groupe d’Expertise et d’Information sur la Grippe (GEIG)/www.grippe-geig.com. *** Pour le refus du BCG, l’articleL. 3112-1 du Code de la santé publique prévoit 3750euros d’amende et 6 mois d’emprisonnement. Piqûre de rappel Les vaccins obligatoires en France• Vaccin antidiphtérique Chez le nourrisson, la vaccination comporte 3 doses de vaccin à partir de l’âge de 2 mois, avec au moins 1 mois d’intervalle entre chaque dose. Un rappel est effectué 1 an après la 3 e dose de vaccin, soit à 16-18 mois. Chez l’enfant, un rappel est effectué à l’âge de 5-6 ans et un autre entre 11 et 13 ans. Un rappel est ensuite réalisé entre 16 et 18 ans, puis tous les 10 ans, avec un vaccin diphtérique à faible concentration.• Vaccin antitétanique Les modalités de vaccination sont les mêmes que pour le vaccin antidiphtérique. Chez l’adulte, si une primovaccination doit être administrée, @ + d’infos sur www.pharmag.fr Le rapport 2007 du sénateur Paul Blanc sur la politique vaccinale de la France celle-ci comporte 2 doses, à au moins 1 mois d’intervalle entre chaque dose, par voie sous-cutanée profonde ou intramusculaire, suivie d’une dose de rappel, administrée 6 à 12 mois suivant la 2 e injection. Il est important de poursuivre les rappels chez le sujet âgé.• Vaccin antipoliomyélique Les modalités de vaccination sont les mêmes que pour le vaccin antidiphtérique. Pour certaines professions• Vaccin contre l’hépatite B pour tous les personnels de santé.• Vaccin contre la typhoïde dans les laboratoires d’analyses biologiques. 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :