Pharmag n°11 mai/jun/jui 2007
Pharmag n°11 mai/jun/jui 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de mai/jun/jui 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : OCP Répartition SAS

  • Format : (180 x 270) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1 Mo

  • Dans ce numéro : les règles d'or d'un examen réussi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
››› COUP DE POUCE Les règles d’or d’un examen Les examens représentent l’une des périodes les plus difficiles de l’année. Si chacun a sa technique pour passer ce cap difficile, il existe quelques bonnes pratiques qui ont fait leurs preuves pour éviter l’angoisse ou la fatigue pendant les révisions. Voici quelques conseils pour arriver en confiance aux épreuves. 10 Travailler efficacement Pour réussir, n’hésitez pas à travailler régulièrement. La plupart des étudiants qui passent leurs examens s’astreignent ainsi à un travail quotidien, notamment à la bibliothèque universitaire. On y trouve en effet toutes les sources pour affiner ses fiches de résumé de cours, le tout dans une ambiance calme et studieuse. Selon vos affinités, alternez aussi les révisions solitaires et en groupe, très efficaces pour s’évaluer les uns les autres. Tester ses connaissances La mémoire est un « muscle » comme un autre. Ne perdez jamais une occasion de l’entraîner, en refaisant par exemple des exercices de TP. Ne privilégiez pas non plus certaines matières au bénéfice d’autres. Dans tous les examens, miser sur certains sujets plutôt que sur d’autres augmente votre risque d’échec. Enfin, de nombreux instituts proposent également des préparations parallèles pendant l’année universitaire ; il s’agit d’un moyen efficace pour réviser la globalité de votre programme. Par ailleurs, ces prestations ont tendance à être de moins en moins onéreuses. Trouver son rythme Inutile d’essayer de travailler 20 heures sur 24, même en période d’examen, c’est le meilleur moyen d’exploser (burn out !). La bonne solution reste un planning de révisions équilibré et adapté à son profil, alternant phases de concentration et détente. Attention également à l’usage des stimulants, certains d’entre
réussi eux ont, selon les individus, des effets contraires à ceux attendus comme la panique ou le célèbre « trou noir » ! (Lire aussi notre encadré avec le témoignage du docteur Lapeyre.) Conserver une vie sociale Pendant les phases de révisions, les étudiants ont parfois tendance à se cloîtrer pour consacrer 100% de leur temps à leurs examens. C’est une attitude compréhensible, mais il est très important de conserver un lien avec le reste du monde. Outre le sport et les loisirs, il faut continuer à voir ses amis ou sa famille pour rester en phase avec la réalité. S’adresser par ailleurs à des étudiants qui ont déjà passé les examens que vous préparez peut également être un bon moyen de mettre ces épreuves en perspective. ■ @ Christophe Dervin, étudiant en 3 e année de pharmacie à Caen. « Ma méthode, ce sont les fiches de résumé de cours. Je crois aussi qu’il faut réviser régulièrement et accélérer un peu le rythme en période d’examens. Je peux passer alors entre 8 heures et 10 heures par jour sur mes cours, surtout à la bibliothèque universitaire… En marge des révisions, le sport et les loisirs sont importants pour se détendre. Pour le reste, je ne prends rien, si ce n’est un peu plus de café que d’habitude pour tenir le coup. » Marie Alix, étudiante en 5 e année de pharmacie à Strasbourg. « Avant les examens, je prends soin de dormir, de manger correctement et de bouger. Je révise différemment selon la difficulté des matières. J’apprends mes cours plutôt l’aprèsmidi et le soir car je les enregistre mieux. J’ai essayé les gélules de caféine pour réviser plus longtemps mais cela m’a stressée plus qu’autre chose. En revanche, je conseille certaines vitamines comme la B1 ou des multivitamines pour se remettre d’aplomb. » D r Maryse Lapeyre « Certains étudiants utilisent des substances dangereuses. » Pharmacologue au Centre d’évaluation et d’information des pharmacodépendances de l’université de Toulouse, le docteur Lapeyre a réalisé en 2004 une étude sur les comportements des étudiants de différentes filières à la veille des examens. Une enquête qui révèle qu’un nombre croissant d’entre eux se livre à une forme de dopage. « Dans les semaines précédant les examens, 9,5% des étudiants prennent des médicaments psychotropes. » Il s’agit ici d’anxiolytiques, d’hypnotiques, de sédatifs et de stimulants de la vigilance. Une consommation destinée, selon les 500 étudiants interrogés, « à atténuer le stress, à rester éveillé ou à dormir. Notre étude révèle aussi qu’un étudiant sur quatre consomme du cannabis, que 3% d’entre eux prennent de la cocaïne, alors que près de 2% se tournent vers les amphétamines ! » Le docteur Lapeyre rappelle que vaincre le stress passe d’abord par une hygiène de vie régulière et met en garde ceux qui ont recours aux substances psychotropes dans le cadre d’une consommation chronique. + d’infos sur www.pharmag.fr 11

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :