Pharmag n°10 fév/mar/avr 2007
Pharmag n°10 fév/mar/avr 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de fév/mar/avr 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : OCP Répartition SAS

  • Format : (180 x 270) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : j'exerce sous les cocotiers... dans les coulisses d'un décor de rêve.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
dito Le soleil, la mer, le sable fin… qui n’a jamais rêvé d’exercer sa profession sous les cocotiers ? Travailler dans un cadre idyllique c’est possible, mais concrètement comment cela se passe-t-il ? Dans la rubrique Trajectoires, vous découvrirez les coulisses d’un décor paradisiaque à travers le témoignage de Frédéric Turlan. Martinique, Guyane, Madagascar et aujourd’hui Mayotte, l’outre-mer fait partie intégrante de son parcours. Il nous raconte son expérience. ›› L’appel des tropiques Changement d’univers avec Actu & Enjeux : explication du décret de mai 2006 qui établit un statut hospitalo-universitaire pour les pharmaciens. Une réforme attendue depuis longtemps, qui permettra un enseignement plus proche de la pratique et rendra ainsi la formation du pharmacien plus en phase avec son métier actuel. Pharmag 10 s’intéresse également à un nouveau dispositif médical, la V.A.C. , qui améliore la cicatrisation des plaies compliquées. Enfin, nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du 1 er hors-série de Pharmag, dédié à l’installation. Pour le recevoir, il vous suffit d’être abonné. Alors, n’hésitez pas ! Très bonne année 2007 ! Le comité de rédaction Directeurs de la publication : Geneviève PASSEROTTI et Jean-Louis GONFRIER. Rédacteur en chef : Guillaume FOLLIERO DE LUNA. Responsable de la publication : Sandrine HICEB. Comité de rédaction : Sylvette HUICHARD (doyen de la faculté de Dijon) ; Sabrina BOUHERAOUA (ANEPF) ; Fabien DESPAS (étudiant) ; Béatrice ALLIOT-TROADEC (OCP Répartition). Crédit photos : couverture : Corbis ; intérieur : Garo/Phanie (pp. 2, 3, 5), Alix/Phanie (pp. 3, 5), Publicorp (pp. 3, 6, 10, 11), Michel Touraine (p. 5), Frédéric Turlan (pp. 6, 7), Sipa (p. 8), KCI Medical (p. 9). Conception/Réalisation : - 6770. Dépôt légal : Février 2007. ISSN : 1766-5434. OCP Répartition SAS - 2, rue Galien - 93587 Saint-Ouen Cedex. RCS Bobigny B 388 698 201. bref en Surconsommation d’antiulcéreux En 2005, les dépenses liées à la consommation d’antiulcéreux par les Français se sont élevées à 1 milliard d’euros, un coût dénoncé par l’Assurance Maladie. Le nombre de boîtes d’antiulcéreux vendues dans l’Hexagone entre 2000 et 2005 est ainsi passé de 25 à 47 millions. Une augmentation de 88% qui s’explique, entre autres, par l’élargissement des indications thérapeutiques de ce type de médicament et par des prescriptions non conformes aux conditions de l’autorisation de mise sur le marché. L’Assurance Maladie a donc décidé de renforcer en 2007 son programme d’action contre cette surconsommation. Société nationale française de gastro-entérologie @ www.snfge.asso.fr sommaire ACTU & ENJEUX p.4 ● Intégration de la pharmacie au CHU TRAJECTOIRES p.6 ● Dans les coulisses d’un décor de rêve 100% PHARMA p.8 ● Master toxicologie environnementale et industrielle DÉCOUVERTES p.9 ● La Vacuum Assisted Closure COUP DE POUCE p.10 ● Ce qu’il faut savoir pour travailler en officine
Tiers-payant et générique En octobre dernier, la CPAM de Paris avait demandé aux pharmaciens de ne plus pratiquer le tiers-payant pour les patients qui refuseraient les médicaments génériques, la capitale étant en retard en matière de substitution par rapport à la moyenne nationale. En ce début d’année, cette mesure incitative est toujours d’actualité, mais les syndicats et l’Assurance Maladie travaillent à un avenant conventionnel pour éviter la généralisation de la mesure « tiers-payant contre générique » dans les départements n’ayant pas atteint leur objectif 2006. La barre fatidique sera en fait fixée à 65% de substitution. @ www.ameli.fr Les bienfaits du chocolat Prévenir les addictions Inauguration de la première IRM ouverte La première IRM* à champ magnétique modéré ouverte a récemment été inaugurée à Toulouse. Inédit en France ! Ce nouvel équipement permet notamment aux patients obèses ou souffrant de claustrophobie de passer plus confortablement les examens. L’ouverture panoramique offre également l’opportunité aux femmes enceintes — grâce à un champ magnétique peu élevé pour le fœtus — à certains handicapés, aux enfants et aux polytraumatisés, avec leur matelas coquille, de bénéficier de cet examen. * Imagerie par résonance magnétique. 81% de la population française associe le chocolat au plaisir. Les quantités moyennes consommées sont de 10 grammes par jour chez les enfants (l’équivalent d’environ trois carrés de chocolat) et de 3,8 grammes chez les adultes (excepté à Noël et à Pâques). D’après l’enquête du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (le CRÉDOC), les enfants qui ne consomment pas de chocolat ont un indice de masse corporelle plus élevé que ceux qui en consomment. En outre, les personnes en surpoids ne mangent pas plus de chocolat que les personnes dont le poids est normal. Malgré sa richesse en acides gras saturés, cet aliment n’augmente pas le taux de cholestérol. En quantité modérée, sa consommation est donc recommandée. Les addictions aux substances psychoactives (alcool, tabac, drogues illicites…) sont responsables en France de 30% de la mortalité prématurée (c’est-à-dire avant 65 ans) et évitable. Pour lutter contre ce problème de santé publique, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a présenté le Plan addictions 2007-2011. Pendant cinq ans, 77 millions d’euros vont y être investis chaque année. Un numéro indigo (le 0820 03 33 33) a déjà été mis en place pour répondre à toutes les questions et, en ce début d’année, une campagne de prévention doit être lancée. En parallèle, la prise en charge hospitalière va être réorganisée. @ www.sante.gouv.fr (rubrique « actu/plan addictions 2007-2011 ») Entre 750 et 1350 millions d’ € c’est l’estimation des économies que devrait générer chaque année l’utilisation du dossier médical personnel. 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :