Pharmag n°1 mar/avr 2004
Pharmag n°1 mar/avr 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de mar/avr 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : OCP Répartition SAS

  • Format : (180 x 270) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 999 Ko

  • Dans ce numéro : coup de pouce, la jungle des bourses.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
››› ›› 8 100% PHARMA Réforme des études L’enseignement coordonné Entérinée par un arrêté du 14 août 2003, la réforme des études de 2 e cycle de pharmacie est en marche. Applicable à la rentrée 2004, la majorité des facultés l’ont déjà anticipée, à l’image de celle de Dijon. Professionnaliser davantage la formation des étudiants, c’est l’enjeu de la réforme. Cette rénovation des études se base sur une double approche : développer un enseignement coordonné et renforcer le rôle des stages. La mise en œuvre de la réforme prévoit ainsi de développer la moitié au moins des enseignements sous forme coordonnée. Des objectifs ambitieux Élaborés conjointement par différents professeurs, cours magistraux et travaux pratiques sont désormais à dispenser autour d’une pathologie ou d’une classe thérapeutique. Julien étudiant en 4 e année à la faculté de Dijon Les stages d’application sont essentiels ! Aller sur le terrain nous permet de faire face à des situations concrètes et de nous rapprocher des pharmaciens. ›› L’enseignement coordonné affiche des objectifs ambitieux. En fin de 2 e cycle, les étudiants devront avoir assimilé une triple connaissance : • la conception et l’utilisation thérapeutique du médicament ; les principales pathologies ; • les enjeux de santé publique comme la prévention ou l’éducation des patients. Une attention particulière est donnée à de nouvelles disciplines émergentes telles que les biotechnologies, la pharmacoéconomie ou la thérapie cellulaire. Cette restructuration pédagogique doit également permettre aux étudiants de prendre conscience des exigences de la profession à l’égard du patient. Des présentations d’applications cliniques par des enseignants de pharmacie et de biologie cliniques sont ainsi au programme. Plus de stages professionnalisants En parallèle, le rôle des stages a été repensé et leur place dans le milieu professionnel fortement accrue. Au-delà du traditionnel stage hospitalier universitaire de la 5 e année et du stage profes- Sylvette HUICHARD Doyen de la faculté de Dijon depuis sept ans, pharmacienne et juriste de formation, Sylvette Huichard dirige également les mastères en management de l’industrie pharmaceutique et de l’aliment santé de l’ESC Dijon Bourgogne. Quand la réforme entre-t-elle en vigueur à Dijon ? Depuis la rentrée 2003, nous avons commencé à l’appliquer. Certaines facultés ont déjà atteint l’objectif d’enseigner en 2 e cycle pour moitié sous forme coordonnée. Mais comme l’enjeu pédagogique est important, à Dijon nous préférons agir par étape. La réforme devrait être complètement mise en œuvre dans quatre ans.
›› Il faut adapter nos enseignements et notre culture scientifique aux besoins des professionnels ›› Quelle est votre position sur cette réforme ? Je suis vraiment pour. Il faut adapter nos enseignements et notre culture scientifique aux besoins des professionnels, quelle que soit la filière choisie. Depuis 1988, le Comité national d’évaluation a reconnu cette nécessité de faire évoluer notre pédagogie. Cette idée revenait régulièrement de la part des instances nationales, des étudiants et des professionnels. Quelle a été la réaction des étudiants et des enseignants ? Les étudiants réclamaient moins de théorie et ne voulaient plus raisonner par discipline de façon verticale. Sans, bien sûr, négliger la culture scientifique, ils doivent développer un esprit de synthèse et un esprit critique pour une meilleure prise en charge du patient. La difficulté pour eux désormais est de s’impliquer davantage. Cette réforme leur demande un travail personnel encadré plus important, qui passe par un travail en groupe, des exposés ou des rapports de stage. La réaction des enseignants a été plus étonnante. Il y a quatre ans, ils étaient tous réticents et certains opposés. Nous avons avancé petit à petit en concertation. On a défini quelques thèmes et finalement ils adhèrent à cette nouvelle façon d’enseigner. Cette année, les sujets abordés sont par exemple l’asthme, les médicaments de l’hémostase, le système rénal et l’obésité. Les enseignants se sont aussi mobilisés au niveau des TP coordonnés qui intègrent maintenant des disciplines comme la chimie, la biophysique et la galénique. sionnel de six mois à effectuer au cours de la 6 e année en officine ou en industrie, on peut désormais en distinguer quatre nouveaux types : • un stage de découverte facultatif d’un mois dans le domaine de la santé en fin de 1 re année ; • un stage officinal d’initiation de six semaines en officine à effectuer avant le début de la 3 e année ; • des stages d’application de quatre fois une semaine en officine au cours des 3 e et 4 e années pour appliquer en situation réelle les connaissances acquises lors des enseignements coordonnés ; • un stage de préorientation professionnelle facultatif d’un mois minimum en fin de 4 e année au sein d'un laboratoire de biologie clinique privé ou public, d’un établissement industriel, d’une officine, d’une pharmacie hospitalière ou d’un laboratoire de recherche. ■ Adoptez-vous déjà la réforme des stages ? Les stages d’application d’enseignement coordonné, sous la forme de quatre fois une semaine, ne sont obligatoires qu’à partir de la rentrée 2004. Dès cette année, nous avons proposé deux jours de stage d’application pour les étudiants de 4 e année, sur les thèmes de l’asthme et de l’hémostase. Le 17 décembre dernier, on a demandé aux maîtres de stage choisis par les étudiants de suivre la formation sur l’asthme à l’université et ils sont tous venus ! C’était important pour nous qu’ils s’engagent à suivre la même formation que les étudiants. Ils ont d’ailleurs reçu une attestation de formation permanente pour cette journée. Concernant les stages de découverte et d’initiation, nous anticipons également la réforme. Quelles conditions à l’agrément de vos maîtres de stage officinaux ? - Être titulaire d’une officine ; - avoir 5 années d’exercice professionnel dont 2 au moins en tant que titulaire ; - signer une charte d’engagement et un contrat pédagogique avec le directeur de l’UFR. Attention, l’agrément est à renouveler tous les cinq ans. Les adjoints peuvent recevoir une délégation du maître de stage pour participer à la formation des stagiaires. 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :