Performances n°8 jun/jui/aoû 2007
Performances n°8 jun/jui/aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de jun/jui/aoû 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : ouvrez votre PEA aux pays émergents.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Par Gérard Valmont, Journaliste financier Performances Mag 20 Placements I boNUS Optimisez le rendement de vos placements à moindre risque Après un début d’année euphorique, vous pensez que la hausse du marché peut se poursuivre mais vous souhaitez malgré tout vous prémunir contre un risque de baisse ? Rien de plus simple avec les certificats Bonus. Difficile de résister aux atouts des certificats Bonus. Ces produits d’une nouvelle génération permettent en effet de profiter de toute la hausse d’une action tout en étant assuré, sauf franchissement par celle-ci d’une certaine limite à la baisse, d’être remboursé à un cours minimum (appelé niveau Bonus) à la date d’échéance du certificat. Le fonctionnement est relativement simple puisque l’investisseur connaît au départ le niveau Bonus, la barrière, ainsi que l’échéance du produit. Prenons l’exemple du Certificat Carrefour (FR0010452870 – 4584S) bénéficiant d’un Bonus à 61 €, avec une barrière fixée à 49 € et une échéance au 31 juillet 2008 (la date de constatation étant le 18 juillet 2008). Ce certificat cote 56,34 € le 4 juin 2007, soit très légèrement plus que l’action qui vaut 54,51 €. A condition que le cours de l’action (le sous jacent) ne touche pas ou n’enfonce pas la barrière de 49 € jusqu’à l’échéance, l’investisseur est sûr d’être remboursé 61 € le 31 juillet 2008. Le rendement assuré est donc de 8,2% en l’espace d’un peu plus d’un an (c’està-dire l’écart entre le bonus de 61 € et le prix d’achat du certificat de 56,34 €), alors qu’à cours de bourse inchangé, l’action sous jacente ne rapporterait sur la même période qu’un rendement de 1,9% sur la base du dividende de 1,08 € attendu par les analystes au titre de l’exercice 2007 (celui au titre de 2006 ayant déjà été versé le 4 mai 2007). Si à l’échéance, l’action Carrefour cote 50 €, en baisse de 8,3% par rapport au cours du 4 juin 2007, le certificat vaudra quand même le niveau bonus, soit 61 € et procurera à l’inverse un gain de 8,2% (différence entre 61 € et le prix d’achat de 56,34 €). Dans l’hypothèse où la barrière de 49 € venait à être franchie à la baisse (il faudrait pour cela que le cours de l’action baisse de 10,1% dans notre exemple, ce qui est loin d’être acquis au regard de l’attrait spéculatif pris par le dossier Carrefour depuis l’entrée de Bernard Arnault et de Colony Capital dans le tour de table), l’investisseur n’aurait pas tout perdu puisqu’il pourra profiter d’un possible rebond de l’action jusqu’à l’échéance du certificat. Dans le pire des cas, l’investisseur récupérera à l’échéance l’équivalent du cours de l’action. A l’inverse, que la barrière soit franchie ou non, il n’y a pas de limite de gain à la hausse et l’investisseur profitera de l’envolée du cours de l’action, même au-dessus du niveau bonus. Des certificats pour tous les profils de risques Admettons maintenant que l’investisseur désire bénéficier d’une marge de protection plus confortable avec une barrière encore plus basse. Il peut toujours choisir un autre certificat Bonus Carrefour, par exemple celui présentant un niveau bonus de 62 €, une barrière à 44 € et une maturité fixée au 30 juillet 2009 (FR0010452896 – 4585S). Il paye pour cela 56,03 € un certificat pour une action qui vaut 54,51 €. Le niveau bonus est un peu plus élevé car il inclut une année de dividende supplémentaire (plus l’échéance d’un certificat est longue et plus le montant cumulé de dividendes est important et plus le niveau Bonus est élevé). Il faudrait dans ce cas que le cours de l’ac-
tion Carrefour chute de 19,2% pour que la barrière soit atteinte (un scénario encore moins probable que dans le cas précédent), auquel cas, le certificat se comportera de la même manière que l’action en répliquant son cours et il sera remboursé à la valeur de clôture de l’action à la date de constatation finale (17 juillet 2009). Il existe donc des produits adaptés à chaque profil d’investisseurs. Les plus prudents choisiront des certificats avec un cours du sous jacent beaucoup plus proche du niveau Bonus que de la barrière, tandis que les profils plus dynamiques joueront les certificats dont le sous jacent est plus proche de la barrière que du niveau Bonus. Globalement, la famille des Bonus convient parfaitement à des investisseurs qui anticipent la hausse d’une action avec une conviction toutefois limitée qui les incite à vouloir sécuriser leurs gains. Notons que dans tous les cas, si le niveau Bonus est touché un peu avant l’échéance, l’investisseur aura plutôt intérêt à vendre le produit avant son terme et encaisser la plus-value tout en se repositionnant sur un autre certificat offrant un Bonus et une Barrière plus élevés. D’autant que le régime fiscal n’est pas le même selon que l’investisseur vend avant l’échéance (la plus-value est taxée à 27% au-delà du seuil de cession de 20.000 €) ou attend le remboursement à l’échéance (la différence entre le prix remboursé et le prix d’acquisition est soumise à l’impôt sur les revenus, selon le taux d’imposition de l’investisseur). Gagnez à la hausse comme à la baisse avec les Twin Win Gagner en Bourse à la hausse comme à la baisse ? C’est désormais possible avec les certificats Twin Win avec deux sousjacents possibles : les indice CAC 40 et DJ Euro Stoxx 50. Ces produits sont particulièrement recommandés aux investisseurs indécis qui misent sur une variation des indices en question sans savoir dans quel sens celle-ci aura lieu. Ils encaisseront à l’échéance du produit la variation absolue de l’indice sous-jacent, à condition toutefois qu’une barrière fixée à l’avance ne soit pas atteinte ni franchie. Prenons l’exemple du certificat Twin Win CAC 40 (FR0010475749 – 1045S) d’échéance octobre 2008 ayant pour caractéristique une barrière fixée à 4800 points et une valeur au lancement du produit de 100 euros pour un cours initial de l’indice de 6000 points. L’investisseur achète ce certificat 103,90 € le 4 juin 2007 alors que l’indice CAC 40 vaut 6116,5 points. En admettant que l’indice ne franchisse jamais la barrière de 4800 points, l’investisseur est assuré de recevoir à l’échéance 100 € auxquels s’ajoutent la variation absolue de l’indice. Même si le CAC 40 retombe par exemple à 4850 points et baisse de 19,1% par rapport à son cours initial, l’investisseur recevra 119,10 € (100+19,1% de 100), soit 14,6% de plus que le montant de son investissement. Dans le cas où la barrière de 4800 points était franchie, le certificat répliquerait le niveau de l’indice CAC 40 et le capital ne serait plus garanti. Il n’y a aucune limite à la hausse. Pour en savoir plus, télécharger la brochure de ces produits, ou consulter la gamme sur www.sgbourse.fr Performances Mag 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :