Performances n°48 oct 19 à fév 2020
Performances n°48 oct 19 à fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de oct 19 à fév 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : la baisse des taux et la guerre commerciale dominent la tendance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 BOURSE QUE FAIRE EN CAS DE MARCHÉS BAISSIERS LOUIS YANG Rédacteur en chef, cafedelabourse.com Les multiples annonces émanant de Trump ou de Pékin concernant la guerre commerciale sino-américaine engendrent des remous sur les marchés financiers qui vivent depuis plusieurs mois déjà au rythme des rebondissements de ce conflit qui oppose la Chine et les États-Unis. C’est dans ce contexte déjà très sensible au risque politique et aux évènements géopolitiques que la crainte d’une récession a vu le jour cet été, lorsque la courbe des taux s’est inversée. Alors que les analystes des grandes banques américaines s’interrogent sur le moment auquel se produira le phénomène et quel sera son ampleur, nous vous proposons un guide des 5 commandements à respecter en cas de marchés baissiers. De quoi appréhender plus sereinement les turbulences des marchés financiers ! Garder la tête froide et vérifier sa stratégie La première des choses à faire est de ne pas céder à la panique. La peur ne doit jamais être le motif de vos passages d’ordres en Bourse. À l’inverse, gardez votre sang-froid et analysez la situation avec calme et logique. Il conviendra bien souvent pour limiter les dégâts de respecter son plan de trading et de ne pas prendre des décisions sous le coup d’une émotion. Cependant, si au regard du contexte macroéconomique, vous jugez qu’une réallocation d’actifs est absolument indispensable, vous pouvez réajuster votre portefeuille aux conditions de marché, en prenant le temps de la réflexion et sans aucune précipitation. En cas de correction sévère des marchés ou de krach, il est même conseillé de revoir son plan d’investissement. Vous procèderez alors de la façon décrite dans les points suivants. Liquider les actions les plus risquées Un marché baissier entraîne souvent une revente des actifs proportionnelle à l’ampleur de la correction. Plus le marché dévisse, plus les investisseurs se débarrassent de leurs placements. Pourtant, il conviendrait de ne liquider ses positions que sur les actifs les plus risqués, c’est-à-dire les titres qui possèdent le plus gros risque de baisse. On peut notamment penser aux sociétés très endettées, aux petites capitalisations, et de manière plus générale, aux valeurs particulièrement volatiles et aux fondamentaux financiers fragiles. Il peut également être opportun de revendre les sociétés dont la valorisation est fortement surestimée, soit parce qu’elles affichent une rentabilité bénéficiaire faible ou bien un ratio capitaux propres par action peu favorable à l’investisseur, ou encore une valeur intrinsèque très inférieure à sa valeur en Bourse.. Conserver les valeurs injustement massacrées En revanche, gardez en portefeuille les valeurs les plus solides et celles qui baissent sans qu’aucune raison valable n’entre en compte. Ainsi, on aura soin de garder les titres qui conservent de bons fondamentaux et dont les mauvais résultats en Bourse ne sont en aucune manière le reflet de mauvais résultats économiques. Panique liée au contexte macroéconomique, méfiance portée sur un secteur d’activité en général, il existe plusieurs raisons de voir des titres massacrés en Bourse à tort. Quand un titre dégringole, faites la part des choses et demandez-vous si cela est justifié et si les raisons qui vous ont poussé à acheter le titre (avantages concurrentiels,
technologies porteuses, bilan et résultats financiers solides, etc.) sont toujours d’actualité. Si c’est le cas, ne vendez surtout pas et rappelez-vous qu’un investissement en Bourse est un investissement long terme. Warren Buffett ne dit-il pas « notre horizon d’investissement préféré est pour toujours » ? Couvrir son portefeuille Ce n’est pas parce que vous conservez les valeurs les plus solides en portefeuille qu’il faut les négliger. Si vous anticipez une baisse passagère d’un indice ou de titres que vous détenez, pensez à couvrir le portefeuille au moyen de produits comme les ETF, Turbos et Options par exemple. Les trackers ou ETF bear par exemple vous permettent de couvrir votre portefeuille simplement et de rester positionné sur des marchés en baisse. Prenons l’exemple d’un ETF Bear sur l’indice CAC 40. Si vous êtes fortement positionné sur les valeurs composant cet indice et que vous pensez que ces titres chuteront sensiblement dans les mois à venir en raison des risques de récession et de guerre commerciale sans que cela n’affecte les fondamentaux des entreprises et que, par conséquent, vous pensez que la baisse sera seulement passagère et que l’indice CAC 40 se reprendra, il peut alors être intéressant de couvrir votre portefeuille pendant la baisse en achetant un tracker Bear CAC 40. De cette façon, quand l’indice perdra 5% (et que la baisse se fera ressentir au niveau des titres de votre portefeuille), votre tracker prendra lui 5%. Ainsi, vous serez couvert sans avoir à vous Article rédigé le 12/09/2019 séparer des titres pour lesquels vous anticipez une baisse. Vous restez donc positionné et pouvez de ce fait bénéficier des éventuelles opérations sur titre comme le versement de dividendes par exemple. Vous n’aurez pas non plus à revendre tous les titres concernés puis à les rachetez une fois l’orage passé. Attention tout de même avant d’utiliser ce genre d’ETF à bien comprendre leur fonctionnement. Équilibrer son portefeuille et diversifier En Bourse, la meilleure manière de diminuer le risque est de posséder un portefeuille diversifié. Profitez donc d’un marché baissier pour revoir vos actifs et procéder à un rééquilibrage entre classes d’actifs (actions, obligations, immobilier, liquidités, etc.) mais aussi, au sein de vos actions, à une bonne diversification en matière de secteur d’activité, de zone géographique, de taille de capitalisation, etc. Un portefeuille bien diversifié permet de résister aux turbulences des marchés et de dégager de la performance sur le long terme. C’est d’ailleurs ce qui a donné lieu à la création de portefeuille type comme le portefeuille permanent composé pour un quart d’actions, pour un quart d’obligations, pour un quart d’or et pour un quart de cash. Ce portefeuille type est censé résister à toutes les situations économiques puisqu’en période de croissance, les actions doivent alors dégager de la performance, en période de récession, le portefeuille pourra profiter de sa composition en obligations, en période d’inflation, c’est l’or qui doit performer et en période de déflation, c’est le cash. 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :