Performances n°47 mai à sep 2019
Performances n°47 mai à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de mai à sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'économie mondiale passe un cap difficile.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 PLACEMENTS ALLOCATION ETF LES BONS ETF POUR JOUER LA PROLONGATION DU CYCLE ÉCONOMIQUE BRUNO KUS Rédacteur en chef, La Lettre de la Bourse (groupe Valmonde) Une fois de plus, les scénarios boursiers ont été déjoués par la tonalité beaucoup plus accommodante que prévu des banques centrales. Après un trou d’air en début d’année, l’économie mondiale devrait accélérer au deuxième semestre. Voici une sélection d’ETF susceptible de profiter de ce nouvel environnement. Alors que le dernier trimestre 2018 laissait présager le pire pour les investisseurs, l’horizon s’est soudainement éclairci grâce à la bienveillance des banques centrales et à la perspective d’un accord entre les Etats-Unis et la Chine sur le commerce mondial. Les marchés d’actions ont rattrapé tout le chemin perdu au cours du dernier trimestre 2018, tandis que le compartiment des obligations a bénéficié d’un environnement de taux très favorable et que les matières premières sont reparties à la hausse. Mais tous les risques n’ont pas disparu pour autant. Les potentiels de rebond divergent d’une région à l’autre et selon les secteurs. Il faudra rester sélectif et agile pour trouver du rendement. Poursuite du rattrapage des places émergentes Force est de constater que les performances boursières éclatantes depuis le début d’année dénotent avec les médiocres statistiques macro-économiques et la révision en baisse des perspectives de croissance pour cette année. Dans son dernier rapport, le FMI ne table plus que sur une progression du PIB mondial de 3,3% après 3,6% en 2018 et c’est la zone euro qui fait figure de mauvais élève. Elle devra se contenter d’une croissance de 1,3% en raison des difficultés du secteur automobile en Allemagne et d’une situation politique et économique tendue en Italie. Les Etats-Unis n’échapperont pas non plus au ralentissement avec une hausse de l’activité projetée à 2,3% contre 2,9% en 2019. Et finalement, la Chine ne s’en sortirait pas si mal avec un PIB en hausse de 6,3%, toujours selon le FMI, grâce aux mesures de relance prises par le gouvernement de Pékin (baisses d’impôts, relance du crédit et investissements dans les infrastructures). Si les indices boursiers ont fortement rebondi, c’est parce qu’après le trou d’air observé au début de cette année, la dynamique devrait accélérer au deuxième semestre. Tout va bien entendu dépendre de l’issue des négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, que l’on peut supposer positive, mais c’est surtout la fin du resserrement monétaire des banques centrales qui va clairement libérer un nouveau potentiel pour l’économie mondiale. Le rallye haussier à Wall Street et en zone euro pourrait dès lors se poursuivre et il sera appréhendé avec les ETF Lyxor PEA S&P 500 (PSP5), Lyxor Core Euro Stoxx 300 (MFED) et Lyxor CAC 40 (CAC). Les pays émergents seraient particulièrement privilégiés d’autant qu’ils restent meilleur marché que les actions des pays matures et il est possible de s’intéresser globalement à cette thématique avec le Lyxor PEA Emergents (PLEM) ou de façon plus ciblée sur des zones comme l’Asie Pacifique, avec le Lyxor PEA Asie Pacifique (PAEJ) ou des pays comme la Chine, avec le Lyxor PEA Chine (PASI) ou le Brésil avec le Lyxor PEA Brésil (PRIO). Le luxe fait la course en tête Du côté des secteurs, une prolongation du cycle économique redonnerait sans doute des couleurs aux sociétés dépendantes de la conjoncture que l’on trouve dans les matériaux de base ou l’industrie. Quelques positions peuvent être initiées dans cette optique avec le Lyxor Stoxx Europe 600 Basic Resources (BRE). Mais ce sont surtout les sociétés portées par des tendances structurelles fortes comme la progression des classes moyennes et supérieures dans les pays émergents, l’engouement auprès de la génération des « millennials », ou l’essor du e-commerce qui offrent le plus de visibilité. On les trouve dans le secteur des biens discrétionnaires (luxe, spiritueux, cosmétiques) sur lequel on peut encore investir avec le Lyxor Stoxx Europe 600 Personal & Household Goods (PHG), malgré les valorisations
EXEMPLES DE PORTEFEUILLES DIVERSIFIÉS Nom ETF ISIN Mnémo Frais annuels Modéré Opportuniste Offensif Lyxor PEA S&P 500 FR0011871128 PSP5 0,15% 15% 15% 20% Lyxor Core Euro Stoxx 300 LU0908501058 MFED 0,07% 5% 10% 15% Lyxor CAC 40 FR0007052782 CAC 0,25% 5% 10% 15% Lyxor PEA Emergents FR0011440478 PLEM 0,55% 5% 5% 5% Lyxor Europe 600 Personal & Household Goods LU1834988351 PHG 0,30% 5% 5% 5% Lyxor Robotics & AI LU1838002480 ROAI 0,40% 5% 5% 5% Lyxor EuroMTS 7-10 Y Investment Grade LU1287023185 MTD 0,165% 20% 15% 10% Lyxor iBoxx $ Liquid Emerging Markets Sovereigns LU1686830909 LEMB 0,30% 10% 15% 10% Lyxor Commodities Thomson Reuters core LU1829218749 CRB 0,35% 5% 5% 5% Lyxor Smart Cash USD LU1248511575 SMTC 0,095% 25% 15% 10% historiques atteintes sur des titres comme LVMH ou L’Oréal. Au-delà des secousses, le secteur technologique reste par ailleurs incontournable dans une stratégie d’investissement. On peut l’aborder globalement en investissant sur le compartiment du Nasdaq américain, avec le Lyxor PEA Nasdaq-100 (PUST) ou plus spécifiquement sur des thématiques d’avenir comme la robotique et l’intelligence artificielle avec le Lyxor Robotics & AI (ROAI). Dans un monde où les taux d’intérêts ont été comprimés par les banques centrales, les valeurs dites « de rendement » peuvent aussi retrouver une certaine aura auprès des investisseurs. Elles sont accessibles avec le Lyxor Stoxx Europe Select Dividend 30 (SEL) qui reproduit le comportement d’un indice composé de 30 valeurs ayant connu une croissance non négative de leur dividende par action sur 5 ans et offrant les taux de dividende les plus élevés de leurs pays. Enfin, après avoir nettement sous-performé les grosses capitalisations en fin d’année dernière pour des problèmes de liquidités, les valeurs moyennes, redevenues plus abordables en termes de valorisation, retrouvent du potentiel. Le Lyxor PEA PME (PEAP) permettra de se repositionner sur cette thématique. Faible potentiel sur les emprunts d’Etat La conséquence de la politique très accommodante des banques centrales est que les taux d’intérêt et les rendements obligataires devraient rester à un niveau durablement bas et relativement stable. Les perspectives de gain sur les emprunts d’Etat paraissent dès lors très limitées mais les investisseurs continueront de s’y intéresser uniquement pour leur rôle de valeur refuge en cas de chocs sur les marchés. Une poche de dette souveraine européenne constituée avec le Lyxor EuroMTS 7-10 Y (MTD) Article rédigé le 19 avril 2019 ou avec le Lyxor PEA Obligations d’Etat Euro (OBLI), qui a l’avantage d’être éligible dans un PEA, a donc sa place dans les portefeuilles. Pour trouver plus de rendement (jusqu’à 6%), il conviendra toutefois de privilégier la dette des pays émergents avec le Lyxor iBoxx $ Liquid Emerging Markets Sovereigns (LEMB). Le fait que ces dettes soient libellées en dollar protège contre les fluctuations de change. Les obligations émises par les entreprises assurent également un rendement plus satisfaisant que l’on pourra capter avec le Lyxor Euro Corporate Bond Ex Financials (CNB). Quant aux liquidités, elles pourront être placées sur des instruments financiers non risqués permettant de surperformer la tendance du taux d’intérêt au jour le jour sur le marché interbancaire aux Etats-Unis et accessibles avec le Lyxor Smart Cash USD (SMTC). Réveil des matières premières Dans la perspective d’un prolongement du cycle économique mondial et d’une stabilisation à un niveau élevé de la croissance chinoise, il est logique que le compartiment des matières premières ait repris des couleurs depuis le début de cette année. En particulier les métaux comme le cuivre, le Nickel, le platine ou le zinc, mais aussi le pétrole, dont les cours ont bondi de plus de 30% en quatre mois. Seules les denrées agricoles restent à la peine, mais elles obéissent à des cycles particuliers. Dans une optique de diversification, la thématique des matières premières pourra être jouée de façon globale avec le Lyxor Commodities Thomson Reuters/Core Commodity CRB (CRB) qui offre une exposition à l’énergie, aux métaux, au bétail et aux produits agricoles. 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :