Performances n°47 mai à sep 2019
Performances n°47 mai à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de mai à sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'économie mondiale passe un cap difficile.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 ANALYSE TECHNIQUE CAC CAC 40 40 OPPOSITION TOTALE DES SPHÈRES RÉELLE ET FINANCIÈRE VALÉRIE GASTALDY Associée-fondateur de DayByDay, Responsable de la stratégie de marché La reprise de 2019 nous a surpris, nous attendions une baisse un peu plus profonde. Elle est difficile à accepter car aucune donnée macro-économique du premier trimestre ne témoigne d’une amélioration. Pourtant, le fait que les indices aient baissé moins que prévu est en soi une bonne nouvelle. La demande pour les actions européennes est donc plus forte qu’on pouvait le penser. Les acheteurs sont-là. Les signaux techniques témoignent très largement du potentiel de hausse restant pour plusieurs mois. Une correction interviendra sans doute un jour, il ne faudra pas la craindre mais en profiter. Qui croire ? Le Cac 40 et la plupart des indices mondiaux se sont repris avec force fin décembre  : rien d’étonnant, les premiers jours, qu’une reprise haussière après la très forte baisse. Mais cette reprise a pulvérisé peu à peu les différents seuils techniques, alors que les publications économiques ne montraient pas d’amélioration franche. La politique monétaire seule peutelle justifier de telles variations sur les prix ? Peut-on faire confiance à une hausse qui n’est en rien confortée par les données réelles ? Faut-il croire les marchés ou s’inquiéter de leur légèreté ? Cette question est toujours complexe. Les marchés n’ont pas toujours raison, ils sont parfois dans l’exagération. L’analyse comportementale essaie de démêler ce qui relève d’un optimisme aveugle de ce qui traduit des décisions mûrement réfléchies et qui peuvent donc durer. Une économie en ralentissement mais soutenue par les banques centrales Au dernier trimestre 2018, les opérateurs ont soudainement pris conscience que l’économie ralentissait. Les taux de croissance en Europe ont été largement revus en baisse par rapport à ce qui était attendu en début d’année, et même les Etats-Unis ont marqué le pas. De nombreuses entreprises ont publié des résultats moins bons qu’attendus, bien qu’en croissance par rapport à l’année précédente en moyenne. Ces révisions pessimistes ont provoqué une baisse notable des bourses début décembre. La Réserve Fédérale américaine s’est ainsi décidée à interrompre son cycle de relèvement des taux. Les retraites des américains sont largement investies en actions et elle est sensible aux mouvements violents des indices qui font varier l’épargne. Les indicateurs économiques de fin d’année laissaient par ailleurs présager d’une poursuite du ralentissement qui n’exigeait plus la même politique monétaire. La Banque Centrale Européenne a emboité le pas avec un discours qui a mis l’accent sur les faiblesses économiques. Les dernières publications d’indicateurs avancés tels que les indicateurs de directeurs d’achats continuent de faiblir. L’économie ne montre pas encore d’amélioration. La structure de long terme reste haussière En 2018, la baisse du Cac 40 avait deux objectifs possibles. Le premier était à 4480 points, il a presque été rejoint. Le rebond a permis de préserver la base haussière de 2016, très longue à former, qui a intégré le référendum sur le Brexit et l’élection de Donald Trump. La baisse de 2018 a permis de tester le seuil de Fibonacci de 38% de toute la hausse depuis 2011*. Ce seuil joue fréquemment un rôle clé dans les dynamiques de marché, particulièrement sur les horizons de temps longs. Enfin, à l’approche de ce seuil, la réaction du marché a été très vive et une figure en « V » a été formée. Elle indique un point bas majeur. La succession des creux et sommets majeurs reste donc haussière sur les dernières années, et la baisse de 2018 peut tout à fait correspondre à
un repli de même type que celui de 2016. Un retour sur les sommets de 2007 à 6168 points est donc à envisager dans les mois qui viennent. Les conclusions de l’analyse de la tendance sont donc positives, en opposition avec les données économiques, donc difficiles à accepter. *La hausse s’étend de 2693 points en septembre 2011 à 5667 points en janvier 2018. Un repli jusqu’à 38% de cet intervalle correspond à une baisse jusqu’à 4525 points. L’incrédulité n’est pas dangereuse S’il est un terme qui décrit dans l’ensemble le sentiment majoritaire du marché, c’est l’incrédulité. L’écart entre les fondamentaux et les prix fait douter de la probabilité que les indices poursuivent leur mouvement durablement. Un public qui doute est rarement surinvesti. Il reste plutôt sur la réserve, attendant des preuves pour accompagner la hausse. Ce n’est pas une situation d’optimisme béat, qui suscite des prises de risque trop importante, et donc un danger CAC 40 Analyse rédigée 18 avril 2019, graphique en données hebdomadaires Analyse rédigée le 23 avril 2019 de retournement élevé. La hausse des prix est a priori l’éléments à favoriser dans cette opposition. Quel chemin ? Le Cac 40 approche de ses sommets de 2018, zone de prise de profit naturelle. Une correction pourrait intervenir depuis ce seuil, vers le gap haussier laissé ouvert autour de 5370 points. Un repli, tant qu’il reste au-dessus de 5140 points, ne doit pas inquiéter. Ce niveau constitue le support majeur de la reprise depuis fin décembre. S’il survient, ce sera un niveau d’intervention très intéressant pour se positionner pour l’été et la fin de l’année. Rappelons que lorsque les taux d’intérêts sont proches de zéro, l’évaluation par l’actualisation des flux, qui est au cœur des modèles économiques, devient impossible. Les actions peuvent exercer un attrait infini si les marchés obligataires n’offrent aucune rémunération, voire sont confiscatoires avec des taux négatifs. Graphiquement, la prochaine étape importante pour le Cac 40 sera au niveau des sommets de 2007, à 6168. Les seuils à 5657 et 5882 sont des points intermédiaires. SUPPORTS 5140 PTS ET 4556 PTS RÉSISTANCES 5882 PTS ET 6168 PTS Les informations et analyses produites par DayByDay ne constituent qu´une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de DayByDay ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l´utilisation desinformations et analyses par les lecteurs. DayByDay est un bureau de recherche indépendant. Le lecteur est informé que DayByDay n´a aucun conflit d´intérêt pouvant affecter l´objectivité de son analyse. 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :