Performances n°47 mai à sep 2019
Performances n°47 mai à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de mai à sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'économie mondiale passe un cap difficile.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 ANALYSE TECHNIQUE ACTIONS DES SUPPORTS ÉLOIGNÉS VALÉRIE GASTALDY Associée-fondateur de DayByDay, Responsable de la stratégie de marché En fin d’année dernière, nous n’envisagions pas que le marché rebondisse aussi fortement et si vite qu’il l’a fait. Nous avions donc fait un choix de titres très défensifs avec Cap Gemini, Pernod-Ricard et Sanofi. Si cette dernière a été franchement pénalisée, les deux autres se sont très bien comportées. Il est temps de revenir à des choix nettement plus offensifs pour les mois qui viennent. Nous avons donc retenu deux valeurs très volatiles, Altran Technologies et Air France. Elles peuvent encore fournir une forte accélération haussière. Notre troisième choix s’est porté sur Publicis. C’est quitte ou double pour le titre qui teste une quatrième fois un seuil absolument capital pour les années qui viennent…
ALTRAN TECHNOLOGIES Graphique en données hebdomadaires (16 avril 2019), cours retraités des dividendes AIR FRANCE Graphique en données hebdomadaires (16 avril 2019), cours retraités des dividendes PUBLICIS Graphique en données hebdomadaires (16 avril 2019), cours retraités des dividendes Article rédigé le 23 avril 2019 SUPPORTS 9, 5 € ET 8,57 € RÉSISTANCES 11,4 € ET 13,5 € Altran Technologies est très volatile. Le titre a perdu 56% du sommet de 2017 au creux de fin 2018. Il lui faudra reprendre 133% pour revenir sur les sommets de 2017. Cet objectif n’est cependant pas farfelu pour l’année 2019. Après s’être effondrée en 2018 – une anomalie comptable avait été repérée dans une société qu’ils avaient acquise-, la valeur s’est stabilisée un peu au-dessus de 6 euros. Les creux ont cessé d’être de plus en plus bas, ce qui a créé une figure en creux arrondi, une base d’accumulation. Ils ont ensuite bondi au-dessus de 9,5 euros, validant ainsi la figure de retournement haussier. La tendance est maintenant haussière. Les prochains objectifs sont à 11,4 puis 13,5 euros. L’atteinte de ces objectifs doit se faire sans qu’Altran enfonce le support à 9,5 euros. C’est en effet un seuil de séparation net entre deux tendances. Revenir sous le support remettrait en question la capacité de hausse pour plusieurs mois. SUPPORTS 9,6 € ET 8,7 € RÉSISTANCES 14,5 € ET 15,3 € Voilà plus de 10 ans qu’Air France évolue entre 15 euros environ au mieux – testés en 2011, 2017 et 2018, et 3 euros, support atteint en 2012. Ce très large intervalle représente une consolidation, même si elle a une ampleur majeure. Des tendances de quelques mois ont pu se développer entre ces bornes, au gré des grèves et des résultats. On ne voit pas tous les coups de balancier sur notre graphique qui ne représente que 5 ans d’historique pour rester lisible. En 2018, Air France avait mal commencé l’année, mais le titre s’est stabilisé en début d’été. Il n’a pas du tout suivi l’évolution des indices mondiaux par la suite, construisant une hausse par étapes, donc solide. Chaque hésitation, matérialisée par une consolidation, se termine par un nouveau sommet. Logiquement, la reprise devrait donc permettre de rejoindre la zone de résistance entre 14,5 euros et 15,3 euros. C’est là que le futur boursier de long terme se jouera pour Air France. Si Ben Smith arrive à faire évoluer la société correctement, le titre sortira enfin de son long intervalle. Cela prendra encore du temps ! Cette tendance haussière serait invalidée par la rupture de 8,7 euros. SUPPORTS 44,3 € ET 38,9 € RÉSISTANCES 54,5 € ET 61,2 € Publicis a été délaissée par les investisseurs depuis 2015. L’évolution du marché de la publicité vers le digital pose un défi stratégique. Pour le moment, Arthur Sadoun n’a pas su convaincre la bourse de sa capacité à recréer de la valeur. Le titre est donc revenu pour la troisième fois tester le support à 44,3 euros au terme d’une baisse lente mais régulière. Ce seuil, à peu de chose près, correspond au sommet que Publicis avait atteint en 2000, pendant la bulle des TMT. C’est un niveau capital pour l’évolution de long terme. L’hypothèse la plus probable que nous devons formuler est celle d’un rebond depuis ce niveau. C’est le rôle d’un support de relancer la hausse. Les objectifs que nous retenons pour les mois qui viennent sont à 54,5 et 61,2 euros. Bien entendu, la rupture de 44,3 euros invaliderait totalement cette anticipation. La valeur accentuerait gravement et rapidement sa chute. 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :