Performances n°47 mai à sep 2019
Performances n°47 mai à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de mai à sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'économie mondiale passe un cap difficile.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 BOURSE 7 ERREURS À NE PAS FAIRE EN BOURSE LOUIS YANG Rédacteur en chef, cafedelabourse.com Investir sur les marchés financiers n’est pas inné. Cela s’apprend même. Et il convient, au moment d’investir en Bourse, de repérer les nombreux pièges à éviter. Découvrez dans cet article les 7 principales erreurs que pourrait commettre l’investisseur novice et nos conseils pour passer outre. Investir l’argent dont on a besoin Investir sur les marchés actions implique un risque de perte en capital et une immobilisation des fonds. En effet, plus l’investisseur dispose de temps, moins la volatilité est un problème et les performances potentiellement au rendezvous. Il convient donc d’investir sur les marchés actions des sommes qui pourront rester bloquées 2 ans, 5 ans, 8 ans, ou plus. Il est donc conseillé de ne pas investir en Bourse de l’argent dont on a besoin à court terme. On ne placera donc pas sur le marché actions l’argent destiné à payer ses prochaines vacances ou à financer les études de son enfant l’année suivante. En revanche, si votre enfant a deux ans seulement, il peut être opportun pour préparer le financement de ses études de recourir aux actions. Investir en dehors de son cercle de compétence Investir dans des actions, c’est acheter les parts d’une entreprise dans le but de toucher un dividende et/ou de réaliser une plus-value à la revente. Mieux vaut donc bien comprendre de quoi il s’agit et investir dans des sociétés que vous connaissez, ou tout au moins que vous comprenez. Si vous ne saisissez pas le business model de la société et que vous ne comprenez pas comment l’entreprise dégage des bénéfices, passez votre chemin et tournez-vous vers une autre entreprise. Investir sans respecter son profil d’investisseur Il ne faut envisager l’investissement en actions qu’à l’aune de son profil d’investisseur et surtout de son profil de risque. Ainsi, si vous êtes particulièrement averse au risque, il conviendra de n’investir qu’une petite partie de votre patrimoine sur le marché actions. De plus, vous privilégierez des titres de grandes capitalisations qui ont fait leur preuve. Aristocrates du dividende et poids lourds historiques des grands indices américains et européens seront à privilégier. Hors de question d’investir sur des Biotechs en phase d’amorçage, très volatiles et très risquées. En revanche, pour ce type de société possédant un potentiel de valorisation très élevé, il pourrait être judicieux d’investir sur ce type d’actifs si vous présentez un profil peu averse au risque. À condition bien sûr de respecter les règles essentielles de diversification. Investir sans diversifier L’investissement en général nécessite de recourir à la diversification et notamment la diversification par classes d’actifs qui implique de se positionner sur de multiples marchés financiers. On pourrait ainsi investir donc sur les actions, les obligations, le monétaire, l’immobilier, les matières premières, etc. Mais au sein du marché actions en particulier, il faudra là encore appliquer les principes de diversification et investir sur de nombreuses sociétés (on ne met pas tous ses œufs dans le même panier), dans des sociétés de taille différentes, de secteur d’activité différents, de zones géographiques différentes, etc. La diversification permet tout à la fois de tirer profit de l’ensemble des marchés et de réduire le risque inhérent à l’investissement. En effet, même si la diversification peut rendre la génération de performance globale du portefeuille plus lente, elle lui permet de mieux résister aux fluctuations des marchés.
Investir sans avoir de stratégie d’investissement On n’investit pas sur les marchés financiers comme on joue au loto. La Bourse n’est pas un jeu de hasard. Avant d’investir, on s’attachera donc à définir une stratégie d’investissement à partir de son profil d’investisseur (plus ou moins averse au risque), de son objectif d’investissement (préparer sa retraite, financer l’achat de sa résidence principale, etc.), et son horizon d’investissement (5 ans, 10 ans, 15 ans, etc.). Ces trois paramètres ainsi que vos objectifs de gain et la perte maximale que vous pouvez supporter vous permettront de définir un couple rendementrisque adapté à votre situation et vous aiguilleront dans la composition de votre portefeuille boursier. Investir sur un coup de tête Votre cousin vous a parlé d’un titre extraordinaire, un grand quotidien a fait un dossier sur une société vraisemblablement pleine de promesses, vous êtes fan de tel ou tel produit et souhaitez investir dans l’entreprise qui le commercialise ? Attention, on n’investit pas en Bourse sur un coup de tête ! Avant d’acheter un titre, vérifiez que son acquisition est bien cohérente avec votre stratégie d’investissement, que vous comprenez le business model de la société et que cela ne remettra pas en cause l’équilibre de votre portefeuille en matière de diversification. Article rédigé le 24 avril 2019 S’attendre à des rendements extraordinaires Les actions constituent sur le long terme un placement particulièrement rémunérateur. C’est du moins ce qui ressort d’un rapport de l’AMF* publié en 2017 qui souligne  : « Sur les 29 dernières années, période incluant notamment deux crises boursières et financières, il est remarquable de noter qu’en moyenne les placements en actions sur 20 ans ont toujours procuré un rendement nominal positif. » L’AMF avance un rendement annualisé moyen de 5,3% pour des placements diversifiés en actions (actions françaises, anglaises, allemandes, américaines et japonaises), conservés pendant un minimum de 20 ans, avec des investissements initiaux réalisés entre 1988 et 1997 (effectué chaque mois sur une période allant de janvier 1988 à janvier 1997). Attention cependant, les actions ne constituent pas un placement miracle. Le risque de perte en capital est bien présent. La performance n’est généralement au rendez-vous que sur le moyen-long terme et, pour profiter à plein de cette classe d’actifs, il conviendra également de réinvestir systématiquement les dividendes perçus et ainsi bénéficier de la magie des intérêts capitalisés. *Lien vers le rapport  : https://www.amf-france.org/Publications/Lettres-et-cahiers/Risques-et-tendances/Archives ? docId=workspace%3A%2F%2FSpacesStore%2F5afde692-5e9f-4758-925d-6e67aaf6ff2c 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :