Performances n°4 jun/jui/aoû 2006
Performances n°4 jun/jui/aoû 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de jun/jui/aoû 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Asie... des atouts uniques.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Performances Mag 16 TF1, M6 : diversifications, grande distribution et… Coupe du Monde ! Net changement de ton du côté des chaînes de télévision. Chez TF1, après un premier trimestre "à zéro", les recettes publicitaires ont enregistré en avril un bond de plus de 10%. De quoi espérer une croissance de l’ordre de 8% au deuxième trimestre. Un optimisme lié tout d’abord à l’effet "Coupe du Monde" en Allemagne pour laquelle la chaîne a misé gros - 100 millions d’euros pour retransmettre les 24 meilleurs matchs – mais dont elle attend également beaucoup de retombées. En 1998, la fameuse finale France-Brésil avait en effet attiré 20,57 millions de téléspectateurs sur TF1, avec une part d’audience de plus de 75%. Un record battu deux ans plus tard avec la finale de l’Euro 2000 (France-Italie) et 21,4 millions de télespectateurs… M6, elle aussi, s’est engouffrée dans la brèche, avec des moyens certes plus limités. L’investissement n’en ressort pas moins à près de 30 millions d’euros pour 31 rencontres de moindre envergure, avec quelques retombées, là aussi, à la clé. Autre élément, moins ponctuel cette fois, la meilleure disposition des annonceurs du secteur de l’alimentation après la signature, à la mi-mars, d’un accord avec les acteurs de la distribution. Des clients qui avaient fait défaut en 2005 et qui sont loin d’être négligeables compte tenu de leur poids dans la consommation des ménages. Avec également, en 2007, une autre bonne nouvelle, de taille : c’est en effet l’année prochaine que les ténors de la grande distribution seront autorisés à faire de la publicité sur les grandes chaînes. Et si le meilleur était donc à venir pour TF1 et M6 ? C’est peut-être d’autant plus vrai que, durant ces derniers trimestres de vaches maigres, les deux chaînes (et plus particulièrement M6) en ont profité pour développer leurs activités de diversifications (catalogues de droits, DVD, téléachat, internet ou plus récemment téléphonie mobile), beaucoup moins cycliques. De quoi s’affranchir plus facilement des aléas du marché de la publicité. NRJ : les investissements d’aujourd’hui font les résultats de demain… Avec une activité traditionnelle en bonne forme, mais des relais de croissance qui pèsent sur les résultats, NRJ est en pleine phase de transition. L’objectif est clair : décliner le succès de la radio autour de deux nouveaux pôles, la télévision numérique terrestre et la téléphonie mobile. Pour la TNT, le démarrage apparaît prometteur mais il s’agit d’une opération de long terme, la rentabilité n’étant pas attendue avant cinq ans. Le retour sur investissement devrait être plus rapide pour la branche mobile, le point mort pouvant être atteint dès la fin de la deuxième année. La Bourse, elle aussi, est en position d’attente, même si elle accorde aujourd’hui toute sa confiance à cette "success" story des radios. Affaire à suivre… On l’a compris, la tendance semble aujourd’hui favorable pour les acteurs de la publicité. Encore faut-il miser sur les bons acteurs. Nous sommes acheteurs de Publicis pour la superbe visibilité offerte par le groupe. On peut aussi acheter TF1 et M6, où l’effet de levier apparaît important au cours des prochains trimestres, tout comme JC Decaux. En revanche, NRJ constitue un pari de plus long terme. Celui de Havas est encore beaucoup trop risqué à nos yeux. Les valeurs de la publicité - Chiffres clés CA 2006e CA 2007e BN 2006e BN 2007e PER 2006e PER 2007e Rdt 2006e (en ME) (en ME) (en ME) (en ME) (nb de fois) (nb de fois) (en%) Publicis 4 414 4 614 408 453 17.4 15.7 1.3 Havas 1 475 1 533 86 109 20.1 15.9 2.2 TF1 3 011 3 236 237 383 24.2 15 2.4 M6 1 400 1 502 147 183 22.5 18.1 3.5 JCDecaux 1 915 2 025 206 227 25.6 23.3 1.8 NRJ Group 445 497 69 84 22.0 18 2.0 Estimations (e) : Chiffres d'affaires (CA), bénéfice net (BN), ratio cours/bénéfices (PER), rendement (Rdt) Source : Société Générale Equity Research, données au 11 mai 2006 SCÉNARIO TECHNIQUE en bref OPINION MOYEN TERME Hausse VALIDATION au dessus de 31,80 euros OBJECTIFS 34,75 puis 38,85 euros INVALIDATION 30,08 euros Valeur préférée de la rédaction d’Investir.fr et de DayByDay, Publicis est le sous-jacent de nombreux produits à levier. Du côté des Warrants, on pourra s’intéresser aux Call 40 € - échéance 13 juin 2007 (FR0010310417 – Mnémo : 1808S) dont le delta de 27% et une élasticité de 5,4x en font un produit très réactif. Pour une hausse de l’action de près de 23% vers la seconde résistance à 38,85 € d’ici fin août, le Warrant pourrait atteindre des sommets à +140% environ. En atteignant le premier objectif à 34,75 € d’ici fin juillet, l’action offrirait tout de même près de 40% de hausse au Warrant. En cas d’invalidation du scénario (sous 30,08 €), il faudra s’attendre à une perte identique d’ici fin juin. Chez ClickOptions, le Turbo-Up 28,10 € - échéance 29 septembre 2006 permet à partir d’un cours de 3,86 € de gagner 1 euro pour chaque variation identique du titre, soit un effet de levier de 8,2x. Le Seuil de sécurité fixé à 29,51 € permettra de couper la position aux alentours de – 55% vers 1,98 € (30,08 € - 28,10 €, hors coût de financement) si l’action rallie son support invalidant alors l’analyse.
Analyse secteur Publicis, une tendance très haussière La tendance est fortement haussière sur Publicis et l’analyse technique peut ici utiliser le terme de « visibilité ». En effet, le prochain objectif se situe à 38,85 € et il faudrait assister à une rupture de 30,08 € pour retarder ce mouvement. Incontestablement, Publicis est une des plus fortes valeurs du secteur de la publicité en Europe. Après le rebond sur les points bas de 2003 vers 15 €, Publicis est resté long temps sous la barre psychologique des 30 € testée en 2003, 2004 puis fin 2005. Le dépassement de cette borne a ouvert de nouvelles perspectives pour le titre et la prochaine résistance majeure se situe à 38,85 €. L’analyse graphique montre que la hausse qui a débuté en 2005 est parfaitement construite. D’une part, les cycles d’impulsion haussière sont puissants et accompagnés de volumes ; les corrections de ces mouvements respectent les règles de retracement et d’alternance. D’autre part, la configuration de ce mouvement est celle d’un parfait canal haussier avec quatre points d’impacts. Les cours ont consolidé sous la zone de résistance à 33,60 € /34,75 € : ils sont revenus sur le support majeur à 30,08 €. Ce puissant soutien, renforcé par la borne basse du canal ascendant, constitue le Par Julien Nebenzahl, Président, DayByDay meilleur point d’entrée à moyen terme. En effet, il ressort de cette étude globale qu’une rupture de ce niveau coïnciderait avec une sortie de canal : il s’agit bien du niveau d’invalidation de la stratégie haussière basée sur l’analyse graphique. Dans ce cas de figure, le mouvement haussier et les perspectives très haussières sur Publicis seraient repoussées. La récente consolidation sur 30,08 € permet de projeter un objectif à proximité de la résistance majeure de 38,85 €. Un objectif intermédiaire peut être fixé sur la zone de résistance à 33,60 € /34,75 €. TF1, fin de tendance baissière TF1 a rompu sa tendance baissière et tous les indicateurs techniques pointent en direction des sommets de 2004 à 31,20 €. Il faudrait revenir sous 24 € pour annuler ce scénario. Depuis 2003, le titre TF1 évolue latéralement : les cours ne dépassent pas 31,20 € mais rebondissent régulièrement à proximité de 20 € (support à 20,50 €). L’absence de tendance n’incite pas a priori à privilégier ce titre pour les semaines à venir. Pourtant, l’analyse graphique détecte deux événements majeurs. En premier, TF1 a ouvert un trou de cotation hebdomadaire (communément appelé "gap" en analyse technique) juste après le rebond sur le support majeur. Ce signal indique que les opérateurs sont bien présents à l’achat. Le second point concerne la rupture d’une ligne de tendance baissière qui relie les sommets principaux de 2002 et 2004. Le risque d’une reprise de la baisse est ainsi écarté. La voie est maintenant ouverte à un test des sommets de 2006 à 27,76 € (premier objectif) mais les deux événements décrits précédemment incitent à privilégier une extension du mouvement vers 31,20 €. L’analyse technique est donc haussière à court et moyen terme tant que le dernier point bas (et support majeur) est bien respecté : il se situe à 24 €. TF1 ou M6, petite préférence pour TF1 TF1 ou M6 : le choix graphique permet de privilégier le premier titre au second. Le graphique montre la division des cours de TF1 par ceux de M6. Ce calcul permet de se représenter les périodes où TF1 réalise un meilleur parcours boursier que M6 : lorsque la courbe monte. Cette courbe progresse justement depuis la fin d’année dernière. Ceci indique la préférence des opérateurs pour TF1. Plus intéressant encore, la courbe dépasse les points hauts qui résistaient depuis près d’un an. Le mouvement devrait donc se poursuivre et l’analyse technique incite à privilégier TF1 au détriment de M6. En savoir plus Choisir entre deux titres Pour choisir quel titre privilégier au sein d’un même secteur, les analystes techniques utilisent la notion de force relative. Il s’agit de diviser les cours d’une action par ceux de son concurrent afin d’observer la progression relative des deux titres. Cette lecture ne tient pas compte du sens d’évolution des actions considérées : en effet, les deux peuvent monter ou baisser, le graphique obtenu mettra en lumière l’action qui monte le plus ou baisse le moins. Cette technique est aussi particulièrement prisée des gestionnaires de fonds long/short. Performances Mag 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :