Performances n°4 jun/jui/aoû 2006
Performances n°4 jun/jui/aoû 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de jun/jui/aoû 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Asie... des atouts uniques.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
L'ASIE dans votre PEA Chine, Japon, zone Asie Pacifique Investissez simplement sur l'Asie avec les trackers de Lyxor. Investissez en un ordre de Bourse sur la Chine, le Japon ou la zone Asie Pacifique. Ces 3 trackers sont éligibles au PEA et leurs frais sont les plus bas du marché. CHINE Lyxor ETF China Entreprises (HSCEI) Éligible au PEA Frais de gestion : 0,65%/an TTC Isin FR0010204081 Mnémo ASI JAPON Lyxor ETF Japan (TOPIX) Éligible au PEA Frais de gestion : 0,50%/an TTC Isin FR0010245514 Mnémo JPN ZONE ASIE PACIFIQUE (hors Japon) Lyxor ETF MSCI Asia Pacific Ex-Japan Éligible au PEA Frais de gestion : 0,65%/an TTC Isin FR0010312124 Mnémo AEJ Cotation en continu Frais habituels de votre intermédiaire financier Pour plus d'informations : 0810 86 87 88 - www.lyxoretf.fr ou www.sgbourse.fr rubrique trackers Lyxor ETF, premier tracker d'indices. Lyxor ETF China Enterprises (HSCEI), Lyxor ETF Japan (TOPIX) et Lyxor ETF MSCI Asia Pacific ex-Japan sont des fonds communs de placements agréés par l'Autorité des marchés financiers le 08/07/2005, el 13/12/2005 et le 12/04/2006 sous les numéro FCP20050538, FCP20050888 et FCP20060325. L'indice Hang Seng China Enterprises est la propriété exclusive de Hang Seng Data Services Ltd. qui autorise son utilisation à Lyxor AM en relation avec l'émission du tracker. Le Tokyo Stock Exchange possède tous les droits de propriété intellectuelle concernant l'indice TOPIX, tels que le calcul, la publication et l'utilisation de l'indice TOPIX. Les indices MSCI sont la propriété exclusive de MSCI et les indices MSCI sont des marques de MSCI ou de ses filiales et ont fait l'objet d'une licence accordée, pour certains besoins, à Lyxor AM. Les produits sous licence ne bénéficient en aucune façon du parrainage, du soutien ou de la promotion du Tokyo Stock Exchange, de MSCI ou de HSI Services Ltd. L'investisseur est invité à se faire sa propre opinion quant à l'opportunité de l'investissement envisagé et à se rapprocher de ses conseillers habituels avant toute acquisition de parts. Les prospectus de ces FCP sont téléchargeables sur www.lyxoretf.fr et disponibles sur simple demande. RÉALISATION NSL Studio I www.nslstudio.com RÉF. 060405
OPPORTUNITÉS I ZOOM SUR UN SECTEUR Le printemps annoncé de la pub Publicis, Havas, TF1, M6, JCDecaux, NRJ, autant d’acteurs pour qui l’évolution du marché publicitaire est cruciale. Le point sur tous ces dossiers, à l’heure où la conjoncture s’annonce plus favorable. Après une faible croissance du marché publicitaire l’an dernier (moins de 2% en France), 2006 débute sur les chapeaux de roue. Selon les dernières données, le premier trimestre a cumulé plus de 4,6 milliards d’euros d’investissements, en forte hausse d’une année sur l’autre. Et la tendance se poursuit. En témoigne le bond de plus de 10% des recettes de TF1 en avril. Après plusieurs années de vaches maigres, les grands acteurs cotés du secteur vont commencer à profiter de ce retour à meilleure fortune. Certains l’enregistrent déjà dans leurs comptes. Passons en revue les forces et les faiblesses de chacun des grands acteurs français. L’objectif pour l’actionnaire : placer ses œufs dans le bon panier ! Publicis : le bon élève Premier groupe français de publicité et 4e au niveau mondial, Publicis ne déçoit pas. Publication après publication, le groupe dirigé par Maurice Lévy apporte les preuves de sa bonne santé et d’une visibilité à toute épreuve, tant sur le plan de l’activité que de la rentabilité. Au premier trimestre, pourtant traditionnellement le plus faible de l’année, la croissance organique de Publicis est ressortie à plus de 6%. Une tendance qui s’inscrit très largement dans le cadre des objectifs fixés pour l’année, à savoir faire mieux que le marché en termes de revenus publicitaires (soit au-delà de 4%). Les nouveaux contrats ("Net new business) engrangés sur le trimestre, supérieurs au milliard d’euros, autorisent d’ailleurs une certaine confiance. Sur le plan de la rentabilité, le ténor du secteur réaffirme son objectif d’une marge de 16,8% en opérationnel à l’horizon 2008, contre 15,7% en 2005. Bref, un beau rythme de croisière chez Publicis. Une question subsiste : dans quel domaine le groupe peut-il maintenant surprendre ? Havas : à quand le rebond ? Au bout d’un an de reprise en main, le bilan de Vincent Bolloré, devenu premier actionnaire et président d’Havas au terme d’une véritable guerre de tranchée avec la direction en place, est encore, il faut bien le dire, peu convaincant. En 2005, l’autre grand acteur français de la publicité a accusé une baisse de 2% de ses revenus pour une marge opérationnelle de seulement 10%. Le premier trimestre 2006 n’a guère été plus brillant. Compte tenu des contrats perdus l’année dernière, les revenus ont reculé de 2,4% en organique. Si le "Net new business" est en très fort redressement, à plus de 600 millions d’euros, il faudra au moins attendre la seconde moitié de l’année pour que le groupe en récolte les fruits. Tout vient à point à qui sait attendre… à moins que Vincent Bolloré, éga- Par Denis Lantoine, Rédacteur en Chef, Investir.fr lement actionnaire de référence du britannique Aegis (plus de 25% du capital) ne décide d’aller plus vite, et plus loin, en mariant ces deux entreprises. Une question de stratégie, mais aussi de moyens… JCDecaux : l’annonciateur de bonnes nouvelles C’est la bonne surprise du premier trimestre. À fin mars, le leader de l'affichage et de l’aménagement urbain a publié un chiffre d’affaires en forte hausse de plus de 16% et de 8% en données constantes. De fait, d’ores et déjà très confiant pour l’ensemble de l’exercice, Decaux s’offre le luxe de relever ses prévisions de croissance annuelle, à plus de 6%. En d’autres termes, JC Decaux semble avoir profité avant les autres de l’amélioration attendue du contexte publicitaire. C’est bien pour Decaux, c’est surtout de très bon augure pour l’ensemble du secteur… Flash Bourse ! Pour élaborer vos scénarii de marché, retrouvez chaque jour le Zoom Valeur, une valeur passée au crible par la rédaction d’Investir.fr et les analystes techniques de DayByDay. Performances Mag 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :