Pêche Mag n°18 2019
Pêche Mag n°18 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 2019

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Fédération Nationale de la Pêche en France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : nos territoires ont la pêche !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
EN COULISSE… 38 N°18 Édition 2019 Fédération Nationale de la Pêche en France Une partie du Conseil d'administration de l'AAPPMA d'Aubusson lors d'une journée entretien de berges ZOOM SUR... Une Association Agréée de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques Véritable socle de la pêche associative en France, les 3 700 Associations Agréées de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques (AAPPMA) couvrent l’ensemble du territoire constituant parfois l’un des seuls liens sociaux encore présents sur certaines zones. Exemple de La Gaule Aubussonnaise, l’une des 36 AAPPMA de la Creuse avec Pascal Chemin, son président. La formation des générations futures A 53 ans, Pascal Chemin est passionné de pêche et sert son loisir préféré en s’investissant depuis trente ans dans le monde associatif. Président de l’AAPPMA la Gaule Aubussonnaise et deuxième vice-président de la Fédération Départementale de la Creuse en charge des Ateliers Pêche Nature (APN), Pascal contribue à faire connaitre la pêche auprès des jeunes et à leur inculquer les valeurs de ce loisir  : respect du poisson, des milieux aquatiques mais aussi des autres usagers, de l’eau et de l’environnement. Les animations proposées par l'APN
d’Aubusson sont développées dans le cadre des activités extrascolaires, 24 jours par an. En plus, le module « protection du milieu aquatique » au collège-lycée Eugène Jamot d'Aubusson sensibilise les élèves aux métiers qui gravitent autour de la pêche en leur permettant, par exemple, de visiter des stations d’épuration ou des barrages hydro-électriques. Cet atelier fonctionne tous les mercredis après-midi avec la Fédération départementale de la Creuse. Pour l'instant, il s'adresse aux élèves de la 6 ème jusqu’à la 3 ème. Cette action est originale car elle découle de la convention de partenariat entre l'Éducation nationale et la Fédération Nationale de la Pêche en France (FNPF). Elle est valorisée à l’occasion de la Fête de la science, initiée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en 1991 sur l’ensemble du territoire. Au total, 1157 jeunes de tout le département viennent partager leurs expériences, leurs savoirs sous forme d'ateliers, d'expositions, de projections en lien avec la protection du milieu aquatique et la pêche. Devenir bénévole, un engagement Le système associatif de la pêche en France a l’un des modes d’élection les plus Ces eaux de la Creuse sont classées en première catégorie et la truite Fario en est l’emblème. Pascal Chemin, Président de l’AAPPMA La Gaule Aubussonnaise Il faut que ce bénévolat soit aujourd’hui reconnu et valorisé par nos plus hautes instances car ce travail de l’ombre anime et fait vivre les territoires démocratiques  : après avoir pris sa carte deux ans de suite, un adhérent peut être élu dans une AAPPMA, dans le Conseil d’administration d’une fédération départementale, voire au sein de la FNPF. 15 personnes siègent ainsi au Conseil d’administration de la Gaule Aubussonnaise, qui se réunit une fois par mois au minimum « toutes les décisions sont prises en concertation » explique Pascal. Véritable relais de terrain, l'AAPPMA contribue à la protection du milieu aquatique notamment en participant à l’élaboration de contrat de rivière, de diagnostic de terrain sur la Creuse, la Rozeille et la Beauze, en luttant contre le braconnage ou en organisant des chantiers, des animations ou des concours. Par exemple, l’association a organisé en 2018, une journée d’action destinée à sensibiliser le grand public à lutter contre les espèces invasives telle que la Renouée du Japon. En collaboration avec la Ville d’Aubusson, le club de canoë et l’APN, cette journée a permis également le nettoyage des berges de la Creuse. En plus de la formation aux jeunes, des travaux d’entretien des berges ou de l’organisation d’évènements, l'AAPPMA participe aux suivis piscicoles. Pascal s’assure que les bénévoles sont bien habilités à effectuer des pêches électriques de sauvetage ou d’inventaire pour renforcer l’action de la Fédération départementale de la Creuse. Il réalise également avec les adhérents de l'association au nombre de 240, des travaux assurant la continuité écologique ou des aménagements permettant de faciliter la remontée des poissons vers les zones de fraie en concertation avec les services de l’Etat. Les bénévoles assurent la surveillance d’un territoire quel qu’il soit, même le plus reculé de France. Grâce à ce maillage très fin, à leur connaissance du terrain, les pêcheurs sont les mieux placés pour repérer des éventuelles anomalies (pollutions, sécheresse, etc). « La pêche associative en France est un trésor qu’il faut à tout prix préserver en soutenant prioritairement les volontaires » commente Pascal. « Le désengagement de l’État a développé des missions nouvelles au sein des AAPPMA qui sont très chronophages. Sur certains projets, les membres du Conseil d’administration sont amenés à se retrouver 3 fois par mois ! De même, étant les sentinelles des rivières, nous passons beaucoup de temps à observer la nature, près de 10 heures par semaine » poursuit Pascal. Paradoxalement, ces nouvelles responsabilités sont aussi un moyen de s’investir, de trouver sa place dans ce milieu associatif en protégeant les rivières et en sensibilisant les jeunes à l’environnement. L’engagement dans le bénévolat apporte de nombreuses satisfactions, mais pour Pascal « il faut que ce bénévolat soit aujourd’hui reconnu et valorisé par nos plus hautes instances car ce travail de l’ombre anime et fait vivre les territoires ». Pascal conclut « je ne crois pas que mon cas soit exceptionnel, loin de là. Je suis au service de ma passion que je partage avec les autres pêcheurs mais aussi avec les agriculteurs, les propriétaires, les collectivités, etc… toutes personnes qui évoluent autour de nos rivières. Il ne faut pas oublier que notre outil de travail est la rivière et que sans des eaux propres et sans poissons, le loisir pêche n’existerait pas. » N°18 Édition 2019 Fédération Nationale de la Pêche en France 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :