Pêche Mag n°18 2019
Pêche Mag n°18 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 2019

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Fédération Nationale de la Pêche en France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : nos territoires ont la pêche !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
ENVIRONNEMENT Continuité écologique des cours d’eau  : des bénéfices avérés ! Les bénéfices de la réduction des obstacles le long de nos rivières ne concernent pas que les poissons. Si les pêcheurs sont en première ligne pour la défendre, ils agissent aussi en faveur de la qualité hydro-morphologique des cours d’eau, de la qualité physicochimique de l’eau, de la biodiversité terrestre et aquatique, de la sécurité des riverains… En bref, de l’intérêt général. Dans son ouvrage Le réseau secret de la nature, traduit en 2019 aux éditions Les Arênes, Peter Wohlleben explique, dans un chapitre intitulé « Du saumon dans les bois » à quel point la croissance des arbres peut dépendre des poissons. Pendant son épuisante remontée vers son lieu de reproduction, le saumon royal nord américain, qui peut peser 30 kilos pour 1,5 mètre de long, emporte avec lui les nutriments marins – azote et phosphore concentrés – qu’il a engrangés pendant sa jeunesse dans le Pacifique. Parmi les obstacles à sa remontée, des prédateurs (grizzlis, ours noirs), mais aussi des renards, oiseaux et insectes nécrophages, font chou gras. Ils laissent au bord de l’eau arêtes et têtes qui amendent directement le sol, tout comme leurs excréments. Ici, 70% de l’azote présent dans la végétation serait d’origine marine. « Cette abondance de nutriments se traduit, le long des rivières à saumon, par une plus grande diversité des espèces, tant d’insectes que de Avant travaux (octobre 2016) Avant travaux (octobre 2016) 24 N°18 Édition 2019 Fédération Nationale de la Pêche en France végétaux. » Saluant sur notre continent la Restauration de la continuité écologique (RCE) des cours d’eau et l’amélioration de la qualité de l’eau des rivières, Peter Wohlleben voit dans le retour du saumon atlantique une aubaine pour la biodiversité. Evaluer de manière rigoureuse les gains de la RCE, c’est tout l’objet du Suivi Scientifique Minimal qui pourrait être mis en œuvre sous la houlette de l’Agence française de la biodiversité et des agences de l’eau sur une quarantaine de sites de démonstration en France. Parmi eux, la Hem, cours d’eau du Pas-de- Calais, est un axe d’intérêt majeur du bassin Artois-Picardie pour la colonisation des migrateurs amphihalins (1). Depuis 2012, un vaste programme de restauration de la continuité écologique y a été engagé, avec la Fédération de pêche du Pas-de-Calais (2). Un état des lieux initial de trois sites rigoureusement sélectionnés a été réalisé en 2017, avant d’importants travaux de Restauration de la continuité écologique (2 arasements et un équipement de barrage). Les suivis post-travaux ont débuté fin 2018 et se poursuivront a minima jusqu’en 2024. « La réponse des migrateurs est immédiate, expliquent Benoit Rigault, responsable du Pôle Connaissances, et Mathieu Georgeon, chargé d’études poissons migrateurs, à la Fédération de pêche du Pas-de-Calais. Après un an, on a retrouvé une morphologie de rivière propice à la reproduction des salmonidés et des lamproies. L’effacement d’un ouvrage permet de remobiliser les sédiments piégés dans la retenue au fil des crues pour recréer des habitats et des zones de frayères à l’aval. Les habitats ainsi créés vont favoriser l’oxygénation du milieu. » Même discours dans les monts du Lyonnais où d’importants travaux de RCE ont été menés sur la Turdine et la Brévenne depuis 2009 et sont toujours en cours. Pierre Gacon, responsable technique à la Fédération départementale de pêche du Rhône précise « Les plans d’eau formés par les seuils favorisent le réchauffement de l’eau et le dépôt de sédiments fins. Avec l’effacement des seuils, la rivière retrouve ses capacités à épurer les eaux grâce à l’alternance d’écoulements lents et rapides. L’oxydation des nitrites et de l’ammoniac, particulièrement toxiques pour la faune piscicole, est ainsi facilitée. Avec l’arasement du barrage du Sapéon, la FD69 A l’amont, la suppression de l’effet bief va faire apparaître des séquences naturellement diversifiées et donc de nouveaux habitats et des écosystèmes variés.
FD69 EVOLUTION DU LIT DE LA TURDINE EN AMONT DU SEUIL SAPÉON Après travaux (août 2018). La suppression du seuil atténue le risque d'inondation et redonne à la rivière sa clarté. La restauration de la circulation des poissons est une porte d’entrée… part d’eaux courantes est passée de 4 à 54%, la quantité de vase a été divisée par dix. La largeur du cours d’eau est passée à certains endroits de 11 à 6 mètres, ce qui permet de réduire l’évaporation et le réchauffement de l’eau. Dans un contexte de réchauffement climatique, c’est un indéniable progrès. » Et une meilleure épuration naturelle diminue les dépenses publiques d’assainissement. Plus encore, la suppression du seuil a fait baisser la hauteur de la ligne d’eau et rend désormais superflu le rehaussement de la passerelle envisagé à l’Arbresle à la suite des dramatiques inondations de 2008. L’abandon de travaux dispendieux de rehaussement et la protection des commerces et habitations sont donc également à mettre à l’actif de la RCE. La restauration de la circulation des poissons est une porte d’entrée, soutenue avec dynamisme par les pêcheurs et leurs fédérations départementales, vers une amélioration de la qualité de l’environnement qui profite à tous. « Reste à l’État, fort de ces résultats, à poursuivre son soutien à ces actions d’intérêt général, sans se laisser happer par les sirènes des intérêts particuliers hydroélectriques », conclut Jean-Paul Doron, 1er vice-Président de la FNPF. Groupe de travail national sur la continuité écologique (1) - Espèces qui réalisent leur cycle de vie en circulant de l’eau douce à la mer et réciproquement. (2) - Les autres partenaires  : Agence de l’eau Artois-Picardie, Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale, Syndicat mixte de la vallée de la Hem, Conservatoire botanique national de Bailleul, Agence française de la biodiversité. Le Comité National de l’Eau souhaite un plan pour une mise en œuvre apaisée de la restauration de la continuité écologique… Un Groupe de travail a été mis en place rassemblant toutes les parties concernées par le thème de la continuité écologique, les ministères, les pêcheurs de loisir et professionnels, les représentants des moulins, les producteurs d’hydroélectricité, les riverains des cours d’eau, les différents services déconcentrés, les collectivités… De nombreuses réunions ont été consacrées à la volonté de dépassionner le débat. Débat important faut-il le rappeler car il conditionne tout naturellement l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau. A l’issue des travaux, il faut noter deux choses importantes  : Le climat de confiance entre les parties prenantes ne s’est pas amélioré en particulier car la question des moulins continue d’occuper une place trop centrale dans le débat. Naturellement, les amendements votés par le Parlement pour leur permettre de ne pas respecter la continuité écologique n’ont pas amélioré l'atmosphère. La volonté du ministère de prioriser, après un débat local dans les instances de bassins, les actions à mener dans le cadre de la continuité écologique. La FNPF a tenu et défendu une ligne aux termes de laquelle la continuité écologique avance dans les territoires. Chaque jour la pêche associative soutient ou réalise des actions participant au rétablissement du fonctionnement naturel des cours d’eau. Elle a également soutenu que la restauration de la continuité ne produit pas des effets immédiats, exigeant ce faisant, de la patience et du suivi. Surtout, la FNPF a plaidé pour un moratoire des modifications réglementaires de toute nature pour qu’enfin l’apaisement entre les parties prenantes opère et que les outils juridiques puissent être mis en place. N°18 Édition 2019 Fédération Nationale de la Pêche en France 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :