Pêche Mag n°18 2019
Pêche Mag n°18 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 2019

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Fédération Nationale de la Pêche en France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : nos territoires ont la pêche !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Le loisir pêche, une opportunité pour les territoires ! Maurice Lebranchu, Président de la Fédération de la Pêche des Côtes d’Armor (22), vice-Président et responsable de la commission « développement du loisir pêche » de la FNPF Définitivement, le loisir pêche est une opportunité pour les territoires. Du fait de la richesse et de la diversité des milieux aquatiques, certains n’hésitent pas à prendre quelques jours de vacances pour aller à la pêche comme d’autres choisissent d’aller faire du ski ou de la randonnée. 39% des pêcheurs pratiquent ainsi des séjours de pêche pour 21,3 j par an. Les dépenses d’hébergement, de transport et de restauration liées à ces séjours représentent 110 millions d’euros (1). Pour attirer de nouveaux pêcheurs et développer le tourisme pêche, les structures associatives de la pêche et les acteurs économiques et touristiques de Assises Nationales du dessiner les contours de Les Assises Nationales du Loisir Pêche ont permis de mesurer le chemin parcouru depuis 2009 grâce à la mobilisation des élus et des salariés. Ces journées ont mis en avant l’organisation bien structurée de la pêche associative de loisir et la professionnalisation du réseau. Son animation s’est aussi bien étoffée. Au cœur des territoires, la pêche revêt un rôle économique majeur, une dimension sociale et résolument humaine et relie les hommes, dans le respect de l’environnement, autour d’une pratique à la fois ancestrale et en pleine mutation. 10 N°18 Édition 2019 Fédération Nationale de la Pêche en France leur région combinent leurs forces et leurs expertises. Ensemble, ils proposent une offre de qualité adaptée et contribuent au maintien d’une économie de proximité locale. Ainsi, la pêche associative est sortie de son isolement pour avoir un rayonnement à la hauteur de ses ambitions. Elle a su capter l'intérêt de nombreux partenaires institutionnels, collectivités, associations œuvrant en matière de tourisme de pleine nature, qui ont compris que la pêche était un loisir important et un atout indéniable pour les territoires. Cependant, et les fédérations départementales de la pêche l’ont bien noté, la qualité paysagère du La qualité paysagère, l'accueil, l'hébergement et l'état du parcours comptent autant que le nombre de poissons capturés. (1) Etude BIPE – Février 2014
loisir pêche  : la pêche de demain site sur lequel le pêcheur se déplace, l'accueil qui lui sera réservé, la facilité avec laquelle il pourra acquitter ses droits de pêche, les possibilités d'hébergement éventuel, l'entretien et l'état général du parcours sur lequel il va pratiquer comptent désormais au moins autant que le nombre de poissons capturés. Pour poursuivre cette dynamique de développement du tourisme halieutique, ou l’impulser là où c’est nécessaire, le travail doit s’articuler autour de trois grandes priorités. Fidéliser les adhérents. Les fédérations départementales ont observé, depuis plusieurs années, un important turnover de pêcheurs. Pour Maurice Lebranchu, vice-président et responsable de la commission « développement du loisir pêche » de la Fédération Nationale de la Pêche en France « nous devons proposer aux pêcheurs des avantages concrets pour les inciter à rester. » Cette démarche d'ouverture permettrait également d’avoir une multiplicité de l’offre et de séduire un nouveau public. Une piste explorée par la FNPF en 2018 avec l’offre d’automne (voir article page 30). Travailler sur le décrochage des jeunes pêcheurs. En 2018, 199 900 cartes de pêche « moins de 12 ans » et 122 800 cartes de pêche « mineure » (12-18 ans) ont été délivrées. Mais les 2/3 de pêcheurs « mineurs » quittent cette activité après l’âge de 10 ans. « Le retrait des 12/18 ans est une vraie gageure. Ce repli est beaucoup trop fort sur cette tranche d’âge ! » alerte le responsable de la commission « développement du loisir La Fédération Nationale de la Pêche en France a organisé les Assises Nationales du Loisir Pêche les 28 et 29 novembre 2018 à Paris sur le thème « le loisir pêche, une opportunité pour les territoires ». pêche ». Or, l’élément financier ne semble pas déterminant puisqu’on n’observe pas une accentuation de ce décrochage chez les jeunes qui passent de la carte de pêche « mineure » à la carte de pêche « majeure ». Maurice Lebranchu suggère « le développement d'une politique d'accompagnement et de perfectionnement des jeunes pêcheurs. Cependant, nous savons que nous n’avons pas les capacités humaines et financières, demain, d'organiser toute cette animation à un niveau professionnalisé. Il faut absolument que nous revitalisions le réseau bénévole associatif, notamment avec les Ateliers Pêche Nature. » Développer la culture du « produit pêche ». L'évolution du secteur des loisirs et de la consommation oblige à penser les choses autrement. « Vendre » la pêche demain, ce sera s’appuyer sur de l'animation, de l'hébergement, des services, du guidage, de la location de matériel, etc. Le loisir pêche doit accentuer ses nombreux points forts  : son potentiel hydrographique et piscicole, ses structures d’accueil, d’hébergement et ses équipements à vocation touristique. La plupart des territoires ont une belle carte à jouer en matière de tourisme halieutique et de développement économique. « Ce que nous devons réussir demain, tous ensemble, c’est une grande fédération qui réunira tous les particularismes de la pêche (moucheurs ou pêcheurs au feeder, pêcheurs « détente » ou compétiteurs, pêcheurs en eau douce ou en mer), qui mettra notre richesse au service du collectif en partenariat avec l'ensemble des acteurs qui gravitent autour de ce loisir » conclut Maurice Lebranchu. LE DOSSIER Amicales pensées à notre collègue Françoise Garnaud–Perrocheau. Françoise est arrivée aux fonctions de déléguée générale de l’Union Nationale pour la Pêche en France en 2003 juste avant la création de la FNPF en 2007. Elle sera ensuite chargée de l’un des pôles les plus importants de la FNPF, celui du développement du loisir pêche. Elle a, avec détermination et professionnalisme, assuré la rédaction et le suivi du Schéma National de Développement du Loisir Pêche, document national de référence de toutes les actions participant à la promotion de notre loisir. Disparue prématurément en janvier 2019 des suites d’une longue maladie, Françoise nous laissera l’image de sa douceur, de son calme et de sa gentillesse. Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches. N°18 Édition 2019 Fédération Nationale de la Pêche en France 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :