Pasteur Le Mag' n°8 jun/jui/aoû 2009
Pasteur Le Mag' n°8 jun/jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de jun/jui/aoû 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut Pasteur

  • Format : (180 x 241) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Leishmania et Trypanosoma, même combat ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
>Matthew Albert, scientifique américain, est directeur du Centre d’Immunologie humaine. Il dirige par ailleurs l’unité d’Immunobiologie des Cellules dendritiques (associée à l’unité InsermU818). 2 PASTEUR LE MAG’Juin 2009 LIGNES DE FORCE IMMUNOLOGIE Un pont entre recherche clinique et recherche fondamentale Le Centre d’Immunologie humaine Le département d’Immunologie de l’Institut Pasteur est classé au 1 er rang européen et au 12 e rang mondial parmi les centres de recherche en immunologie. Sa reconnaissance internationale repose essentiellement sur ses travaux en immunologie fondamentale. Confronter les résultats de cette recherche fondamentale à la réalité de la physiologie et des pathologies humaines représente un enjeu majeur. À cette fin, un Centre d’Immunologie humaine (CIH) a été créé en 2007 et inauguré en 2008, pour que puissent travailler ensemble chercheurs et cliniciens. Le CIH a pour objectif non seulement de promouvoir une recherche translationnelle permettant d’appliquer à des situations cliniques des concepts développés dans des modèles expérimentaux, mais également et, peut être surtout, d’élaborer les modèles expérimentaux permettant de répondre aux questions posées par les pathologies humaines. La pathologie est souvent un formidable révélateur de la physiologie. Rattaché au département d’Immunologie et à l’Imagopole de l’Institut Pasteur, le CIH est un lieu de rencontre ouvert aux chercheurs de l’ensemble du campus et aux cliniciens intéressés. « Plusieurs clés manquaient dans les approches préalables, en particulier l’apport de cliniciens travaillant auprès des malades et la nécessité pour les laboratoires de recherche de disposer d’échantillons de prélèvements humains, explique Matthew Albert. Je pense que le centre répond à un besoin de se rapprocher de la réalité clinique. » Le Centre d’Immunologie humaine travaille en articulation avec le Pôle intégré de Recherche clinique (PIRC) mis en place à l’Institut Pasteur en février 2008. Pour l'ensemble des chercheurs de l'Institut Pasteur, le PIRC a pour mission d'assurer la coordination des opérations liées aux activités de recherche clinique, que l'Institut Pasteur en soit l'initiateur ou le partenaire. Le PIRC intervient dès qu'une recherche est en lien avec la personne (physiopathologie, essais thérapeutiques, collections d'échantillons biologiques...) ; c'est ainsi que le PIRC est amené à travailler sur les projets du CIH. « L’objet du CIH est d’intégrer au laboratoire les éléments provenant de la clinique. Ainsi, ses activités portent sur les mécanismes de la pathogenèse, sur la façon dont la pathologie se déroule. Nous offrons un support. Les investigateurs apportent leur projet et nous leur donnons des moyens de haute technologie pour répondre à leurs attentes, principalement pour les maladies infectieuses, pour l’immunothérapie des tumeurs et l’immunopathogenèse des cancers, les maladies auto-immunes, l’allergie. » Des partenariats public-privé Le CIH travaille tant avec des équipes pasteuriennes qu’avec des cliniciens extérieurs attachés à divers hôpitaux. Le CIH agit comme initiateur de nouvelles collaborations cliniques pour les chercheurs désireux d’entreprendre « Vers une compréhension approfondie des maladies et une meilleure prise en charge des malades. »
> Le centre de recherche Biologie intégrative des Maladies émergentes (dessin) une étude clinique et comme acteur logistique du suivi des projets pour les chercheurs qui ont déjà un partenariat actif avec des services cliniques. Plusieurs hôpitaux sont concernés : Necker, notamment son Centre d’Investigation clinique, Cochin, Saint-Louis… et bientôt Georges Pompidou. Pour des raisons pratiques, il s’agit essentiellement d’hôpitaux situés à Paris, pour recueillir les échantillons dans des délais courts. « Ce n’est pas nous qui incitons les investigateurs, pasteuriens ou autres, à s’adresser au CIH, précise Matthew Albert, ce sont eux qui nous contactent pour nous proposer un projet. » Évidemment, des partenaires industriels et universitaires sont intégrés à ce circuit et des universités peuvent être amenées à s’y intéresser. En effet, le CIH offre une aide pour optimiser les techniques de tri, de mesure et d’analyse des échantillons humains. Il facilite la coordination avec le partenaire qui, pour sa part, aide à obtenir les autorisations pour exécuter les essais. Puis, les patients sont recrutés en fonction des pathologies étudiées. « Pour être clair, notre mission n’est pas de traiter. Il s’agit en fait d’offrir une meilleure connaissance des maladies, d’ouvrir des perspectives nouvelles pour les concepts cliniques, les outils diagnostiques, les moyens de contrôle de l’évolution des pathologies, les stratégies préventives et thérapeutiques. » Cette approche permet la mise au point de modèles animaux et de modélisation de la pathologie humaine. Pratiquement, le CIH apporte des conseils technologiques pour répondre aux objectifs des projets, une aide à la préparation des dossiers cliniques en concertation avec les promoteurs industriels, un suivi logistique et la traçabilité des échantillons biologiques humains mais aussi un savoir-faire unique reposant sur des compétences multidisciplinaires. FINANCEMENTS Le CIH a été créé grâce à des financements de l’Institut Pasteur, de l’Institut national de la Santé et de la Recherche médicale (Inserm), du Cancéropôle Ile-de-France, de la Région Ile-de-France, de la Fondation pour la Recherche médicale et de l’Agence nationale de Recherche sur le Sida et les Hépatites virales (ANRS). >Lars Rogge, directeur adjoint du CIH, manipulant le FACSAria II qui permet de trier différents types de cellules. PASTEUR LE MAG’Un comité scientifique externe, regroupant des immunologistes renommés, joue un important rôle de conseil, tant pour le choix des projets que pour l’évolution du CIH. Il est présidé par le Pr Herbert W. « Skip » Virgin, titulaire de la chaire Edward Mallinckrodt de Pathologie et d’Immunologie à la Washington University School of Medicine (États-Unis). Des projets variés L’un des projets en cours de développement porte sur l’analyse des réponses protectrices naturelles contre l’infection par le virus du sida (VIH) et un autre sur l’évaluation de l’immunogénicité de candidats vaccins anti-VIH sur des cultures cellulaires, c’est-à-dire sur leur potentiel à stimuler efficacement le système immunitaire. Récemment, Françoise Barré- Sinoussi (voir aussi Pasteur Le Mag’n°7) regrettait d’ailleurs qu’à l’époque de la découverte du virus du sida peu d’immunologistes pasteuriens s’intéressaient• PASTEUR LE MAG’3 Juin 2009



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :