Pasteur Le Mag' n°8 jun/jui/aoû 2009
Pasteur Le Mag' n°8 jun/jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de jun/jui/aoû 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut Pasteur

  • Format : (180 x 241) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Leishmania et Trypanosoma, même combat ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
LEISHMANIES ET TRYPANOSOMES DOSSIER Trypanosomes et leishmanies : similitudes et différences Comme les leishmanies, les trypanosomes appartiennent à la famille des Trypanosomatidés. Comme elles, ce sont des parasites, ils sont dotés d’un flagelle, ils ont comme hôte vecteur un insecte. Comme elles, ils sont responsables de maladies parasitaires qualifiées de « négligées ». Mais ils présentent deux différences majeures. Chez l’homme, les leishmanies sont des parasites obligatoirement intracellulaires ; elles vont 34 PASTEUR LE MAG’Juin 2009 TRYPANOSOMA >Trypanosoma brucei. (Thierry Blisnick et Philippe Bastin, Biologie cellulaire des trypanosomes/plate-forme Microscopie ultrastructurale). entrer dans des cellules, en particulier des macrophages, et s’y mettre à l’abri. « Les trypanosomes, eux, sont plus « braves », déclare Philippe Bastin. Ils vont demeurer extra-cellulaires, sans envahir de cellules hôtes, à l’exception de Trypanosoma cruzi (article précédent). Trypanosoma brucei, responsable de la maladie du sommeil, circule comme un parasite libre, dans la circulation sanguine, quel que soit l’hôte (humain ou animal). La deuxième différence importante entre leishmanies et trypanosomes est d’ordre morphologique. Lorsque l’on observe une leishmanie, on voit un corps cellulaire et un flagelle chez l’insecte ou chez l’homme avant qu’elle n’ait pénétré dans les cellules. Lorsqu’elle se trouve à l’intérieur d’une cellule, le flagelle de la leishmanie est abortif, minuscule. Chez les trypanosomes, la différence la plus spectaculaire est marquée par le flagelle : il est enroulé autour du corps cellulaire du parasite et les variations de sa longueur sont nettement moins marquées. » Le flagelle, dans sa plus grande partie, adhère à la paroi cellu-
laire, seule la petite partie terminale reste libre. C'est en ondulant qu'il entraîne le mouvement du parasite. Réservoirs et vecteur Plus de 90% des cas notifiés de maladie du sommeil sont dûs à Trypanosoma brucei gambiense qui provoque une forme chronique de la maladie. Une personne peut être infectée pendant une longue période sans présenter de signes ou de symptômes importants. Quand les symptômes surviennent la maladie est déjà parvenue à un stade avancé et le système nerveux central est atteint. C’est l’homme qui représente le réservoir majeur pour T. b. gambiense. La trypanosomiase à Trypanosoma brucei rhodesiense représente moins de 10% des cas signalés. Elle se retrouve en Afrique orientale et australe où ce parasite provoque une affection aiguë. Les premiers signes et symptômes s'observent au bout de quelques semaines ou de quelques mois. Le parasite envahit le système nerveux central et la maladie évolue rapidement. Pour ce trypanosome, les animaux sauvages constituent un important réservoir. Nos défenses naturelles éliminent aisément la plupart des espèces de trypanosomes qui infectent l’animal. Initialement, T. b. rhodesiense n’était pas un parasite de l’homme mais il s’est rapidement adapté chez les primates puis chez l’homme. « Les trypanosomes africains sont transmis quasi exclusivement par la mouche tsé-tsé, ou glossine, via la salive de l’insecte. La mouche va ingérer les parasites en >Piège à glossines. (Pr François Rodhain) PASTEUR LE MAG’• PASTEUR LE MAG’35 Juin 2009



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :