Pasteur Le Mag' n°8 jun/jui/aoû 2009
Pasteur Le Mag' n°8 jun/jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de jun/jui/aoû 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut Pasteur

  • Format : (180 x 241) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Leishmania et Trypanosoma, même combat ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
LEISHMANIES ET TRYPANOSOMES DOSSIER 18 PASTEUR LE MAG’Juin 2009 LEISHMANIA Structure tridimensionnelle d’un anticorps fixé spécifiquement à un antigène. Un antigène est une substance capable d’être reconnue par le système immunitaire, par exemple un fragment de protéine (un peptide) ou un sucre à la surface d’une bactérie. Il est immunogène lorsqu’il déclenche une réponse immunitaire spécifique. L’organisme est doté d’un système immunitaire ancestral et• « L’un des objectifs de nos travaux, c’est de comprendre pourquoi cette structure protectrice à la surface du parasite n’est plus exprimée lorsqu’il est parvenu au stade amastigote, lorsqu’il se trouve dans des cellules qui l’ont phagocyté. » Attiser la « gourmandise » des macrophages La gangue protectrice des leishmanies n’empêche pas en revanche les macrophages de les phagocyter. Au contraire ! « Je dis souvent à mes étudiants que le parasite se comporte comme s’il était « suicidaire ». En effet, nous avons dans le sang des cellules Antigène Anticorps d’un système immunitaire d’apparition plus récente dans l’évolution. Le premier est constitué par un ensemble de cellules qui, parce qu’elles possèdent des récepteurs pour des structures conservées par de nombreux micro-organismes, peuvent interagir avec les pathogènes et les détruire par différents mécanismes. Ces cellules (macrophages, cellules dendritiques, par exemple) qui fonctionnent comme une première ligne de défense représentent « l’immunité innée ». L’immunité « adaptative » est assurée par des lymphocytes, des cellules spécialisées possédant des récepteurs dont la spécificité, beaucoup plus large, leur permet de reconnaître une très grande variété de structures antigéniques. Les lymphocytes doivent d’abord se multiplier pour être assez nombreux pour agir sur l’antigène. Certains de ces lymphocytes se différencient en cellules productrices d’anticorps (lymphocytes B), d’autres, les lymphocytes T, régulent cette production d’anticorps ou se différencient en cellules « tueuses », capables de s’attaquer directement aux cellules infectées. L’immunité innée et l’immunité acquise fonctionnent en concertation. Les anticorps sont même capables d’enrôler les cellules de l’immunité innée dans l’immunité acquise en leur conférant des capacités de reconnaissance des antigènes. spécialisées dans l’élimination des micro-organismes et des anticorps capables de reconnaître directement les parasites. Nous disposons également d’une famille de molécules connue sous le nom de « complément » qui, normalement, est capable de participer à la destruction des agents pathogènes en formant des trous dans leur membrane. Avec les leishmanies, le complément se dépose bien à la surface du parasite mais se trouve dans l’impossibilité d’y pénétrer, de le perforer et de le détruire, parce que la couche de glycolipides est beaucoup trop épaisse. Et tout ce qui est déposé à la surface du parasite le rend très
« attractif » pour les macrophages - on appelle cela l’opsonisation. Comme s’il souhaitait être phagocyté par les macrophages justement parce que ce sont des cellules cibles de l’hôte mammifère. » Chez l’homme, les leishmanies échappent donc aux premières défenses immunitaires (anticorps, complément…) grâce à leur cuirasse formée principalement de LPG. Cette molécule représente donc un premier facteur de virulence parasitaire. Une énigme de plus En revanche, cette cuirasse disparaît au stade amastigote… après seulement 24 heures d’infection ! Aucun facteur de virulence capable de remplacer les fonctions du LPG n’a encore été découvert à ce stade. « Nous ne savons pas comment les leishmanies arrivent à survivre au cœur même des macrophages ou des autres cellules capables de les Enfant atteint de Kala-Azar Sur ce fusain, qui provient du fonds Laveran des archives du Musée Pasteur, Charles Donovan a précisé de sa main qu’il s’agissait d’une leishmaniose infantile, à Madras, en août 1918. Charles Donovan, médecin irlandais, travaille aux Indes en 1900-1903, avec Sir William Boog Leishman sur le Kala-Azar, une fièvre sévissant en Inde. En 1903, les deux pasteuriens Félix Mesnil et Alphonse Laveran démontrent que le parasite responsable de cette maladie, déjà observé par Sir William Boog Leisham, est un protozoaire nouveau, indépendant des trypanosomes et de l'hématozoaire du paludisme. Ils le nomment provisoirement Piroplasma donovani, en référence à Charles Donovan. Pour ce parasite, Ronald Ross a créé le genre Leishmania ; il sera baptisé ensuite Leishmania donovani. Le Kala-Azar est une leishmaniose viscérale. Alphonse Laveran fut le premier Nobel français (en 1907) et le premier des 10 prix Nobel pasteuriens de Physiologie ou Médecine. phagocyter. C’est ce que nous voulons découvrir : les facteurs de virulence des leishmanies au stade amastigote ». Un traitement dirigé contre le LPG pourrait avoir des vertus prophylactiques mais une fois la personne infectée, protéger contre le LPG ne sert à rien car la structure est remplacée par d’autres facteurs de virulence, encore inconnus. « Le modèle animal que nous utilisons, en l’occurrence la souris de laboratoire, reflète partiellement ce qui se passe chez l’homme. Ainsi, une fois injectées à des souris saines, les leishmanies rendent ces dernières très malades, du fait de l’expression de ces autres facteurs de virulence. » Dans la leishmaniose viscérale, les parasites gagnent notamment la rate, le foie et la moelle osseuse, probablement par le biais des cellules infectées (macrophages, cellules dendritiques, neutrophiles…) PASTEUR LE MAG’La gangue protectrice des leishmanies n’empêche pas en revanche les macrophages de les phagocyter. « Au contraire ! » • PASTEUR LE MAG’19 Juin 2009



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :