Pasteur Le Mag' n°8 jun/jui/aoû 2009
Pasteur Le Mag' n°8 jun/jui/aoû 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de jun/jui/aoû 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut Pasteur

  • Format : (180 x 241) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Leishmania et Trypanosoma, même combat ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
LEISHMANIES ET TRYPANOSOMES DOSSIER Les Leishmanies mènent une double vie >Geneviève Milon, vétérinaire de formation, est chef de l’unité d’Immunophysiologie et Parasitisme intracellulaire et directrice adjointe du département de Parasitologie et Mycologie. 8 PASTEUR LE MAG’Juin 2009 Les leishmanies sont des parasites unicellulaires dont la pérennité dépend d’insectes hématophages et de mammifères dont les êtres humains. C’est à partir de tissus de malades que ces parasites ont été initialement découverts. Comme les trypanosomiases, les leishmanioses touchent préférentiellement les populations pauvres de régions déshéritées dans des pays en développement, la malnutrition et les conditions sanitaires faisant leur lit. Elles sont endémiques dans 88 pays. Brésil TOUTES FORMES DE LA MALADIE CONFONDUES, LE NOMBRE DE SUJETS TOUCHÉS DANS LE MONDE EST ESTIMÉ À 12 MILLIONS, DONT UN TIERS SEULEMENT OFFICIELLEMENT DÉCLARÉS. Soudan Inde Népal Bangladesh Leishmaniose viscérale : 5 pays représentent 90% des cas recensés Source : OMS LEISHMANIA Au total, 350 millions de personnes sont exposées au risque de la maladie. D’une façon générale, la leishmaniose est en recrudescence, y compris la forme cutanée. Chaque année, on dénombre entre 1 million et 2 millions de nouveaux cas ainsi que 500 000 de leishmaniose viscérale. Cette dernière est la cause de 60 000 décès par an et 90% des cas sont recensés dans cinq pays : l’Inde, le plus affecté, le Bangladesh, le Brésil, le Népal et le Soudan.
Trois formes de leishmanioses On distingue trois formes de leishmaniose : • des leishmanioses cutanées, locales ou diffuses, s’accompagnant classiquement d’ulcérations ; • des formes cutanéo-muqueuses, souvent invalidantes ; • la leishmaniose viscérale, mortelle dans 100% des cas en l’absence de traitement et dans 10% malgré le traitement. À l’exception des lésions des leishmanioses diffuses et cutanéo-muqueuses, les leishmanioses cutanées localisées guérissent spontanément. H istoriquement, c’est sur la base des différents symptômes rappelés ci-dessus qu’ont été identifiées de nombreuses espèces au sein du genre Leishmania/L. et c’est pourquoi l’on évoquait le « tropisme cutané » ou le « tropisme viscéral ». « Parmi les nombreuses espèces de leishmanies identifiées, deux d’entre elles -L. donovani etL. chagasi/L. infantum - sont isolées de cas de leishmanioses viscérales, alors queL. major,L. tropica,L. amazonensis,L. braziliensis sont des espèces isolées des lésions cutanées, précise Geneviève Milon.L. amazonensis etL. major, par exemple, ont essentiellement comme niche tissulaire le derme et le ganglion lymphatique drainant le site cutané où ont été déposées les leishmanies par les insectes hématophages hôtes et vecteurs. Comment certains isolats deL. braziliensis voire deL. amazonensis atteignent, depuis le derme où ont été inoculés leurs ascendants, les compartiments sous-épithéliaux de la cavité nasale ou de la bouche reste une énigme. Chez la majorité des personnes dont ces tissus hébergent un très faible nombre de ces parasites, s’établit un équilibre parasite hôte qui ne se traduit par aucun dommage tissulaire. Chez une minorité, cet équilibre est rompu ; il y a expansion de l’effectif de la population parasitaire et déploiement de processus inflammatoires qui se traduisent par des dommages tissulaires. » Leishmania donovani est également déposée dans le derme par les insectes et il est extrêmement rare, même chez les sujets chez lesquels se développera une leishmaniose viscérale des années plus tard, qu’il y ait trace de sa présence sous forme d’un dommage cutané, même transitoire. La leishmaniose viscérale se traduit par des fièvres associées à des augmentations de volume de la rate et du foie, un amaigrissement important et une anomalie majeure de la moelle osseuse dont témoigne un changement de la formule sanguine. D’autres modifications de la composition du plasma indiquent que les cellules du foie (hépatocytes) détectent et traitent des signaux liés à la• PASTEUR LE MAG’« Différentes formes » de leishmanioses humaines sont isolées de différentes espèces Leishmania. Parmi celles-ci, on peut citer les principales leishmanies impliquées dans les trois formes cliniques. CUTANÉE Nouveau Monde (Amérique du sud, Amérique centrale, nord du Texas) : L. braziliensis,L. guyanensis,L. panamensis,L. peruviana,L. mexicana,L. amazonensis. Ancien Monde (Europe, Afrique, Moyen-Orient, Asie centrale, sous-continent indien) : L. major,L. tropica,L. aethiopica. >Ulcération typiquement rencontrée dans une leishmaniose cutanée. CUTANÉO-MUQUEUSEL. braziliensis,L. guyanensis,L. panamensis, plus rarementL. amazonensis. VISCÉRALEL. donovani,L. infantum/chagasi. D’autres espèces de leishmanies peuvent être incriminées dans ces différentes formes cliniques, mais plus rarement. PASTEUR LE MAG’9 Juin 2009



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :