Pasteur Le Mag' n°7 jan/fév/mar 2009
Pasteur Le Mag' n°7 jan/fév/mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de jan/fév/mar 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut Pasteur

  • Format : (180 x 240) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier, Prix Nobel 2008.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
>Le Pr Vincent Deubel entouré des jeunes chercheurs de son unité consacrée aux virus émergents. Ce pasteurien est directeur général de l’Institut Pasteur de Shanghai – Académie des sciences de Chine depuis sa création en 2004. 36 PASTEUR LE MAG’Janvier 2009 JALONS INTERNATIONAUX Un jeune institut en Chine Les activités de l’Institut Pasteur de Shangai - Académie des sciences de Chine (IPS) sont focalisées sur des maladies virales : VIH/sida, hépatites B etC, maladies respiratoires, maladies émergentes, dont la grippe aviaire et le SRAS, encéphalites et zoonoses. « Nous sommes en pointe sur deux programmes de recherche : hépatite C et diagnostic de maladies virales émergentes, annonce le Pr Vincent Deubel. Et nous sommes partenaires d’un réseau chinois pour un important programme sur le VIH/sida. Stratégiquement, nous suivons une démarche multidisciplinaire : • recherches en virologie axées sur l’étude de la structure et de l’évolution des virus, sur les fonctions de leurs gènes et les mécanismes moléculaires des interactions virus-hôte ; • approches immunologiques pour l’exploration de la réponse à l’infection virale en vue d’applications en vaccinologie et immunothérapie ; • actions intégrant le diagnostic pour anticiper l’émergence de virus et en limiter – et juguler si possible – la dissémination. Nous avons notamment recruté des virologues sur les différentes thématiques couvrant la virologie, en particulier la génomique, la protéomique, la biologie cellulaire, l’immunologie et la biologie structurale. » Hépatites et santé publique Quelque 400 millions de cas d’hépatites B sont estimés dans le monde, dont la moitié en Chine. « Certes, il existe un vaccin mais il n’est pas administré à tout le monde et beaucoup ne sont pas protégés. Pour les adultes qui sont passés à la chronicité et qui risquent de développer un cancer du foie, il faut trouver un vaccin thérapeutique. À l’heure actuelle, nous tâchons de trouver de nouveaux traitements pour diminuer la charge virale avant d’administrer un vaccin. Nous travaillons beaucoup dans ces deux voies. Pour le virus de l’hépatiteC, c’est encore plus complexe parce qu’il est englobé dans une espèce de gangue lipidique, donc difficile d’accès aux anticorps qui pourraient le neutraliser. Nos équipes explorent la réponse de l’hôte, l’évolution des virus et de la
L’IPS a été créé le 11 octobre 2004 en partenariat avec l’Académie des sciences de Chine et la municipalité de Shanghai, donnant suite à une lettre d’intention signée en janvier 2004 à Paris, en présence du président chinois Hu Jintao, et du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Il a été inauguré par le Président Jacques Chirac au moment des « Années croisées France-Chine ». Cet institut a été créé après l’épidémie de SRAS sous l’impulsion du Pr Chen Zhu, alors vice-président de l’Académie des sciences de Chine et actuellement ministre de la Santé. L’objectif était de mettre sur pied à Shanghai un institut de recherche dédié à la virologie et aux maladies virales émergentes, un organisme de recherche à but non lucratif s’inspirant de l’Institut Pasteur. cellule infectée, mais tentent aussi d’obtenir des cultures virales à haut rendement pour essayer de préparer des vaccins inactivés « classiques ». L’autre problème, pour l’hépatiteC, c’est le manque de modèle animal. Nous essayons également de développer des modèles de souris « humanisées », qui vont mimer les défenses de l’homme, en collaboration avec des équipes de l’Institut Pasteur. » Les collaborations entretenues par l’IPS sont d’ailleurs multiples et les stages d’étudiants déjà conséquents grâce aux soutiens de la Fondation Total et à la Tsi-Jung Memorial Fund. Collaborations multiples L’IPS collabore avec l’Institut Pasteur sur les hépatites, les arboviroses, les maladies respiratoires, le VIH/sida. Naturellement, l’IPS s’est associé à un travail commun d’Instituts Pasteur en Asie portant sur les recherches et la santé publique en matière de virus respiratoires (programme RESPARI). « Parce que nous avons bénéficié initialement d’une importante donation de la Fondation Li Kha Shing, nous avons pu aider financièrement nos équipes engagées dans ce programme. Nous travaillons en particulier étroitement avec l’Institut Pasteur du Cambodge. » Deuxième axe de participation dans le cadre du Réseau international des Instituts Pasteur, le programme SISEA, pour lequel l’Agence française pour le Développement apporte des financements (voir Pasteur Le Mag’n°6, p.19). « Nous avons mis au point un certain nombre d’outils diagnostiques. Toujours dans le cadre de ce programme SISEA, nous développons une collaboration avec le Center for Diseases Control du Guangxi, au Sud de la Chine, où l’on déplore de nombreux cas d’encéphalites chez des enfants. L’objectif est de dépister les virus en cause avec différentes techniques d’analyse moléculaire des gènes viraux. Nous donnons également des cours dans le cadre du Réseau international des Instituts Pasteur, et, d’une façon générale, nous nous appuyons beaucoup sur l’Institut Pasteur à Paris. » • PASTEUR LE MAG’>Actuellement, l’IPS compte 8 équipes de recherche et trois autres arriveront courant 2009, d’où la nécessité de louer des locaux supplémentaires. Une première phase d’expansion culminera en 2010, avec la construction d’un bâtiment de 12 étages, d’une surface de 16 000 m², pour accueillir 450 personnes au sein de 30 unités de recherche. Sur 120 personnes actuellement à l’IPS, on compte 60 étudiants de l’Académie des sciences de Chine en cours de thèse. À la fin 2010, un premier contingent d’étudiants devra partir en stage post-doctoral ; il est vraisemblable que certains viendront à l’Institut Pasteur. « Trois des étudiants sont inscrits à l’université Paris VII, un Français et deux Chinois qui préparent leur thèse ici » précise Vincent Deubel. PASTEUR LE MAG’37 Janvier 2009 Chine



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :