Pasteur Le Mag' n°6 oct/nov/déc 2008
Pasteur Le Mag' n°6 oct/nov/déc 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de oct/nov/déc 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut Pasteur

  • Format : (180 x 240) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : des virus émergents... Chikungunya, grippe aviaire, Sras, dengue...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
DES VIRUS ÉMERGENTS DOSSIER Des races de saigneurs intercontinentale. En fait, on laisse souvent des pneus usagés ou rechapés à l’extérieur, et ils recueillent ainsi de l’eau de pluie. Des moustiques femelles vont y pondre. Les pneus s’assèchent ensuite mais les œufs d’Aedes albopictus ont la particularité de résister à la sécheresse, à la déshydratation, grâce à une espèce de coque imperméable (chorion). Cette capacité est beaucoup plus élevée que chez d’autres espèces de moustiques : ils peuvent ainsi rester collés à la paroi des pneus pendant des mois et des mois… tout en demeurant vivants ! C’est ce que l’on appelle la « quiescence » ou la « dormance », avec un métabolisme très faible. C’est ce qui s’est passé avec le transport de grand nombre de pneus rechapés du Japon aux États-Unis, puis des États-Unis à l’Italie. Dès que l’environnement est devenu humide, les œufs ont éclos et Aedes albopictus a colonisé un environnement favorable. Autre atout de Aedes albopictus : les femelles adultes sont capables de supporter l’hiver en se mettant dans un état d’hibernation, ce que l’on appelle la « diapause hivernale ». Avant l’arrivée de l’hiver, elles prennent un dernier repas de sang, elles se réfugient dans les caves, ou dans les endroits où la température est à peu près stable, et passent la période froide ainsi. Dès que la saison est favorable, elles refont surface. Les autres moustiques tropicaux, tel Aedes ægypti, en sont incapables. C’est pourquoi, en Italie, on se pose la question de savoir si le virus 24 PASTEUR LE MAG’Octobre 2008 >Des pneus pour traverser les continents. >Virus de la fièvre jaune. demeure via des œufs qui seraient toujours présents et via les femelles qui se seraient mises à l’abri pendant l’hiver et qui auraient peutêtre pris leur dernier repas de sang sur un individu infecté. En France, les Alpes-Maritimes, le Var et la Corse accueillent des populations d’Aedes albopictus qui se sont bien adaptées sans que l’on observe de cas locaux de chikungunya. La présence d’Aedes albopictus ne peut que s’étendre, l’environnement climatique n’ayant pas de frontières. La population touristique étant importante, on ne peut écarter que des personnes infectées ne soient à l’origine d’une épidémie de chikungunya, mais peut-être aussi de dengue, Aedes albopictus étant un vecteur secondaire du virus responsable de cette maladie virale, après Aedes ægypti. Les contrôles actuels portent essentiellement sur les pneus. Ils ne s’arrêtent pas là : « Je pense qu’il pourrait aussi y avoir des œufs lorsque l’on importe des bambous d’Asie. Là aussi un contrôle sanitaire vise à limiter les dégâts. » En France, des introductions d’œufs d’Aedes albopictus ont été constatées dans des pneus rechapés mais elles ont été contrôlées et éradiquées. On a procédé à une intervention rapide avec pulvérisation d’insecticide, ce qui a permis d’éviter les émergences et les propagations. Avantages et limites des insecticides La lutte par les insecticides contre A. albopictus est complexe pour plusieurs raisons : les résistances à l’insecticide et la multitude des lieux de ponte d’Aedes albopictus. Les femelles vont déposer leurs œufs dans des jarres, des vases, des pneus, dans ce que l’on appelle des gîtes
@ « cryptiques » (trou de rocher, trou d’arbre…), tellement d’endroits que l’on ne peut tous les cibler. Forcément, lorsque l’on épand de l’insecticide, on n’atteint pas tous les gîtes larvaires. En revanche, les insecticides vont permettre « d’aplanir » la situation en diminuant quand même les populations de moustiques, en répartissant sur un plus long temps (quelques mois) la durée d’une éventuelle épidémie, en évitant les pics d’hospitalisation (éviter d’avoir 10 000 cas en deux semaines). Il n’existe ni antiviraux ni Ministère de la Santé… Recommandations aux voyageurs www.sante.gouv.fr/htm/pointsur/zoonose/12z.htm vaccins, contre le virus du chikungunya. La lutte contre les moustiques est la seule arme. D’autres étapes doivent être franchies pour lutter plus efficacement contre les moustiques, particulièrement dans la connaissance de leur bioécologie (où ils pondent, quelle est leur durée de vie, pourquoi ils piquent…), ce qui demande des études de terrain avant d’adapter de nouvelles méthodes de lutte. Par ailleurs, le virus du chikungunya, quelle que soit la souche analysée, est retrouvé dans les œufs des moustiques femelles, « potentiellement capables de transmettre le virus à leur descendance ». Des études en cours visent à savoir si ces œufs ont un potentiel infectieux effectif. D’autres virus pour Aedes albopictus ? « Il faut savoir que Aedes albopictus outre au virus du chikungunya, tout au moins au laboratoire, est réceptif à grand nombre de virus. Il s’avère un vecteur expérimental des virus de la dengue, de la fièvre jaune, de l’encéphalite japonaise, de la fièvre West Nile, de la fièvre de la Vallée du Rift, etc. Nous essayons de savoir si ce moustique est ensuite capable de transmettre ou non ces virus sur le terrain. Il s’agit ici encore d’évaluer ses compétences vectorielles. » La situation diffère entre la métropole et les départements d’Outre- Mer. Là-bas, Aedes ægypti est présent en quantités massives et on y déplore des épidémies de dengue récurrentes. Mais, lorsque Aedes ægypti est absent, Aedes albopictus prend le relais pour véhiculer et transmettre le virus de la dengue. ■ PASTEUR LE MAG’>Récolte de larves de moustiques dans un trou d’arbre. (Pr François Rodhain.) >Démoustication (Institut Pasteur de la Guadeloupe) PASTEUR LE MAG’25 Octobre 2008



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :