Pasteur Le Mag' n°4 jan/fév/mar 2008
Pasteur Le Mag' n°4 jan/fév/mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de jan/fév/mar 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut Pasteur

  • Format : (181 x 239) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 12,3 Mo

  • Dans ce numéro : regards sur une épopée, l'histoire pasteurienne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
UN CREUSET POUR LA BIOLOGIE 48 L’énigme des enzymes L es enzymes constituent la majorité des protéines synthétisées par les cellules. Comme toutes les protéines, elles sont codées par les gènes et elles sont spécifiques d'une réaction donnée, qu’il s’agisse de synthèse ou de dégradation. Les fondations de la biologie moléculaire avaient été posées. Watson et Crick avaient montré en 1953 que l’ADN formait une double hélice dont ils avaient détaillé les éléments structuraux. On savait que l’ADN était le support des gènes, on connaissait la théorie « un gène - une enzyme » (en fait, un gène-une protéine). Des pasteuriens ont apporté des clés à cet ensemble, depuis la démonstration de la sexualité des bactéries jusqu’à la théorie de l’opéron et les travaux sur la régulation de la synthèse des enzymes et des virus qui vaudront le prix Nobel à Lwoff, Monod et Jacob en 1965. SUCRES : LE SECOND SOUFFLE Très tôt, Jacques Monod, passionné par la croissance bactérienne, s’est intéressé à un phénomène particulier, « la diauxie ». Il préparait sa thèse à la Sorbonne. Les cultures de bactéries réagissaient différemment selon les sucres mis en présence. Avec certains mélanges, elles croissaient de façon exponentielle, avec d’autres, on observait deux phases de croissance exponentielle mais séparées par un temps d’arrêt complet. Dans sa conférence lors de la remise du prix Nobel, Monod PASTEUR LE MAG’Janvier 2008 >Jacques Monod. En 1934, il était assistant au laboratoire de zoologie à la faculté des sciences de l'université de Paris. La même année, il participe avec Paul-Emile Victor à une expédition scientifique au Groënland sur le navire Pourquoi pas ? du commandant Jean-Baptiste Charcot. raconte qu’il en avait fait part à André Lwoff (il l’avait rencontré pour la première fois en 1930, à la station de biologie marine de Roscoff). C’est lui qui lui a indiqué que cela pouvait avoir un lien avec « l’adaptation enzymatique ». André Lwoff lui prête alors un livre de Marjorie Stephenson dont un chapitre traitait des travaux encore peu nombreux sur ce processus, découvert par le pasteurien Duclaux. Georges Cohen résume les étapes suivies par Monod. « Le modèle utilisé était la bactérie Escherichia coli, mise en présence de deux sucres, le glucose et un autre sucre. Le glucose est utilisé d’abord et il inhibe l’utilisation de l’autre sucre. Mais, quand il n’y a plus de glucose, c’est l’autre sucre qui est utilisé [ici le
MONOD MALHEUREUX À LA SORBONNE En décembre 1976, à l’occasion de l’émission Radioscopie, animée par Jacques Chancel, André Lwoff racontait les conditions de l’accueil de Jacques Monod : « Il était très malheureux à la Sorbonne*, Jacques Monod, parce qu’il était au laboratoire de zoologie, il avait une toute petite pièce, il travaillait seul, personne ne s’intéressait à ce qu’il faisait et son laboratoire donnait sur une galerie dans laquelle il y avait des vitrines peuplées de squelettes et d’animaux empaillés. C’était triste. D’ailleurs son patron [Ch. Pérez] m’a dit un jour : « Ce que fait Jacques Monod n’intéresse absolument pas la Sorbonne ». Et c’était vrai. Ce que faisait Jacques Monod sur la croissance et la nutrition des bactéries n’intéressait pas la Sorbonne. Moi, j’étais très heureux de l’inviter et de l’accueillir à l’Institut Pasteur… » * La faculté des Sciences, faisant partie de l’université de Paris, était alors localisée à la Sorbonne. lactose]. Les utilisations décalées des deux sucres se faisaient directement sous l’effet d’une enzyme particulière, la ß-galactosidase. La mesure de l’activité de cette enzyme était excessivement difficile et Monod l’a beaucoup simplifiée. Avec Melvin Cohn, ils ont purifié l’enzyme en question et ensuite ils ont mis en évidence le mécanisme de son adaptation. » Monod confirma ensuite : « L’intuition de Lwoff était exacte. Le phénomène de "diauxie" que j'avais découvert, était en effet intimement lié à l'adaptation enzymatique, comme je devais rapidement m'en convaincre par des expériences appropriées qui trouvèrent leur place dans la deuxième partie de mon mémoire de Doctorat… Depuis ce jour de décembre 1940, toute mon activité scientifique a été consacrée à l’étude de ce phénomène. » L’INDUCTION ENZYMATIQUE Après la guerre, Monod reprend ses travaux en utilisant la ß-galactosidase comme modèle. Il obtient des mutants d’E. coli ayant besoin de lactose (inductibles) pour fabriquer cette enzyme et des mutants qui n’en ont pas besoin (constitutifs). Une deuxième protéine est découverte, la perméase, qui permet l’entrée du lactose dans la bactérie. L’équipe démonte alors le mécanisme de cette induction enzymatique, notamment grâce à des analogues du lactose. L’OPÉRON, LA SOLUTION L’expérience « PyJaMa » (voir page suivante) établit les bases du modèle de l’opéron, présenté en 1961. Pardee, Monod et Jacob proposent un élément génétique, l’opérateur, qui contrôle l’expression des 3 gènes adjacents codant les 3 enzymes (ß-galactosidase, perméase, transacétylase), un élément répresseur (qui bloque le fonctionnement du système), et un élément inducteur qui, lorsqu’il y est lié au répresseur, libère l’opérateur. La synthèse de l’ARN messager (ARNm) devient possible et l’ADN est traduit en protéines (lire Pasteur Le Mag’, n°3, « Gènes, mode d’emploi »). François Gros a été associé aux travaux sur l’ARNm. Six ans plus tard, Maxime Schwartz, élève de Monod, a contribué à démonter que cette régulation ne passait pas seulement par des phénomènes de répression (régulation négative) mais également par une activation (régulation positive). ■ >Galerie de sucres mis en présence de bactéries Salmonelles. Fermentation de sucres. Unité de Léon Le Minor,1970. PASTEUR LE MAG’PASTEUR LE MAG’Janvier 2008 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 1Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 2-3Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 4-5Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 6-7Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 8-9Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 10-11Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 12-13Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 14-15Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 16-17Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 18-19Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 20-21Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 22-23Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 24-25Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 26-27Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 28-29Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 30-31Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 32-33Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 34-35Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 36-37Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 38-39Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 40-41Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 42-43Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 44-45Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 46-47Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 48-49Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 50-51Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 52-53Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 54-55Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 56-57Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 58-59Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 60-61Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 62-63Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 64-65Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 66-67Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 68-69Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 70-71Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 72-73Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 74-75Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 76-77Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 78-79Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 80-81Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 82-83Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 84-85Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 86-87Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 88-89Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 90-91Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 92-93Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 94-95Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 96-97Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 98-99Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 100-101Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 102-103Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 104-105Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 106-107Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 108-109Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 110-111Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 112-113Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 114-115Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 116-117Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 118-119Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 120-121Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 122-123Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 124-125Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 126-127Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 128-129Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 130-131Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 132