Pasteur Le Mag' n°4 jan/fév/mar 2008
Pasteur Le Mag' n°4 jan/fév/mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de jan/fév/mar 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut Pasteur

  • Format : (181 x 239) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 12,3 Mo

  • Dans ce numéro : regards sur une épopée, l'histoire pasteurienne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 100 - 101  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
100 101
98• LA SANTÉ PUBLIQUE AU QUOTIDIEN DES MALADIES QUI ÉVOLUENT L’évolution des maladies infectieuses est fréquente. Celle des maladies bactériennes, en particulier, a été bouleversée par l’hygiène et l’apparition des antibiotiques. La vaccination elle-même peut modifier l’agent pathogène en circulation (lire « Cas d’école pour la vaccinologie : la coqueluche », Pasteur Le Mag’, n°2). Par ailleurs, on estime fréquemment que la variation de l’expression de la maladie, selon les individus, et l’efficacité des traitements pourraient être liées à d’autres phénomènes où interviendraient à la fois des facteurs endogènes (« carte d’identité biologique », état des mécanismes de défenses immunitaires, maladies antérieures…) et des facteurs exogènes mais propres à l’individu (environnement, profession, habitudes alimentaires, stress…). >Listeria. D’autre part, des agents pathogènes peuvent se répandre rapidement du fait de certaines situations (guerres, catastrophes naturelles, exodes…) facilitant l’extension de pathologies infectieuses, d’autres profitant de la mise en œuvre de traitements immunosuppresseurs PASTEUR LE MAG’Janvier 2008 >Salmonelle. plus agressifs, ou de l’évolution des techniques de réanimation et de chirurgie Le maintien en France de centres nationaux de référence pour des pathologies inexistantes en France, comme la rage ou la peste est indispensable. L’accroissement des >Virus du Chikungunya. voyages internationaux constitue un risque croissant d’implantation dans des pays industrialisés de bactéries, virus, parasites ou champignons hautement pathogènes qui existent à l’état endémique dans certaines régions du monde. Certaines maladies exotiques aiguës seront détectées avant que le sujet ne rentre de voyage, la diarrhée du voyageur, par exemple. Pour d’autres, l’incubation est plus longue. Le sujet porteur peut alors rentrer en France, par exemple, et y déclarer sa maladie seulement après son arrivée, ce qui peut poser d’importants problèmes diagnostiques quand l’incubation excède quelques mois, et entraîner des contaminations pouvant passer inaperçues. Si les cliniciens ou les microbiologistes sont confrontés à un diagnostic difficile, les centres de référence seront en mesure d’apporter leur expertise dans des domaines où les laboratoires et même les méde-
cins ne peuvent être compétents en raison de la rareté du diagnostic. À l’Institut Pasteur, des CNR et CCOMS se sont évidemment mobilisés contre le sras, la grippe aviaire, le chikungunya… Et les unités de recherche abritant des centres experts approfondissent en permanence les connaissances sur les pathologies concernées : peste, fièvres hémorragiques virales, coqueluche, salmonelloses, listérioses, charbon, grippe, mycoses, botulisme… ou sur les phénomènes comme la résistance des bactéries aux antibiotiques. Au sein du Réseau international des Instituts Pasteur, il existe également plusieurs laboratoires nationaux de santé publique et des centres collaborateurs de l’OMS. ■ @ En savoir plus... www.pasteur.fr - lien « Santé » Épidémies & urgence PASTEUR LE MAG’Des cellules spécialisées ont été créées à l’Institut Pasteur en 2002 pour intervenir en cas d’épidémies graves, a fortiori de pandémies. La cellule d’intervention biologique d’urgence La CIBU est la clef de voûte d’un système d’urgence microbiologique mis en place à l’Institut Pasteur. Elle puise sa pertinence, en amont, sur une investigation intégrée bactériologie – virologie et, en aval, sur les compétences des centres de référence. Deux centres d’identification moléculaire complètent le dispositif à l’Institut Pasteur, l’un pour les bactéries, l’autre pour les virus. L’identification de toxines, en particulier la toxine botulinique, est également possible grâce à l’appui d’un centre spécialisé. La CIBU a été créée sous l’impulsion conjointe de la direction générale de la Santé et de la direction de l’Institut Pasteur, en réponse aux menaces bioterroristes. Sa mise en œuvre ne peut être déclenchée que par les autorités nationales ou les agences internationales sauf demande interne à l’Institut Pasteur émanant d’un centre national de référence ou d’un centre collaborateur de l’OMS. Elle permet : d’offrir un système disponible 24 heures sur 24, pour les demandeurs (autorités de santé, agences nationales ou internationales) en cas de situation préoccupante ; d’aider au diagnostic de l’agent étiologique ou de l’établir ; de mettre au point des techniques pour la détection d’agents infectieux encore inconnus ; d’appuyer les centres de référence. La CIBU peut intervenir hors des frontières lorsqu’il y a un enjeu important pour la communauté nationale. Elle a participé à une mission de secours en 2003 à l’hôpital français de Hanoï - qui ne disposait pas de virologue -, où plusieurs membres du personnel étaient atteints de sras, pathologie émergente. L’envoyé de la CIBU permit d’écarter l’hypothèse d’un virus de la grippe. L’intervention peut avoir lieu avec une organisation internationale, comme l’OMS. L’action internationale La CARE, cellule d’alerte et de réponse aux épidémies est une structure pasteurienne à vocation internationale agissant en relation avec un réseau mondial, Global Outbreak Alert & Response Network, et en interaction avec le Réseau international des Instituts Pasteur. L’Institut Pasteur l’a mise en place à la demande de l’OMS, pour apporter un soutien rapide aux interventions de terrain lorsqu’une épidémie survient dans le monde. Elle diffuse rapidement les informations épidémiologiques internationales auprès d’un réseau d’une trentaine de membres de l’Institut Pasteur et du Réseau international des Instituts Pasteur sur l’apparition d’un problème sanitaire dans tel ou tel pays. La CARE envisage alors des apports possibles de l’Institut Pasteur et d’Instituts du Réseau international : envoi d’experts sur le terrain, envoi de réactifs, de protocoles, de souches de référence, etc. ■ PASTEUR LE MAG’Janvier 2008 99



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 1Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 2-3Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 4-5Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 6-7Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 8-9Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 10-11Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 12-13Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 14-15Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 16-17Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 18-19Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 20-21Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 22-23Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 24-25Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 26-27Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 28-29Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 30-31Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 32-33Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 34-35Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 36-37Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 38-39Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 40-41Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 42-43Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 44-45Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 46-47Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 48-49Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 50-51Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 52-53Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 54-55Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 56-57Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 58-59Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 60-61Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 62-63Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 64-65Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 66-67Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 68-69Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 70-71Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 72-73Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 74-75Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 76-77Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 78-79Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 80-81Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 82-83Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 84-85Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 86-87Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 88-89Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 90-91Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 92-93Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 94-95Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 96-97Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 98-99Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 100-101Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 102-103Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 104-105Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 106-107Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 108-109Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 110-111Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 112-113Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 114-115Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 116-117Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 118-119Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 120-121Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 122-123Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 124-125Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 126-127Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 128-129Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 130-131Pasteur Le Mag' numéro 4 jan/fév/mar 2008 Page 132