Pasteur Le Mag' n°2 jun/jui/aoû 2007
Pasteur Le Mag' n°2 jun/jui/aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jun/jui/aoû 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut Pasteur

  • Format : (180 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : vaccin & vaccinologie, l'oeuf et la poule.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
JALONS INTERNATIONAUX DIAGNOSTIC DU VIH-1 L’Institut Pasteur et le NIH prolongent leur accord de collaboration L’Institut Pasteur et le NIH (National Institutes of Health) aux États-Unis ont signé récemment un accord prolongeant leur collaboration déjà ancienne dans le domaine de la recherche et de la gestion des inventions résultant de cette recherche. Ils mènent conjointement des travaux sur le virus du sida (VIH) et la maladie depuis plus de vingt ans. L’extension de cet accord vise avant tout à faciliter le dépôt de brevets et la conclusion d’accords de licence portant sur un large portefeuille de droits de propriété intellectuelle qu’ils détiennent respectivement dans le domaine du diagnostic du VIH-1. Les deux instituts espèrent également des bénéfices à long terme pour la santé publique mondiale. Le diagnostic du VIH est important pour maintenir la sûreté de l’approvisionnement en sang par criblage, en fournissant un diagnostic précoce et en surveillant l’infection par le VIH, afin de faire bénéficier les patients de nouveaux traitements. À ce jour, de nombreux kits de diagnostic du VIH-1 basés sur une technologie sous licence de l’Institut Pasteur et du NIH, ont été distribués dans le monde entier par de nombreuses sociétés, sauvant des millions de vies. De nouvelles technologies issues des travaux de l’Institut Pasteur et du NIH et développées par des sociétés de diagnostic permettent de fournir des tests dont la sensibilité et la spécificité augmentent mais le coût diminue. Selon les tout derniers chiffres du rapport 2006 sur l’épidémie du sida publié par l’Onusida/OMS, on estime que 39,5 millions de personnes dans le monde vivent avec le VIH ; 2,9 millions de personnes sont mortes des suites d’une maladie liée au sida dans l’année. ■ UN PROGRAMME POUR LUTTER CONTRE LES MÉNINGITES Afrique États-Unis Le ministère des Affaires étrangères a alloué une subvention de 955 000 euros pour un Fonds de solidarité prioritaire méningites, visant à fournir un appui à la recherche sur les méningites bactériennes aiguës en Afrique sahélienne. Ce programme rassemble des équipes de recherche du Burkina-Faso, du Centre de recherches médicales et sanitaires au Niger (Cermes, membre du Réseau international des Instituts Pasteur) et de l’Institut national de recherche en santé publique du Mali. Il sera mené en collaboration avec l’Institut Pasteur et l’Agence de médecine préventive, et impliquera également le Centre Pasteur du Cameroun, le centre national de référence pour les Méningites de l’Institut Pasteur de Côte d'Ivoire et le laboratoire de Bactériologie de l’Institut Pasteur de Bangui. 26 PASTEUR LE MAG’Juin 2007
ULCÈRE DE BURULI c Maladie tropicale « négligée » mais déclarée « émergente » par l’OMS depuis 1998, l’ulcère de Buruli est une infection nécrosante de la peau, très invalidante. Elle sévit dans plusieurs régions du monde et se développe de façon inquiétante en Afrique de l’Ouest. L’homme serait notamment contaminé par des punaises de l’environnement aquatique porteuses d’une mycobactérie. La salive des mêmes punaises, mais non infectées, aurait un pouvoir protecteur. Des piqûres de punaises protectrices ? L’ulcère de Buruli, dont l’agent étiologique est la bactérie Mycobacterium ulcerans, est devenu ces dernières années la troisième mycobactériose après la tuberculose et la lèpre. Cette maladie sévit dans les zones intertropicales humides. Des punaises aquatiques (photos a et b) sont à la fois hôtes et vecteurs de la bactérie, M. ulcerans, qui sécrète une toxine responsable des lésions observées chez les malades (photo c). Les punaises aquatiques sont susceptibles d’héberger M. ulcerans dans les glandes salivaires et de le transmettre à l’homme lors de piqûres accidentelles. Après avoir établi ceci en 2002, Laurent Marsollier (unité de Génétique moléculaire bactérienne de l’Institut Pasteur et université d’Angers), en collaboration avec d’autres équipes (1), a montré récemment que les piqûres répétées de punaises non colonisées par M. ulcerans conféreraient une protection contre le développement de lésions au site de co-inoculation de la salive et de la bactérie par les punaises infectées. Les sujets les plus exposés à ces piqûres de punaises saines sont les moins touchés par la maladie. Des travaux réalisés chez la souris rendent plausible cette hypothèse. Une étude ultérieure a permis d’établir que les personnes présentant des lésions à M. ulcerans avaient un taux d’anticorps spécifiques de constituants du suc salivaire des punaises inférieur à celui des sujets exposés aux piqûres des insectes non infectés. L’objectif est maintenant d’identifier les molécules qui confèrent ce pouvoir protecteur. Ces études vont être poursuivies dans le cadre d’un programme transversal de recherche (2) qui vient d’être lancé par l’Institut Pasteur. Outre la mise au point de stratégies vaccinales pour lesquelles la présente étude ouvre des pistes de premier choix, il vise à l’élaboration d’un test diagnostique précoce utilisable sur le terrain et à l’identification d’inhibiteurs de la synthèse de la toxine de M. ulcerans qui ouvrirait la voie à la mise au point de molécules thérapeutiques. (1) Groupe d’Étude des interactions hôtes-pathogènes, CHU et Faculté de Pharmacie ; Animalerie hospitalouniversitaire (Angers)/Équipe Avenir Inserm, Institut Pasteur de Corée/Laboratoire des Mycobactéries, Centre Pasteur du Cameroun ; Centre de diagnostic et de traitement de l’Ulcère de Buruli ; Programme national de lutte contre l’Ulcère de buruli, ministère de la Santé publique (Bénin)/InsermU601, Université de Nantes, Faculté de Pharmacie/À l’Institut Pasteur (Paris), les unités : Génétique moléculaire des levures, Bio-informatique structurale, Immunophysiologie et parasitisme intracellulaire. (2) Il regroupe des équipes de l’Institut Pasteur à Paris, de l’Institut Pasteur de Corée, du Centre Pasteur du Cameroun, de l’Institut Pasteur de Bruxelles et des CHU- Universités Angers-Nantes. PASTEUR LE MAG’Afrique >En haut Des piqûres répétées de la punaise aquatique géante pourraient se traduire par la prévention du développement d'une lésion au site de coinoculation de M. ulcerans et de salive par une punaise qui avait été détournée comme hôte par cette bactérie. (Estelle Deniaux, Institut Pasteur.) >Ci-dessous Pièces buccales de la punaise. (Service photographique de l’Institut Pasteur.) PASTEUR LE MAG’27 Juin 2007



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :