Paris Le Grand n°10 2013
Paris Le Grand n°10 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de 2013

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : O2C

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 10 Mo

  • Dans ce numéro : Benjamin Millepied... nouveau directeur du Ballet de l'Opéra de Paris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
manière. Ils effectuent leurs achats en Europe, un continent qui reste encore le plus grand grenier de l’art moderne et contemporain. Ils fréquentent les foires d’art contemporain et, bien sûr, consultent des galeristes. Je crois qu’aujourd’hui, un galeriste se doit d’être spécialisé. Nous ne participons pas à une course de sprint, mais à un marathon. Je suis heureux lorsque j’ai convaincu un nouveau collectionneur de s’intéresser aux artistes que je défends. Récemment, j’ai beaucoup travaillé sur Philippe Pasqua. Voici un artiste que les collectionneurs ont imposé. ». Revoilà le pop Europe ! « Pourquoi le pop Europe est-il en retard par rapport au pop art américain ? Pas par manque de collectionneurs ni d’amateurs potentiels. Il se trouve que nombre de directeurs de musée n’ont pas voulu s’intéresser au nouveau réalisme, à la figuration narrative et à la figuration libre. Ce n’est qu’au début de ce siècle que l’on a vu la tendance s’inverser. Les artistes que je défends, qu’ils soient du pop art, de la figuration narrative ou libre, comme Damien Hirst ou Philippe Pasqua, sont reliés par un fil invisible. Ce sont majoritairement des peintres qui aiment la couleur, des rebelles. J’apprécie ce qui s’est passé à New York dans les années 60 à 80, avec ce trio de tête constitué par Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat et Keith Erro, Red Sonja Peinture sur toile - 220 x 120 cm - 1999 How should one buy ? « There are various solutions. If you are extremely rich and only count in millions of dollars, you might like to visit New York twice a year to weighup the tenors of the genre, such as Larry Gagosian. If you do this, you’ll covet the major works of Andy Warhol, Jean- Michel Basquiat, Roy Lichtenstein, Francis Bacon or Pablo Picasso, which would definitely be a good investment. But most collectors and art lovers don’t operate this way. They make their purchases in Europe, which is still the largest storehouse of modern and contemporary art. They attend contemporary art fairs and, of course, consult gallery owners. I believethat today, a gallery owner must be a specialist. We’re not running a sprint, but a marathon. I feel happy when I’ve convinced a new collector to take an interest in the artists I defend. Recently, I’ve been working a lot on Philippe Pasqua. This is an artist that collectors have made known. » European Pop Art’s back ! « Why does European Pop Art lag behind American Pop Art ? It’s not because of a lack of collectors or potential art lovers. Many directors of museums or so-called artistic directors have shown no interest in New Realism, Narrative Figuration or Free Figuration. It was only at the beginning of this century that the trend was reversed. The artists I defend, whether from Pop Art or Narrative or Free Figuration, like Damien Hirst and Philippe Pasqua, are connected by an invisible thread. These are predominantly painters who love colour. I like what happened in New York between the 60s and 80s, with the Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat art/94 and Keith Haring trio in the forefront. They turned the arts landscapeupside down and opened new paths. Take the paintings by Roy Lichtenstein or Tom Wesselman for example - what mastery in the composition and what intensity in the representation of women ! Narrative figuration is a different movement from Pop Art. Arroyo, Erró, Klasen and Rancillac were politically or socially engaged and expressed this in their works. Robert Combas has reinvented painting. Philippe Pasqua is in the process of innovating. The new French generation of Street Art is very promising. History is still being written and it’s this history that interests me. » Robert Combas « What a wonderful artist ! He’s from the same generation as Keith Haring Valerio Adami, Figura con Valigia Acrylique sur toile - 146 x 114 cm - 9.2.1969/24.6.1969
Haring. Ils ont bouleversé le paysage artistique et ouvert de nouvelles voies. Prenez des tableaux de Roy Lichtenstein ou de Tom Wesselman, quelle maîtrise dans la composition et quelle intensité de la représentation de la femme ! La figuration narrative est un mouvement différent du pop art. Arroyo, Erró, Klasen ou Rancillac ont été engagés politiquement ou socialement et l’ont exprimé dans leurs œuvres. Robert Combas, lui, a réinventé la peinture. Philippe Pasqua est en train d’innover. La nouvelle génération française du street art donne de belles promesses. L’histoire est en train de continuer à s’écrire et cette histoire m’intéresse ». Robert Combas « Quel artiste merveilleux ! Il est de la même génération que Keith Haring ou Jean-Michel Basquiat. Dans les années 80, il a même exposé avec eux au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Il reste le peintre français le plus important de la figuration libre. Il est absolument génial. Personne n’a jamais peint le rock et la musique, les batailles, l’amour… comme lui. J’avais prêté certaines toiles de Robert Combas des années 80 pour sa récente rétrospective au MAC de Lyon. En les revoyant, ce fut un nouveau choc pour moi. La preuve de leur puissance intacte ». Philippe Pasqua « C’est un grand de la peinture. Ce natif du signe des Gémeaux, comme Paul Gauguin, Egon Schiele et Robert Combas, possède une peinture puissante. Il a passé les dix premières années de sa vie à Grasse, dans le sud de la France. Puis il est monté à Paris qu’il n’a plus jamais quitté, si l’on excepte les deux ans pendant lesquels il a fait des allers retours vers New York. C’était au milieu des années 1980, il avait alors 20 ans et avait pris la ferme décision de se consacrer uniquement à la peinture. Déjà, il ne quittait presque plus son atelier. Alors, pourquoi rester à New York ? Mieux valait regagner Paris. Philippe Pasqua, contrairement à sa légende, passe le plus clair de son temps à travailler, obsédé par l’idée de la progression. Ce qui lui importe avant tout, c’est d’aller au bout de ses relations avec ses modèles ». Philippe Pasqua, Lila - Huile sur toile - 330 x 250 cm - 2010-2011 and Jean-Michel Basquiat. In the 80s, he even exhibited with them at the Museum of Modern Art in Paris. He’s still the most important Free Figuration painter in France. He’s absolutely fantastic. No-one has ever painted rock and music, battles and love, like he has. I lent some of Robert Combas’paintings from the 80s to his recent retrospective at the MAC in Lyon. Seeing them again was a new shock for me. That proves that all their power is intact. » Philippe Pasqua « He’s one of the greats of the painting world. Born under the sign of Gemini, like Paul Gauguin, Egon Schiele and Robert Combas, he has a forceful painting style. He spent the first ten years of his life in Grasse, in the south of France. Then he movedup to Paris, which he never left, except for two years during which he made round-trips to New York. This was in the mid-1980s ; he was 20 years old and had taken the firmdecision to devote himself solely to painting. He already almost never left his studio. So, why stay in New York ? Better to return to Paris. Philippe Pasqua, contrary to legend, spends most of his time working, obsessed with the idea of progress. What’s important to him above anything else, is working through his relationships with his models. » art/95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 1Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 2-3Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 4-5Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 6-7Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 8-9Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 10-11Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 12-13Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 14-15Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 16-17Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 18-19Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 20-21Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 22-23Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 24-25Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 26-27Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 28-29Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 30-31Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 32-33Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 34-35Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 36-37Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 38-39Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 40-41Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 42-43Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 44-45Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 46-47Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 48-49Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 50-51Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 52-53Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 54-55Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 56-57Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 58-59Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 60-61Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 62-63Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 64-65Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 66-67Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 68-69Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 70-71Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 72-73Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 74-75Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 76-77Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 78-79Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 80-81Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 82-83Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 84-85Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 86-87Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 88-89Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 90-91Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 92-93Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 94-95Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 96-97Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 98-99Paris Le Grand numéro 10 2013 Page 100