Parallèle(s) n°28 jan/fév 2013
Parallèle(s) n°28 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Sans format SARL

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : les conseils de Michel le jardinier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Patrimoine - Environnement 14 Les conseils de Michel Hiver pluvieux, hiver foutu ! > Les larves vont résister, les insectes vont pulluler. On le doit au réchauffement climatique qui n’est pas une lubie des météorologistes, puisqu’il se manifeste ainsi. Propulseur de culture Sans Format est une agence éditoriale et créative fondée par des professionnels du monde de la presse, de la communication, du design interactif et des arts plastiques. Nous réalisons vos projets online et offline, du contenu éditorial à l’identité visuelle, pour ancrer votre image dans le temps : Sans Format, propulseur de culture ! www.Sansformat.com 02 47 31 95 68/06 63 78 08 77 hello@sansformat.com La force des vents et des précipitations est la conséquence de la pollution d’une part et du manque de perméabilité des sols d’autre part. Tant que les états ne contraindront pas les industriels à modifier leurs installations pour limiter et ne plus déverser dans la nature, ou rejeter dans l’air, les nuisances qu’ils produisent, tous les efforts que nous faisons seront plus que limités. Tant que les énergies fossiles seront la panacée pour notre confort, nos activités et nos déplacements, il n’y aura pas de réduction de l’effet de serre. Tant que l’on considèrera l’énergie nucléaire comme la source principale de production de l’électricité, les énormes quantités d’eau (vapeur) qui sont rejetées pour refroidir les réacteurs s’ajouteront à l’évaporation des arrosages massifs que l’industrie agricole utilise. L’atmosphère devient plus dense, elle devient plus prompte à déverser l’eau qu’elle contient, avec plus de force, plus violemment parce qu’une atmosphère dense renforce la force des vents. Les sols constamment dénudés par l’agriculture industrielle et par nombre de jardiniers provoquent une forme d’érosion des sols par la poussière de surface que cela produit, enlevée par les vents ou par les pluies. Pourtant, pour éviter tout cela, les solutions existent. L’énergie libre, propre, permanente, produite par induction du champ magnétique terrestre est une réalité : elle a été réalisée en 1930 par Nikola Tesla. C’est l’énergie de demain ! Plus de lignes à haute tension, puisqu’on peut la produire localement sur un immeuble ou sur une ferme. Plus d’énergie fossile puisqu’elle peut être intégrée à un véhicule, à un train ou à un avion. Le nucléaire est plus polluant par les déchets qu’il produit et par l’irradiation latente ; sa production devient aussi plus onéreuse par la perte du transport de l’électricité par les lignes. Un sol bien travaillé, sans labour ou bêchage, sans engrais chimiques ni pesticides, et protégé des rayons du soleil par un paillage ou des cultures additives, permet d’absorber presque 250 litres d’eau par mètre cube de terre ameublie par les vers de terre. Dans notre jardin, il faudra attendre Février, s’il ne gèle pas, pour préparer les sols, en binant, en ramenant du terreau, du magnésium et en couvrant les sols pour que début Mars on puisse être prêt à jardiner. Une serre, un châssis seront utiles pour préparer les semis. Michel, le jardinier de PANSERNATURE
15 la guerre des boutons Adieu Mario… « Faire rire quelqu’un le rend plus humain. Dans mes albums, j’adore travailler là-dessus. Faire rire ensemble les petits et les grands est la plus belle récompense pour un auteur. » > A l’Ecole des Loisirs, c’était le Georges Clooney des auteurs jeunesse : drôle, beau et intelligent. Mario Ramos est la star des maternelles, vos enfants ont forcément déjà entendu une histoire de cet auteur. Il est décédé au mois de décembre de l’année 2012. Mario Ramos a toujours dessiné, il a travaillé dans une agence de communications, a publié des dessins pour la presse, des affiches de pub… Puis Mario Ramos a proposé ses dessins à une agence de l’Ecole des Loisirs à Bruxelles et il a ainsi commencé en illustrant des albums pour les autres. Puis il va lui-même proposer de nombreux ouvrages dont il sera l’auteur. L’humour y est toujours un ingrédient indispensable. On y croise des monstres gentils à l’heure d’aller au lit, des lions tyranniques et surtout des loups craquants et ridicules. Mario Ramos adore nous replonger dans les Contes de Grimm ou de Perrault. Le petit Chaperon Rouge y est charmante. Les trois petits cochons sont malins et farceurs et peuvent même devenir les méchants de l’histoire. Et à l’école ça donne quoi ? En maternelle, lire un livre de Mario Ramos, c’est partir à la chasse au détail. C’est fouiller dans les illsutrations et chercher des indices. Le livre « Maman ! » est devenu un album à compter immanquable ! A chaque page, il faut compter, chercher les nombres cachés….mais pour en arriver où…vous le saurez à la dernière page. C’est l’une des forces de cet auteur. Il nous tient, nous adultes, en haleine. Mais où veut-il en venir avec cette histoire ? ! D’ailleurs les trames sont souvent assez répétitives (ce que les enfants adorent !), mais on ne s’ennuie jamais. En élémentaire, ces structures répétitives permettent aux jeunes lecteurs de lire en prenant de l’assurance. Les illustrations drôles et pleines de fantaisie permettent aux enfants de découvrir des univers plein d’humour et de plaisir. Mario Ramos aborde des thèmes graves avec beaucoup de légèreté (la mort avec Nuno le lion, la différence dans Le monde à l’envers, la surenchère dans Tout en haut.). Et les adultes… A l’occasion de sa disparition, je me suis replongée dans sa bibliographie et j’ai découvert un album que je ne connaissais pas : « Après le travail ». Cet album décrit, d’après lui, tous les petits moments où l’on ne fait rien de spécial, mais qui sont indispensables à notre équilibre. Mais si vous savez bien : se pomponner, jardiner, jouer d’un instrument… Je l’ai lu à mes enfants et on en a discuté. Qu’est-ce que vous aimez faire après l’école ? Jouer au Playmos, retrouver doudou sur le meuble de l’entrée, aller chercher le courrier dans la boîte aux lettres… Et moi ? Cuisiner, lire des livres pour enfants et écrire un article pour Parallèle(s), bien sûr ! Par Lou Vous pouvez retrouver d’autres informations sur www.marioramos.be et sur le site de l’Ecole des loisirs.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :