Parallèle(s) n°27 nov/déc 2012
Parallèle(s) n°27 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Sans format SARL

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : les journées Charles Border.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 livres bd Salut Marie Antoine Sénanque (Grasset, 2012/17 €) Les voies du seigneur sont, paraît-il, impénétrables. A priori, celles de la Vierge, également, quand cette dernière décide de se manifester sous forme d’apparition, qui plus est, un 1er avril, ce qui dénote un certain sens de l’humour, à Pierre Mourange, vétérinaire et veuf inconsolable depuis une dizaine d’années. Pourtant, le brave homme n’est pas un crapaud de bénitier et rien ne le prédestinait à cette vision divine... Le ton est lancé, dès les premières lignes, on sent que la plume de Sénanque n’a pas trempé dans l’eau bénite, mais plutôt dans le vitriol ! Ce qui n’empêche pas la tendresse et l’humanité d’affleurer sous chaque trait d’humour... Une jolie révélation (alléluia !) et un auteur à garder dans sa ligne de mire. Et puis Paulette… Barbara Constantine (Calmann-Lévy, 2012/15,50 €) « Et puis Paulette… » C’est un peu la maison bleue de Le Forestier, une communauté hippie dans le Larzac des années 70 où tout était mis en commun, le matériel, comme l’humain... Mais là, pas de cannabis ni de slogan soixante-huitard ! La communauté de Barbara Constantine se compose de veufs esseulés et déprimés, de mamies en perte d’autonomie, de jeunes fauchés en galère de logements qui, en cohabitant sous le même toit, vont résoudre tous les problèmes qui leur pourrissaient la vie. Utopie ? Pas si sûr… Moi qui balance entre deux âges, comme disait l’ami Brassens, j’avoue que dame Barbara me donne un peu l’espoir et quelques idées pour mes vieux jours pas si lointains… Ah ! Si vous avez un moment, allez sur le net, et tapez « solidarvioc », site créé par l’auteur après la parution du roman Vade retro fatalitas !!! L’amour sans le faire Serge Joncour (Flammarion, 2012/19 €) C’est un roman à deux voix, celles de Franck et Louise, que Joncour décline avec finesse, pudeur et retenue. Franck et Louise qui ne se connaissent pas, se sont à peine croisés, une seule fois, dans des circonstances terribles : le jour où Louise a mis en terre Alexandre, son mari, qui était le frère cadet de Franck… Dix ans plus tard, ils vont se retrouver, à la ferme familiale où vivent encore les parents de Franck qui élèvent le fils de Louise, issu d’une liaison sans lendemain. Prénommé Alexandre, ce petit gamin va tisser un lien, apporter de la vie et de l’espoir entre les différents personnages blessés de cette magnifique histoire. Un sujet grave, traité sans pathos par un Joncour en grande forme, qu’on pourrait résumer par cette simple phrase « Sa vie, on ne la refait pas, c’est juste l’ancienne sur laquelle on insiste. » Bouleversant. Dans les forêts de Sibérie Sylvain Tesson (Gallimard, 2011/18,20 €) De février à juillet 2010, Sylvain Tesson a fui le monde dit civilisé, afin de mieux se retrouver lui-même, dans une cabane au bord du lac Baïkal, en pleine taïga. Un peu radical, quand même le Tesson ! C’est armé d’une volonté farouche, d’une caisse de bouteilles de vodka et d’une quantité suffisante de bons bouquins qu’il va donc affronter la solitude des froidures sibériennes. C’est son journal qu’il nous offre, son quotidien, ses doutes, et surtout ses émerveillements tant cette nature sauvage le subjugue. Ermite des temps modernes, écrivain voyageur, une chose est certaine, Tesson est un enchanteur. Un peu alcoolique, aussi : prosit ! par Chris Un must Emmanuel LEPAGE « Un printemps à Tchernobyl » (Editions Futuropolis) Fukushima, Three Miles Island et Tchernobyl, la liste des incidents nucléaires majeurs s’allonge dans une indifférence presque totale. Emmanuel Lepage, dessinateur sollicité par une association militante, Les Dessin’acteurs, accepte une invitation en Ukraine pour se sentir en prise directe avec une réalité qui fait peur. Malgré le danger réel, malgré une appréhension compréhensible, il va vivre trois semaines sur place ramenant dans ses cartons ce récit sensible et poignant qui vaut tous les discours et porte surtout un témoignage rare. Car au- delà des faits scientifiques, il apporte son extrême sensibilité, ses doutes, ses angoisses et le résultat est d’une justesse telle que l’on tient là un des livres majeurs de cette année 2012. Un coup de cœur Jean-Claude DENIS « Zone Blanche » (Editions Futuropolis) Jean-Claude Denis est un auteur rare, au sens où cet observateur attentif de la nature humaine et futur président du Festival d’Angoulême 2013 construit peu à peu une œuvre où la noirceur le dispute à la lumière. Ce nouvel album en est encore une illustration parfaite qui oscille entre polar, histoire d’amour et fable écologique. Ces personnages que tout éloigne et tout rapproche à la fois sont les acteurs d’un récit parfaitement maitrisé qui déroule avec maestria coups de théâtre et longues réflexions philosophiques. Cette approche sensible et singulière est particulièrement saisissante, à l’image d’un des auteurs qui nous emporte très loin à chacun de ses récits. Une série Manu LARCENET « Blast » T3 La Tête la première (Editions Dargaud) Oubliez le Larcenet rigolo de la série Bill Baroud, celui plus philosophe du « Retour à la Terre », ou encore celui plus sensible du « Combat Ordinaire ». Comme si cela ne lui suffisait pas, il a encore passé un cap avec cette série complètement dévastatrice qu’est Blast. Une déflagration qui vous prend aux tripes et qui
cd 21 ne vous lâche pas du début à la fin. Un coup de tonnerre qui vous met KO de la première à la dernière page. Un mélange de noirceur et d’espoir subtilement dosé qui vous donne le tournis et vous entraîne dans les recoins les plus insoupçonnés de la nature humaine. Dire que Blast est un chef-d’œuvre et Larcenet un génie serait encore très en-dessous de l’intensité et du choc éprouvés. Une adaptation Olivier KA et Domitille COLLARDAY « Le Magasin des suicides » (Editions Delcourt) A l’origine, un superbe roman de Jean Teulé qui a déjà donné lieu à une pièce de théâtre, une comédie musicale et un film d’animation de Patrice Leconte sorti en septembre dernier. Ici, il est parfaitement adapté pour la bande dessinée par Olivier KA dont les talents d’écrivain (et de scénariste) ne sont plus à prouver. Restait à trouver la perle rare qui sache rendre l’insondable tristesse et l’humeur sombre du livre. Dominique Collardey, qui travaille à cheval entre la France et les Etats-Unis, réussit donc la prouesse de proposer une nouvelle lecture parfaitement réussie. Revoici donc en piste la célèbre famille Tuvache qui, vendant des kits suicide pour clients désespérés, se trouve confrontée à un problème de succession, l’un de ses enfants préférant de loin les boules puantes aux capsules de cyanure ! Du grand art et du grand guignol pour un ouvrage extrêmement savoureux. Un banc, deux bancs !!! Simon HUREAU « Filandreux » (Editions Warum) CHABOUTE « Un peu de bois et d’acier » (Editions Vents d’Ouest) A priori un banc, un simple banc : c’est un peu mince comme personnage ou comme objet central d’une histoire. Sauf évidemment quand on s’appelle Chabouté et que l’on peut se permettre sur 330 pages de dérouler une histoire incroyable. De sa maîtrise exceptionnelle du noir et blanc, il tire de cet accessoire anodin de nos vies urbaines des situations tendres et cocasses dans un ballet et une chorégraphie proprement hallucinants. Un exercice de style que maîtrise aussi Simon Hureau qui, avec son vieillard Filandreux assis sur son banc, profite du spectacle de la vie pour se distraire sans dépenser un sou. Menteur, manipulateur, vicelard, Filandreux est ce Diogènes des temps modernes qui aurait érigé la provocation bête et méchante au rang de philosophie. Un peu de SF Jean David MORVAN et Mike HAWTHORNE « Oms en série » T1 Olivier VATINE « Niourk » T1 (Ankama Editions) Stephan Wul est pour les accros de SF un auteur majeur du siècle dernier. Ses ouvrages « La Planète sauvage » ou « Les maîtres du temps » furent adaptés par René Laloux en dessins animés et il était temps de lui redonner sa place au milieu des Verne Bradburry ou autre Barjaval. Ce à quoi vont s’employer les éditions Anakama au travers d’un vaste projet éditorial et plusieurs séries. Les deux premières sont en effet des réussites totales. Il faut dire qu’elles sont le fait de fans absolus comme Olivier Vatine qui, des années après sa série emblématique « Aquablue », nous bluffe totalement avec son adaptation de « Niourk » ou celle du tandem Morvan/Hawthorne qui revisite « La Planète sauvage » avec une maestria totalement hallucinante. par Hervé Bourit X RAY POP (DARK ENTRIES) Et hop, revoilà X RAY POP sous la forme d’un vinyle enrobé dans une superbe pochette jaune fluo comme à la grande époque. Au programme, les premiers singles du groupe totalement introuvables et une face composée de 8 démos enregistrées en 1984 et jamais publiées. Bref, une sacrée machine à souvenir pour tous ceux qui n’ont pas oublié que X RAY aurait pu sans problème occuper la place des Rita Mitsouko grâce à son talent et son inventivité indéniables. Une occasion idéale de (re)découvrir ce groupe, qui devrait être suivie d’autres rééditions sur ce même label pour notre plus grand plaisir. A signaler un petit livret d’accompagnement qui regroupe des documents et des coupures de journaux de l’époque qui fleurent bon la nostalgie et ne font que cultiver les regrets quand on voit que le monde entier déroulait le tapis rouge pour nos Tourangeaux préférés. « DUST BOWL » (BD MUSIC en co-production avec le Festival Bd boum et le Chato’Do) C i n qu a n t e - de u x pages au format 25x25 cm et 18 titres sur un CD, voilà comment se présente le dernier né des éditions BD Music. Assuré du concours de dessinateurs musiciens comme Jean-Claude Denis, Charles Berberian, Relom, Hervé Bouhis, Luz ou Emmanuel Guibert, cet ouvrage nous rappelle les liens indéfectibles entre le rock et le 9ème art. Le résultat est particulièrement bluffant et la synergie entre les titres et les illustrations particulièrement réussie. Il faut dire que les dessinateurs choisis sont aussi des musiciens dans l’âme dont certains, comme Relom avec son groupe Sex and Dollars ou Jean Claude Denis et Charles Berbérain avec leurs combo Nigthbuzz, jouent depuis longtemps et régulièrement de la musique à haute dose. « Dust Bowl » est aussi un objet au design particulièrement soigné et on se prend à espérer un volume 2 tant le résultat est époustouflant. A noter que vous pourrez voir une exposition des planches originales lors du Festival BD Boum à Blois du 23 au 25 novembre à la Halle aux Grains et qu’un concert gratuit avec tous les artistes aura lieu au Chato’Do le vendredi 23 novembre à 21h. par Hervé Bourit



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :