Parallèle(s) n°46 mar/avr 2016
Parallèle(s) n°46 mar/avr 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de mar/avr 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Sans format SARL

  • Format : (240 x 350) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur le Street Art.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
C’est parti ! parallèle(s)-46 MARS-avril//2016 sommaire Page 3 tours>calais Maud, Léo et Calais Page 4 INTRO Les Passagers à La Chapelle Sainte Anne Le Printemps de Bourges Pages 6 et 7 Théâtre Guerre au ciel Pages 8 à 10 street art ? « C’est pas de l’art et ce n’est sûrement pas street. » Page 11 S’exposer Détruisons la Cathédrale Dorée Œuvre Ratée Page 12 poème Il y a... Blouses Notes Page 13 festival Mauvais Genre Page 14 cinéma Après la bataille Page 15 KRONS Chroniques de livres et BD’s Directrice de publication  : Marie Lansade Rédactrice en chef  : Marie Lansade (Brutes de com) (marie@parallelesmag.com) Graphisme et mise en page  : Diego Movilla (diego@parallelesmag.com) hello@parallelesmag.com www.facebook.com/paralleles.tours Rédacteurs  : Hervé Bourit - Elise Charbey Chris - Cleanne - JB Giuliani - RozennMorizur Diego movilla - Michel Pommier Pierre-Henri Ramboz Dessins  : Jean Bobol - T.léo Couverture  : Franck Mouteault édito Il est question dans ce numéro de deux documentaires à la diffusion locale un peu tardive, « Homeland-Irak année zéro » et « Merci, Patron ». On peut aussi regretter que l’excellent film de Yannis Youlountas, « Je lutte donc je suis », n’ait bénéficié à ce jour, à ma connaissance, sur Tours que d’une unique projection le 12 mars dernier, à l’initiative de Solidaires 37 et de Sud Rail, en présence du réalisateur. Et pourtant ce voyage en terres de luttes, d’alternatives solidaires et d’utopie, en Crète, en Grèce et en Espagne, devrait être vu par le plus grand nombre, diffusé dans les quartiers, les territoires ruraux, les écoles, les collèges et les lycées… mais aussi par les élites et les politiques. Contre la résignation, en réponse à la crise, dans les villes et les campagnes, femmes, hommes, adolescents mais aussi enfants ont choisi de ne pas baisser les bras et de vivre debout. Ce tour d’horizon des résistances et actions citoyennes, du vivre ensemble et autrement, dans le domaine de l’éducation, de la culture, de la libre expression, du logement, de l’écologie, de l’agriculture, de la lutte contre le consumérisme… est un vent venu du sud vivifiant, un hymne à la générosité et à la fraternité, un vrai baume pour panser les désespoirs et les incertitudes. « Je lutte donc je vis » a été très peu relayé dans les médias nationaux, et cela pose question… Il est diffusé dans des circuits confidentiels, et cela pose encore question… A défaut de le voir en salle, vous pouvez le regarder sur internet  : ne vous en privez pas, et faites circuler ! MARIE LANSADE Parallèletsi Le magazine est édité par la S.A.R.L. Sans format hello@sansformat.com 65, rue Jacob Bunel 37000 TOURS 06 63 78 08 77 Fax  : 09 72 15 21 06 www.sansformat.com www.facebook.com/sansformat Directeur  : Ludovic Evelin (ludo@parallelesmag.com) Contenu rédactionnel réalisé par l’association Brutes de Com Régie pub  : allo@parallelesmag.com Impression  : ROTO CENTRE (45) Distribution  : Un je-ne-sais-quoi www.parallelesmag.com
Maud, Léo et Calais Calais, je n’y suis pas allée. Faute de temps, de courage, de légitimité. Alors à défaut, j’ai demandé. A ceux qui y sont passés, à ceux qui y sont restés. De me raconter un peu de ce qu’ils y avaient vu. J’ai demandé à Maud. Et puis après à Léo. deux artistes tourangeaux. Elle parle fort. Lui parle peu. L’un et l’autre racontent leur présence là-bas. Pour aider, empêcher, résister. Maud. Je la vois dans un bar la nuit. Elle va à Calais souvent, de temps en temps, tout le temps. Au départ, il y avait forcément la question de venir ou de repartir « avec »  : sa pratique artistique, son art, ces trucs qu’on imagine pouvoir faire. Ces trucs qui ne semblent plus si essentiels une fois à Calais et qu’on reprendra peut- plus tard. « Plus tard », ce sera quand Calais ne prendra plus toute la place. Si c’est possible. En attendant, Maud fait. Avec ce mot qui remplace tous les autres. Ce mot un peu désuet. Le mot bonté. Elle dit aussi qu’à force d’aller là-bas, elle est devenue addict. D’avoir mis le pied dedans. D’avoir trouvé cette place si floue. De se souvenir à chaque instant des priorités. Etre là. Ne pas agir comme artiste. Agir. Jouer au foot. Juste être là. Ne pas nourrir son œuvre. Ne pas y aller pour ça. Etre transformée forcément. Ne pas le vouloir. Ne pas instrumentaliser l’autre. Ne pas exister à travers lui, sa misère, sa vie. Juste être là. Là-bas. Autant qu’il sera nécessaire. Peu de temps après notre entretien nocturne, Maud part au Maroc, pour un mois. Je lui envoie mes premières notes. Elle me répond très vite, avec plus de distance sur son vécu à Calais. Voici un extrait de son message. « Ce n’est pas vraiment une drogue, c’est de ne pas y être qui est une impossible non-assistance à personnes en danger, un besoin d’espoir en l’humanité... J’ai un dérèglement de l’empathie ! Ce sont l’absurdité violente, le déni de responsabilité, la gestion froidement pragmatique, qui m’obnubilent et me font toujours revenir. Droguée oui  : aux rapports humains, à l’altérité, à la possibilité de résoudre un problème après l’autre, concrètement et simplement. Chaque chose même insignifiante que je peux faire est un rempart mental à la barbarie du monde que je vomis, c’est une résilience militante et active ! » JEAN & PitACHE PIGISTES POTENTIELS pt/I r3eqnb414 Celui Sero,'‘t bien, c'est- de Faire. aeb ertideS AC terrQin omis T.Léo Léo. On se retrouve dans un café, un après-midi. Il vient juste de rentrer de Calais où il passe presque tout son temps depuis le mois de décembre. L’histoire commence avant l’hiver, lorsque, l’été dernier, il se retrouve par hasard dans un camp de migrants, en Italie. Léo y reste un mois, peut-être un peu plus. Il y rencontre des personnes qui ont traversé le désert. Des personnes qui n’ont pas fini leur voyage. Dans la continuité de l’expérience italienne, il décide d’aller à Calais une fois l’automne passé. « Là-bas », il en retrouve certains et en rencontre d’autres. Souvent il écoute. D’autres fois il accompagne à l’hôpital des personnes qui ont subi des violences policières. Ceux avec qui il tisse une relation sont Soudanais et Kurdes. La jungle est devenue pour lui une ville dont la force médiatique s’est amplifiée. Il fallait la raser. Quitte à déplacer les réfugiés dans des camps plus insalubres. Il fallait investir dans une glissière de 300 m qui décourage un peu plus les volontaires. Il fallait montrer sa détermination contre cette « zone de non-droit ». Cette zone sans droit. Lui, comme les autres qui tentent d’agir auprès des réfugiés, ne voudrait pas se sentir fiché, surveillé, puni pour avoir ouvert grands les yeux quand on lui demandait de les fermer. Alors oui, il reçoit ses contraventions pour mauvais stationnement, remplace ses pneus crevés, se fait filmer avec les militants par les gopro placés sur les thorax des CRS, prend des photos, filme les évacuations, aide les hommes et les femmes à déplacer leurs cabanes, leurs tentes, leurs affaires. Il vit au rythme des violences policières et des évacuations. Mais pas seulement. On prend aussi le temps de boire un café ensemble. De se raconter sa vie d’avant. Sa vie d’après. Je lui demande ce qu’il ressent lorsqu’il revient à Tours, lorsqu’il sort dans un bar, lorsqu’il rentre dans son atelier. Il parle d’abord de futilité. Même si, finalement, la futilité est un bon marqueur, de la « vraie » vie, celle que l’on ne vit pas dans l’urgence. Il voudrait retourner à Calais, ou ailleurs. Même s’il sait pertinemment qu’il y est utile, mais pas indispensable. Je n’ose pas lui demander comment cette expérience agit, ou non, sur son art. Je regarde ses croquis, ses photos, son sourire. Je lui demanderai. « Plus tard ». ÉLISE CHARBEY www.tleo.fr www.lesateliersdelamorinerie.com/mediatome T.Léo



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :