Paradiski Infosnews n°130 9 mar 2020
Paradiski Infosnews n°130 9 mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°130 de 9 mar 2020

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Sarl SDGB

  • Format : (170 x 245) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 16,2 Mo

  • Dans ce numéro : skiez en mars.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
+ DE SPORT P O RTRAIT Une belle histoire d’Ent’Raid Claire Sorin et Gaëlle Laforce se sont rencontrées il y a deux ans et gardent chacune un souvenir désastreux de cette première rencontre. Amenées à se revoir rapidement, elles se sont malgré cela retrouvées animées par une passion commune qu'est le running et qui les a finalement conduites à partager en binôme une grande aventure humaine, synonyme d'abnégation et de dépassement de soi. En décembre dernier elles ont participé à la Saharienne, un raid solidaire féminin. Elles nous font part de leur retour sur cette expérience. Comment toute cette histoire a t'elle commencé ? Gaëlle  : Nous nous sommes rencontrées il y a deux ans lors d'une réunion scolaire. En désaccord, cela ne s'est pas bien passé du tout, et nous n'étions pas restées indifférentes à cet échange. Nous nous sommes revues à plusieurs reprises et avons pu éclaircir les choses et très vite, nous nous sommes même rendues compte que l'on avait pas mal de points communs.Nous sommes toutes les deux mamans de jeunes enfants et nous courons régulièrement. Comme nous habitons à côté l'une de l'autre, nous avons commencé à faire nos footings ensemble, de plus en plus fréquemment. Claire, qui avait déjà participé à un raid il y a deux ans m'a parlé de ce projet de raid au printemps dernier, et cette idée a fait son bonhomme de chemin dans mon esprit. Claire  : Effectivement, j'avais déjà participé à un raid deux ans auparavant. J'en garde un souvenir fort et j'avais envie de recommencer. Quand on s'est rencontrées, je me suis dit que Gaëlle pouvait être la bonne personne pour partager cela. Comme je baignais déjà un peu dans ce milieu-là, j'ai été informée qu'une radio organisait un concours en mai dernier avec en premier lot le ticket d'entrée pour le raid « la Saharienne » qui avait lieu en décembre. Je me suis dit qu'il fallait foncer, car sans cela, l'organisation d'un raid peut prendre une année, pour les recherches de sponsors et de fonds. On y est donc allé à fond, et on a gagné ! Sur le coup, on a eu du mal à y croire. Ce concours a été un véritable accélérateur pour notre projet, et c'est grâce à la mobilisation très forte de tout notre entourage que nous avons pu le remporter. A partir de ce moment-là, on a continué à chercher des sponsors notamment pour notre équipement, et pour notre entrainement physique, on avait six mois devant nous pour être prêtes. 38# INFOSNEWS/PARADISKI "Il faut se donner les moyens d'aller au bout de ses envies, cela vaut le coup. " Parlez-nous de ce raid  : comment se présente-t-il ? En quoi consiste-t-il ? Claire  : C'est un raid solidaire 100% féminin, constitué cette année de 48 binômes. Il a eu lieu du 13 au 20 décembre, au Costa Rica, pour cette 5 è édition. Sa vocation est de sensibiliser aux problèmes de violences faites aux femmes et certaines participantes sont des victimes qui viennent pour se reconstruire. Chaque binôme participant défend par ailleurs sa propre cause. Nous avons choisi pour notre part d'œuvrer pour l'association « Virlanie », qui est française à l'origine et basée aux Philippines. Le but de cette association est de venir en aide aux enfants philippins qui sont dans la rue, de leur apporter un foyer via des maisons d'accueil et tout ce dont ils ont besoin pour sortir de la rue et espérer avoir un avenir. Cela passe par un système de parrainage. Moimême je suis marraine d'un enfant philippin car je suis allée aider cette association pendant 4 mois en tant que volontaire il y a 12 ans. Gaëlle  : Plus généralement, cette cause nous touche car elle fait lien avec nos vies de mamans, ce choix a un sens très fort pour nous et s'est imposé naturellement. Quelles étaient les épreuves proposées ? Comment se passaient vos journées ? Gaëlle  : Les épreuves étaient très variées  : trail, canoé, parcours du combattant, tir à l'élastique, lancer de haches... c'est important d'être un sportif complet dans ce genre de compétitions ! Ce que nous avons particulièrement apprécié, c'est le fait que nous avons pu découvrir des endroits vraiment préservés du pays, où les parcours proposés ont été mis en place spécialement pour le raid. Cela a largement contribué à nous faire découvrir le pays, et c'est d'ailleurs une volonté de l'organisation que d'avoir
une approche authentique. Le fait de dormir en bivouac, de manger local, tous ces éléments y contribuent. Claire  : Les épreuves sportives avaient lieu surtout le matin. Les après-midis étaient plutôt consacrées à des moments d'échanges, avec les autres concurrentes, les locaux, l'organisation... Quelles sont les difficultés majeures auxquelles vous avez dû faire face ? Claire  : Ma crainte majeure est la blessure physique. J'ai des fragilités de par ma vie sportive, et il faut que je les gère, ce qui n'est pas toujours facile. Gaëlle  : L'adaptation à la météo locale, très chaude et très humide. Ces conditions climatiques pour se dépasser physiquement augmentent la difficulté quand on n'est pas acclimatées. Quels sont les moments forts qui vous ont le plus marquées ? Gaëlle  : Le dernier soir, nous avons visionné une vidéo d'un témoignage d'une femme qui a participé à une édition antérieure. Elle a été victime de violences et expliquait comment la course a été comme une bouée de sauvetage pour elle, que cela a énormément compté dans sa reconstruction. Elle expliquait aussi que le fait d'avoir participé à ce raid lui a permis de montrer à ses enfants sa détermination et sa force de caractère, et cela a changé le regard qu'ils lui portaient, cela a fait évoluer sa relation avec eux... C'était très poignant, extrêmement émouvant. Claire  : Notre résultat reste un grand souvenir également. Nous avons fini 8 e sur 48 équipes, c'était bien au-delà de nos espérances et nous en sommes très fières ! Gaëlle  : De façon générale, ce voyage en lui-même restera un évènement marquant pour nous. Les rencontres, les paysages, l'aspect sportif, tout cela contribue au fait que nous avons vécu une grande aventure. Nous l'avons vécu comme une parenthèse que nous avons refermé boostées comme jamais. C'est pour nous une chance d'avoir participé à un tel défi, nous nous sommes données à fond, nous en sommes fières et cela nous a apporté et nous apporte encore beaucoup d'énergie ! Que retenez-vous de toute cette expérience ? Gaëlle  : Les premières impressions que l'on a de quelqu'un ne sont pas forcément les bonnes, alors que l'on a tendance à penser le contraire. J'ai retenu cela de notre propre histoire, et au fait que nous n'étions pas parties toutes les deux sur de bonnes bases, quand on voit où ça nous a menées... Sinon depuis que nous sommes rentrées, je sens que mes enfants me voient comme une maman battante. Ils ont vécu cette aventure par procuration, et d'un point de vue de la transmission, cela leurs apporte des valeurs autour du sport et de l'entraide, c'est très positif. Claire  : D'un point de vue sportif, c'est une expérience très forte, même si une bonne condition physique est évidemment nécessaire. Et de manière générale, il faut croire à ses projets et croire en soi. Il faut se donner les moyens d'aller au bout de ses envies, cela vaut le coup. (C.K.) Claire Sorin and Gaëlle Laforce met two years ago. They share a common passion for running, which ultimately led them to share a great human adventure. Last December they participated in the 5 th edition of the event La Saharienne, a raid for women, organised in Costa Rica. Not less than 48 teams participated, but thanks to a good physical and mental preparation, and supported by their families, Claire and Gaëlle finished 8 th ! https://fr.virlanie.org WWW.INFOSNEWS.FR #39 + DE SPORT PORTRAIT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :