Paradiski Infosnews n°127 27 jan 2020
Paradiski Infosnews n°127 27 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°127 de 27 jan 2020

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Sarl SDGB

  • Format : (170 x 245) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 14 Mo

  • Dans ce numéro : ski free aux Arcs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
LA PLAGNE 28# INFOSNEWS/PARADISKI PERSON OF INTEREST A.L.P.I.E. Timothée a commencé à voyager vers l'âge de 21 ans et depuis, il ne s'est jamais plus arrêté. Pour lui, ses aventures sont avant tout humaines, et rien n'est plus enrichissant que d'aller à la rencontre de l'Autre. Ses voyages s'inscrivent dans une approche qu'il a baptisé Alpie. Rencontre avec un globe-trotteur qui fait rimer aventure avec philosophie. Tim, « Alpie », qu'est-ce que cela veut dire ? Aventure/Liberté/Partage/Inspiration/Exploration. Ca résume tout ! C'est ma façon d'envisager mes voyages, et cela s'est imposé naturellement, petit à petit. Son essence ? De l'aventure, de la liberté, un partage avec des autochtones lors d'un trajet itinérant, une exploration hors des sentiers battus. C'est le fruit de 10 ans de voyages passés à sillonner les 5 continents et plus de 60 pays. D'où te vient ce syndrome du voyage ? Je suis plagnard, et je suis passionné de ski et de montagne, ce qui est un peu le point de départ de tous mes voyages. En effet, lors de mon premier, mon but était d'aller avec des amis au Kirghizistan, en Asie centrale, pour gravir des sommets, mais aussi aller au contact de la population locale. Et là, c'une claque humaine que j'ai reçue, en découvrant des cultures et des paysages que j'ignorais jusque-là. La suite s'est orientée sur des voyages itinérants, axés sur les modes et styles de vie dans des pays le plus souvent pauvres. Ces pérégrinations ont été une déconstruction de tous les acquis que la société occidentale m'a appris à l'école ou devant la télévision. Je savais au plus profond de moi que j'étais chanceux d'avoir grandi dans les Alpes avec un entourage aimant et attentionné. J'ai franchi le pas en partant seul pour la première fois, ça a été incroyable. Se retrouver seul face à soi-même, pouvoir se rendre compte que l'on peut vraiment être soi-même justement sans devoir se comporter comme on l'attend de vous, se rendre compte qu'on est capable d'accomplir des belles choses seul, ça me booste ! À ce moment j'étais contaminé, le virus du voyage avait frappé ! Je suis allé au lac Baïkal à l'aide du transsibérien. Je ne souhaitais pas zapper tout le chemin reliant la maison jusqu'au Kremlin, c'est donc en auto-stop que je suis allé en Ukraine, au Kazakhstan en passant par la Sibérie. Ce premier voyage au travers des pays et continents a été synonyme de liberté  : la fourmi n'avait plus besoin de passer par les airs mais pouvait se déplacer seule sur la terre. Ton souhait est vraiment d'aller à la rencontre de tout ce qui relie deux points... Exactement ! Petit à petit, la nécessité de voyager différemment s'est imposée à moi. Je me suis rendu compte qu'il était possible d'être libre en voyage mais les transports restent une grande contrainte. L'idée d'être autonome ne me quitte pas. Je veux pouvoir aller où je veux, quand je veux et dormir où bon me semble. Le premier voyage en auto-stop m'avait ouvert des portes mais après ça, j'ai voulu sortir encore un peu plus de ma zone de confort et j'ai décidé de partir en Iran par la route et en stop ! Jamais, au grand jamais, je ne m'étais senti aussi libre, ce voyage fut une communion avec moi-même. Les journées étaient parsemées de rencontres et de partages avec les conducteurs qui avaient la gentillesse de me faire avancer. De plus, ma tente me laissait le luxe de dormir dans des décors de rêve. 200 personnes, 14 000km plus tard je partais d'Iran comblé, rempli de bonheur, confiant en l'être humain qui vient en aide à son prochain, et ce, même quand celui-ci est un inconnu... Tu es allé en Afrique l'été dernier. Pourquoi contrairement aux autres voyages tu es parti avec ton propre véhicule ? J'étais déjà parti à Madagascar il y a quelques années. C'est un archipel de nature et d'aventure. Un summum pour les amoureux de la faune et la flore. Toutefois le voyage a été des plus compliqué niveau transport, même en restant sur les axes principaux... 200h de transport pour 3 mois de voyage c'est beaucoup mais c'est le prix à payer si on veut voyager comme un malgache. Le pire dans tout ça, c'est que certains des plus beaux sites naturels ne sont accessibles que par transport privé. C'est ça l'Afrique. Personne n'a les moyens d'avoir une voiture et les routes sont inexistantes ou en mauvaise état. Là-bas, ce n'est pas envisageable de voyager en stop car très peu de voitures circulent mais surtout il serait malvenu de vouloir faire un trajet gratuitement en étant blanc. Sans
son propre véhicule pour voyager, on peut passer loin des points d'intérêt ou se retrouver à dépenser des sommes astronomiques... Il y avait aussi le besoin d'être loin des masses de touristes pour avoir un contact plus sincère avec les locaux, ça tombe bien l'Afrique est le continent le moins touristique... Et la population locale ne peut qu'être la meilleure des ambassadrices de son pays et ainsi le meilleur des guides. L'idée a commencé à germer en 2018  : partir de France à l'aide d'un 4x4, rallier l'Afrique du Sud et revenir avec ! Après un an de recherche, un Toyota Land Cruiser 78 pointa le bout de son capot, au nom éponyme du projet, réaménagé pour le voyage et prêt à naviguer au travers du continent ! Quelques anecdotes de tes voyages Il y en a tellement, c'est difficile de choisir. Parmi les meilleurs souvenirs, en vrac, je citerais  : Manger un dal baht à 4500m au pied de la face sud de l'Annapurna Avoir fait 220km de radeau pendant 5 jours dans l'Amazonie bolivienne Avoir nagé avec les requins baleines puis passer la nuit à Nous Iranja, une petite île paradisiaque à Madagascar Une nuit dans la gare d'arrivée du téléphérique de l'eggishorn à 2800m, avec un lever de soleil au top La van life en Australie, 2 mois d'immersion dans la nature avec un grand N Choquequirao au Pérou, une site Inca magique qui nécessite 2 jours de marche soutenue et encore plus avec des sacs de 17kg Le couchsurfing à Omsk en Russie, la ville fait partie de mes pires souvenirs mais l'expérience avec les gens aura été formidable Un petit mot de la fin ? J'encourage toutes les personnes à voyager. Beaucoup de choses nous séparent des différentes cultures mais l'être humain a les mêmes besoins partout, d'amour, de sécurité, et de nourriture. Chaque peuple a une vision bien différente du monde et de la vie ; le voyage permet d'aller à la rencontre de ces personnes, d'ouvrir son champ de vision, de comprendre qu'il n'y a pas de vérité, mais juste un mode de fonctionnement dans un contexte donné. Comme l'adage le dit très bien  : le voyage est la seule chose qu'on achète et qui nous rend plus riche. À bon entendeur... (C.K.) Originally from La Plagne, Timothée Hagnerelle started travelling at the age of 21 and is stilla passionate globe-trotter. In 10 years, he visited more than 60 countries spread over the 5 continents. According to Timothée, many things separate us from other cultures, but human beings have the same needs everywhere  : love, security and food. We all have a different vision, travelling allows you to exchange with others, to understand that there is no truth, but just a way of life in a given context. WWW.INFOSNEWS.FR #29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :