Panorama Inforegio n°44 déc 12/jan-fév 2013
Panorama Inforegio n°44 déc 12/jan-fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de déc 12/jan-fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Commission européenne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : spécialisation intelligente, le moteur de la croissance économique future dans les régions d'Europe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
▶La parole est à vous Dans l’un de ces projets, des personnes handicapées qui étaient soignées dans des institutions ont pris pied sur le marché du travail. La « villa Artis » située à Heitersheim dans le Haut Rhin, abrite à la fois une académie d’art thérapeutique, où les talents artistiques spéciaux des personnes handicapées sont découverts et encouragés, et un café. C’est un lieu où les personnes avec et sans handicap travaillent ensemble. Le projet phare de l’UE « atelier du savoir Gmünder » a une approche différente. Il offre aux écoliers, en particuliers ceux issus d’un environnement défavorisé du point de vue de l’éducation, l’occasion de se familiariser avec l’ingénierie et la technologie en dehors du cadre scolaire et sur un mode ludique et amusant. Le but est de faire découvrir au groupe cible des jeunes âgés de 8 à 18 ans des métiers techniques. Ces deux projets visent à révéler des potentiels insoupçonnés. Impliquer les partenaires Les projets mentionnés ont également été rendus possibles grâce à la coopération étroite entre les communes et autres partenaires. Le dialogue constant mené depuis le lancement de ces projets a permis de développer, modifier, affiner et ajuster les différents modèles. Tirant parti de son expérience en matière d’implication de groupes économiques et sociaux dans des projets, le land du Bade-Wurtemberg a entamé un dialogue actif avec les partenaires des secteurs de l’économie, des sciences, des questions sociales et de l’environnement sur la planification de la nouvelle période de financement du programme opérationnel du FEDER. Le land a ainsi clarifié ses positions visà-vis du futur programme du FEDER à l’occasion de plus de 40 actions, forums, débats et présentations organisés à ce jour, qui lui ont permis de débattre avec des partenaires, de modifier ses positions ou encore de les condenser. Une des priorités de la prochaine période de programmation concerne le financement d’organismes d’enseignement supérieur dans les zones rurales. Le Bade-Wurtemberg souhaite ainsi s’affirmer comme une région très décentralisée sur le plan des structures scientifiques, de formation et de recherche. Dr Georg Ris Autorité de gestion du FEDER, ministère des affaires rurales et de la protection du consommateur du Bade-Wurtemberg ▶Espagne ▶25 années de succès pour la politique régionale européenne en Andalousie Avant la prochaine période de programmation et le lancement des débats sur l’avenir de la politique de cohésion, l’Andalousie fait le point sur ses 25 années d’appartenance à l’UE. La région met en avant ses principales réalisations dans les domaines de la recherche et développement, des transports, de la santé et de l’énergie renouvelable, entre autres indicateurs, qui ont permis de rapprocher la région des autres économies de référence. Depuis l’entrée de l’Espagne dans l’UE, l’Andalousie a reçu une aide de 80 milliards d’euros environ, dont 41 milliards au titre de la politique de cohésion. Grâce à cette aide, la région a connu une transformation profonde sur le plan économique et social qui lui a permis de réaliser des progrès importants sur la voie d’une convergence réelle et nominale avec les autres régions. Entre 1986 et aujourd’hui, l’Andalousie est parvenue à une hausse de la convergence de 26 points par rapport la moyenne de l’UE. C’est ce que révèlent certains indicateurs tels que le PIB par tête, qui a été multiplié par cinq, atteignant 17 587 euros par habitant en 2011. Une partie de l’argent investi a été consacrée à la recherche et au développement, dont le budget a été multiplié par 16. Cela signifie que la part du PIB allouée aux dépenses de R&D a été multipliée par 3,3, soit 12,6 fois de plus que l’augmentation moyenne de l’UE. Les structures et les synergies du système d’innovation régional ont été renforcées, les activités de R&D ont augmenté et de nouveaux mécanismes de transfert technologique ont été créés. C’est la création d’un réseau d’infrastructures de 28
panorama [hiver 2012 ▶ N o 44] R&D qui a rendu cela possible. Ce réseau fournit des services de soutien aux PME engagées dans un processus d’innovation, encourage l’entrepreneuriat et la multiplication des sources de financement destinées à l’innovation. Des initiatives innovantes ont ainsi vu le jour, telle que la création d’un réseau technologique andalou, ou la subvention globale à l’innovation, la technologie et l’entreprise, conçue pour promouvoir l’innovation et le développement dans les entreprises andalouses. Il convient également de citer le programme JEREMIE, en faveur d’un soutien durable aux PME, et l’initiative JESSICA, pour le développement de projets urbains intégrés. Dans le domaine des infrastructures de transport, l’Andalousie a vu son réseau d’autoroutes, de voies rapides et de routes s’étoffer, d’où une amélioration de la structure physique du territoire. Le point d’orgue des principaux projets achevés a été la mise en service de l’autoroute andalouse (A-92) et de la liaison ferroviaire à grande vitesse Séville-Madrid. Grâce aux investissements conséquents réalisés dans le secteur des transports, le nombre de kilomètres de route à grande capacité a augmenté. En 2010, il atteignait 30 km par km 2, soit 9,1 fois plus qu’en 1985, et le réseau des voies ferrées rapides atteignait 358,6 km. En ce qui concerne l’accès aux nouvelles technologies, si le nombre d’entreprises andalouses disposant d’un réseau télé matique était pratiquement nul en 1986, 95,5% d’entre elles disposaient en 2011 d’un accès à l’Internet haut débit. Sur cette même période, la part de l’énergie provenant de sources renouvelables est devenue importante. En particulier, la part d’électricité produite à partir de sources renouvelables a plus que doublé entre 1989 (7,9%) et 2009 (19,6%). Cette augmentation de la production d’énergie à partir de sources renouvelables (en particulier l’énergie solaire, éolienne ou issue de la biomasse) est à l’origine d’un nouveau modèle énergétique, plus diversifié et compatible avec le développement économique de la région et la protection des écosystèmes naturels. Cette évolution a été favorisée par des programmes tels qu’Andalucía A+ pour le développement d’une énergie durable qui encouragent la culture de l’économie et l’utilisation intelligente de l’énergie chez les citoyens d’Andalousie. Dans le domaine des exportations, les performances andalouses ont été multipliées par huit depuis 1988, soit deux fois plus que la moyenne de l’UE. Entre 1988 et 2011, la part du PIB andalou représentant les exportations a augmenté de 7,5%, soit 1,4 fois de plus que la moyenne de l’UE. Le taux d’emploi des femmes permet également de mesurer le chemin parcouru par la région. Ce dernier a plus que doublé depuis 1986, une augmentation 1,6 fois supérieure à la moyenne de l’UE. Les politiques régionales de l’emploi encouragent l’inclusion des femmes dans la vie active au travers d’actions visant à promouvoir l’intégration sociale et l’entrée sur le marché du travail de groupes vulnérables, ainsi que l’équilibre entre vie de famille et vie professionnelle. CATEC, Center for Advanced Aerospace Technologies L’Andalousie a également réalisé des progrès dans le domaine de la politique sociale. Par exemple, en matière de santé, le nombre de centres de soins est passé de 344 à 1 597 ; dans le domaine de l’éducation, le pourcentage des personnes ayant suivi des études supérieures a augmenté de 14,2%, ce qui représente plus d’un million de personnes au cours des 25 dernières années. Toutefois, toutes ces réalisations n’auraient pas été possibles sans la gestion efficace des fonds européens de la part du gouvernement andalou et la capacité de la région à absorber ces fonds. L’Andalousie se distingue par son modèle de gestion de l’aide européenne. Pour preuve, le fait que la région a décroché un financement supplémentaire de 1,229 milliards d’euros au titre des deux derniers cadres communautaires d’appui et que 11,7 milliards ont déjà été investis, soit 123,6% des dépenses éligibles allouées initialement. La politique de cohésion a été et demeure un moteur essentiel de la croissance andalouse. Dans le cadre de la prochaine période de programmation, le gouvernement régional s’est donc fait l’avocat d’un régime de transition spécial sur le plan financier qui garantirait une sortie graduelle de l’objectif de convergence et un passage à l’objectif de compétitivité. Ce régime est nécessaire pour consolider les résultats obtenus, renforcer la structure économique et prévenir des situations dangereuses sur le plan financier et économique. La région continue par ailleurs de réclamer la prise en compte d’indicateurs autres que le PIB et la population dans la distribution de l’aide, tels que le chômage, ou encore les effets de la crise économique sur les régions. Direction générale des fonds européens et de la planification Ministère régional de l’économie, de l’innovation, des sciences et de l’emploi, Gouvernement d’Andalousie 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :