Panorama Inforegio n°44 déc 12/jan-fév 2013
Panorama Inforegio n°44 déc 12/jan-fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de déc 12/jan-fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Commission européenne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : spécialisation intelligente, le moteur de la croissance économique future dans les régions d'Europe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
▶Dossier spécial « La cocréation en tant qu’approche implique bien plus directement les citoyens, les entreprises et autres destinataires clés des services publics dans le processus d’innovation. Elle permet non seulement de comprendre les défis actuels, mais aussi de créer avec la population et pas uniquement pour elle, un nouvel avenir. » Christian Bason – directeur du laboratoire d’innovation danois MindLab Un autre risque est la tendance à n’écouter que les grands acteurs déjà établis et les clients habituels et à négliger les jeunes entrepreneurs, les PME, les nouvelles entreprises ou même les organisations sans but lucratif qui pourraient bien détenir la clé du succès de la spécialisation intelligente. L’alliance des secteurs manufacturiers et des services pourrait déboucher sur des modèles d’entreprise totalement nouveaux et insuffler un nouvel élan économique dans un pays ou une région. Les centres de recherche, les universités, les acteurs du secteur créatif, les institutions publiques et la société civile ont tous un rôle à jouer dans ce processus. C’est ensemble qu’ils sont les plus aptes à découvrir les secteurs dans lesquels une région est susceptible d’exceller au regard de ses capacités actuelles et de ses atouts productifs. Les enquêtes de satisfaction quantitatives peuvent se révéler insuffisantes car elles n’offrent qu’une rétrospective, contrairement aux processus cocréatifs qui permettent de déboucher sur des idées créatives porteuses d’avenir. État des lieux dans les régions Un état des lieux de la situation des régions dressé par l’IPTS a révélé que ces dernières ont généralement des difficultés à développer une vision globale et tournée vers l’extérieur. À l’avenir, les régions devront se concentrer davantage sur leurs forces potentielles, dans une optique pas seulement nationale ou régionale, mais aussi internationale. Les régions devront également faire des choix bien réfléchis et fondés sur les faits et ne pas éparpiller leurs ressources sans impact réel. Actuellement, les priorités des régions sont souvent trop larges ce qui en réduit l’impact. Par ailleurs, le secteur manufacturier est trop souvent privilégié aux dépens des secteurs émergents et des services. On constate que les mesures destinées à stimuler la demande ou à favoriser l’accès au marché sont encore trop peu utilisées par rapport à celles qui visent à renforcer les capacités de la recherche et de l’innovation. Un déficit de coordination entre les autorités nationales et régionales persiste. Le soutien de la plateforme S3 L’élaboration de stratégies de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente est une tâche exigeante, en particulier pour les pays qui n’ont guère d’expérience en matière d’élaboration de politiques d’innovation en collaboration avec des parties prenantes ou en ce qui concerne leur mise en œuvre ou leur évaluation. Même les pays disposant d’écosystèmes d’innovation fonctionnant de manière satisfaisante peuvent rencontrer des difficultés à ce niveau du fait de la nécessité de fixer des priorités et de faire des choix difficiles. C’est pourquoi la Commission a créé des outils destinés à aider les États membres et les régions à élaborer leurs stratégies de spécialisation intelligente. La plateforme de la spécialisation intelligente (plateforme S3), hébergée par l’Institut de prospective tech nologique (IPTS), un des sept instituts constituant le Centre commun de recherche de l’UE, a participé étroitement au développement du concept de spécialisation intelligente et de ses implications politiques. Elle offre des conseils, l’accès à des données, des notes d’orientation et une assistance méthodologique, ainsi que des exemples de bonnes pratiques et des outils d’apprentissage mutuels destinés aux pairs et aux experts. Aujour d’hui, plus de 100 régions et deux États membres (la Slovaquie et la Lituanie) ont rejoint la plateforme S3. Elle organise, entre autres, des ateliers, des formations ainsi que des évaluations par des pairs auprès des décideurs politiques chargés de développer des stratégies de recherche et d’innovation pour la spécialisation intelligente (RIS3). ▶Pour en savoir plus http://s3platform.jrc.ec.europa.eu/home 10
panorama [hiver 2012 ▶ N o 44] L’Italie à la croisée des chemins En septembre 2012, la Commission européenne a organisé un atelier dans la ville de Bari, dont le thème principal était la spécialisation intelligente dans les régions italiennes. Cet atelier avait pour objectif d’assurer une large diffusion du concept de spécialisation intelligente auprès des décideurs nationaux et régionaux, des personnes en charge de l’élaboration des stratégies et des autorités responsables de la gestion des fonds de l’UE, en vue de la période de programmation 2014-2020. Cet atelier s’inscrit dans une série de séminaires de lancement organisés dans l’ensemble de l’UE pour encourager la transition vers la spécialisation intelligente. À de nombreux égards, l’atelier de Bari a eu une incidence importante sur la position adoptée par l’Italie en réponse aux objectifs de la stratégie Europe 2020. Tous s’accordent à dire que l’amélioration de la compétitivité de l’Italie passe par l’unification des parties prenantes. L’Italie, comme d’autres pays, se trouve aujourd’hui à un carrefour. Le retour à la viabilité financière, à la croissance et à la prospérité des citoyens italiens dépend de décisions vitales qui sont prises aujourd’hui. Concernant le pourcentage de PIB alloué aux dépenses de recherche et d’innovation, les 27 régions italiennes se situent en-deçà de la moyenne de l’UE. Au cours des dix à quinze années précédentes, le pays a connu une croissance inférieure à la moyenne et a vu sa compétitivité reculer. L’Italie mène actuellement des réformes structurelles destinées à en finir avec le marasme économique. La spécialisation intelligente pourrait catalyser ces efforts. M. Gregorio Muñoz Abad – Commissaire adjoint pour les Sciences & la Technologie, Gouvernement régional de Castille-et-León 11 « La spécialisation intelligente est d’autant plus nécessaire en ces temps de crise où le budget public a été réduit drastiquement. C’est le meilleur moyen (si ce n’est le seul) d’optimiser les gains de l’investissement public dans la recherche et l’innovation. En termes d’impact, cette approche doit déboucher sur la croissance et favoriser la réussite dans les secteurs économique régionaux susceptibles d’être compétitifs sur les marchés mondiaux, voire peut-être changer (ou moderniser) le modèle productif régional. Le principal obstacle proviendra sans doute de la nécessité de faire des choix. En effet, les gestionnaires publics ont du mal à choisir de concentrer les ressources sur un nombre réduit de priorités, ce qui suppose en quelque sorte de laisser le reste du tissu économique « à l’abandon ». Il faudra sans doute également compter avec des pressions importantes en provenance de nombreux secteurs. Le véritable défi, bien plus qu’un obstacle, consistera à impliquer l’ensemble de la société civile dans le processus par le biais d’un système de gouvernance très ouvert garantissant la participation de toutes les parties prenantes. La spécialisation intelligente n’entend pas trouver une solution uniforme pour tous. Au contraire, elle doit être adaptée à chaque territoire, pays ou région, qui doit savoir tirer parti de ses propres forces et atouts. L’objectif est de se spécialiser dans ce que l’on fait de mieux pour se différencier des autres, trouver les niches de marché où l’on peut devenir un acteur de stature internationale. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :