Opérations Spéciales n°9 sep/oct 2014
Opérations Spéciales n°9 sep/oct 2014
  • Prix facial : 7,50 €

  • Parution : n°9 de sep/oct 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 103 Mo

  • Dans ce numéro : la crise en Ukraine.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ACTUALITÉS ÉTRANGER, PAR JEAN-PAUL NEY UKRAINE, LA RÉGION S’ENFONCE DANS LE CHAOS C’est le flou total dans la région, la presse européenne évite de parler de guerre, plusieurs civils ont été tués et à l’heure où nous mettons sous presse, au moins 22 civils ont été tués dans des combats à l’arme lourde entre forces ukrainiennes et séparatistes russophones, en moins de deux jours dans l’est de l’Ukraine. Les Européens ont aussi décidé de renfoncer leurs sanctions économiques contre la Russie (gel d’avoirs, importation d’armes...). L’enquête du Conseil national de Sécurité et de Défense ukrainien sur le crash du Boeing malaisien - dans l’Est de l’Ukraine le 17 juillet - a révélé une « décompression » liée à une « forte explosion ». Une version qui confirmerait la piste du missile envoyé depuis une zone contrôlée par les séparatistes prorusses. Rappelons que le vol MH17 avait été abattu alors qu’il assurait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur avec 298 personnes à bord. UN CONFLIT QUI A DÉJÀ FAIT 1100 VICTIMES L’offensive des troupes ukrainiennes, qui ont déjà regagné du terrain fin juillet dernier, a donné lieu à de violents affrontements, notamment à Gorlivka, l’un des fiefs des insurgés situé à 45 kilomètres de Donetsk. Les combats acharnés se déroulent sporadiquement avec, souvent, l’appui de l’artillerie, les missiles sol-air sont encore entrés en action le 23 juillet dernier, l’armée ukrainienne annonçait alors que deux de ses avions de combat Soukhoï Su-25 avaient été abattus dans cette zone aux mains des séparatistes prorusses. Alors que le balai diplomatique s’intensifie, l’ONU a dénoncé le recours à des armes lourdes dans les zones d’habitations, aussi bien par les séparatistes prorusses que par l’armée ukrainienne. Les experts des nations unies ont publié un rapport qui fait état de plus de 1100 morts dans des combats dans l’Est depuis la mi-avril. L’ENQUÊTE IMPOSSIBLE Les experts néerlandais et australiens ont renoncé plusieurs fois à se rendre sur les lieux du crash du vol MH17 par mesure de sécurité, leurs véhicules ayant subi des tirs non-identifiés. Il semble impossible à ces experts de se rendre sur les lieux où demeurent débris et dépouilles, chaque Éléments philo-russes à Slaviansk, devant un BMD-2 Luca POGGIALI jour qui passe rendant l’enquête sur la catastrophe aérienne plus compliquée. En effet, même si l’épave et les restes sont gardés par des séparatistes, la zone est très dangereuse et il s’y déroule des combats sporadiques mais extrêmement violents notamment sur la route menant au site du crash. Ces experts sont des policiers australiens, non-armés, qui auraient pour unique rôle d’observer en détail le site, un volet important pour les besoins de l’enquête. Ces policiers sont les précurseurs d’une mission qui sera composée de 68 policiers malaisiens ainsi que des forces néerlandaises et australiennes, deux pays qui ont payé un lourd tribut dans le crash. Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a contacté le président ukrainien, Petro Porochenko, pour demander l’arrêt des combats près du site, avec Moscou les deux camps se renvoient la balle depuis que les débris ont été retrouvés. Les experts en accidents aériens ont expliqué aux deux partis qu’il fallait vite pouvoir accéder au site pour éviter « toute dégradation des preuves ou leur altération ». Un rapport confidentiel des services de renseignement américains expose plusieurs faits : Des hommes armés ont déplacé des débris, d’autres auraient été emportés. Selon la commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme Navi Pillay, le crash de l’avion malaisien abattu par un missile dans une zone contrôlée par les séparatistes prorusses pourrait s’assimiler à un crime de guerre. MISSILE, MAIS QUEL MISSILE ? La guerre sur le terrain est aussi violente que la guerre de l’information et par tous les moyens : réseaux sociaux, presse papier, télévisions et radios… Les deux belligérants se livrant à un déploiement de toutes les techniques connues à ce jour. La plus étonnante vient d’un article publié par l’édition allemande du Wahrheit fuer Deutschland, qui explique que le pilote ukrainien d’un Soukhoï Su-25 a revendiqué la responsabilité de la destruction du Boeing. Incroyable donc ! Ce pilote a raconté qu’il avait tiré sur le 777 avec un canon embarqué de 30 mm et que son appareil était présent sur les images satellite du ministère russe de la Défense. Le nom du pilote n’a forcément pas été divulgué… Intox quand tu nous tiens… Grâce à des images satellite, les services de renseignement américains affirment qu’un missile a frappé le Boeing. Les experts en armement soupçonnent un système de missiles sol-air de moyenne portée, connu dans la région sous l’appellation BUK (de type SA-11, SA-17 ou SA-20). C’est un armement en fonction tant dans les armées ukrainiennes que russes. La thèse la plus probable affirme que les séparatistes se sont peut-être procurés un BUK, et cela pourrait tenir la route. Suivez bien : Moscou, après avoir avancé l’hypothèse que l’appareil avait été détruit par un avion de chasse ukrainien (l’intox vue plus haut), semble aussi accréditer l’hypothèse du Buk mais cette fois-ci en pointant une responsa- 6 OPÉRATIONS SPÉCIALES SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
INFOS DÉFENSE bilité ukrainienne. Sauf que même si le système était en activité ce jour-là, l’armée ukrainienne n’a pas utilisé à ce jour ce type d’armement, et pour cause, les séparatistes n’ont pas un seul avion et aucune force aerienne de récupération ! L’intox russe de la manipulation ou de la provocation par Kiev ne tient donc plus (elle s’est répandue un instant sur les réseaux sociaux). Moscou est coincée avec cette terrible affaire et pour la première fois, donne au monde l’impression que Pinocchio est en train de se cacher derrière ses propres mains. GUERRES D’INFLUENCES : MOSCOU PERD PIED Comme nous l’avons vu, à chaque guerre son lot de désinformation et ses soldats électroniques. Et comme les guerres d’aujourd’hui comptent autant sur le champ de bataille médiatique que numérique, trois terrains sont de plus en plus privilégiés par les loyalistes ukrainiens et les dissidents prorusses. Tout d’abord la cyberguerre, avec plusieurs groupes des deux camps qui s’affrontent à travers cette « nouvelle guerre froide » comme le rappellent des politiques à Washington : les uns soutenus discrètement par les Etats-Unis et l’Europe, les autres par la Russie. Du plus petit defacing (publier un message politique sur un site Internet officiel) au plus gros sabotage informatique (vols de documents, piratages de téléphones ou attaques sur les infrastructures économiques et vitales) les hackers sont le plus souvent, du côté ukrainien, issus du terrain de la révolution ukrainienne. Les autres, soutenus par Moscou sont issus du véritable réservoir patriotique mais aussi militaire et civil, les meilleurs hackers au monde étant en grande majorité russes. L’Ukraine aurait, de son côté, engagé des mercenaires électroniques selon une lettre confidentielle américaine. Un niveau en dessous figurent les réseaux sociaux, puis les médias. Traditionnellement Moscou brille par son excellente maitrise de la désinformation, mais là, elle perd pied avec les médias, ne maitrisant même plus ses journalistes : une reporter a démissionné en direct de la chaine RT (Russia Television). Exaspérée par le traitement de l’information des événements en Ukraine de ces dernières semaines, la journaliste américaine Liz Wahl a claqué la porte sur le plateau de son émission. A ce jour, personne, pas même les analystes, n’est capable de prévoir l’évolution du conflit tant il est stratégique pour Moscou, engagée dans un bras de fer avec les nouvelles autorités de l’Ukraine. Télégrammes : Géopolitique, terrorisme, renseignement & opex. Irak/ISIS : La DGSE a procédé à des livraisons d’armes et conseille les combattants kurdes avec les Américains contre l’ISIS. Syrie/Terrorisme : Depuis quelques mois on avait déjà pu observer des affrontements entre Al-Nosra et des combattants de l’Etat islamique. C’est dans ce climat d’imbroglio que le nouveau chef d’Al-Nosra, Yaaqoub al-Omar aurait été tué par un attentat à la voiture piégé perpétré dans la région de Khan al-Soubol. Il avait succédé depuis avril à Abou Mohammedal-Ansari tué par les troupes de l’ISIS. Liban : Début août dernier les affrontements avec sunnites extrémistes à Aarsal, (ville frontalière avec la Syrie) ont couté la vie à 16 soldats libanais et 13 sont portés disparus. Le gouvernement syrien a affirmé son soutien à l’armée libanaise dans son combat contre les groupes terroristes. Hezbollah : La milice pro-chiite se montre de plus en plus aux côtés de l’armée régulière libanaise pour combattre les islamistes le long de la frontière avec la Syrie, sous l’œil et quelques saluts de la main des soldats israéliens… 4 e dimension, quand tu nous tiens… Libye/Milices : Les combats pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli qui ont opposé juillet dernier les milices de Zintane et de Misrata ont fait une cinquantaine de victimes. Les forces anti-islamistes du général Khalifa Haftar ont revendiqué des raids aériens menés lundi 18 août sur Tripoli. Cet été tous les ressortissants étrangers ont été évacués. Somalie/Putsch : Les Shebabs ont mené, fin juillet dernier, un vaste assaut contre le palais présidentiel de Mogadiscio, pénétrant dans le complexe ultra-protégé et fortifié baptisé « Villa Somalia » pour se se faire exploser. Le président somalien Hassan Cheikh Mohamud et le Premier ministre Abdiweli Cheikh Ahmed, à la tête des institutions de transition soutenues par la communauté internationale, ne se trouvaient pas sur place au moment de l’attaque et sont « tous les deux en sécurité », selon des sources officielles. USA/Terrorisme : Un nouveau document datant de 2013 et révélé par des journalistes démontre que pas moins de 680 000 personnes à travers le monde sont soupçonnées par les responsables américains d’être impliquées dans des activités en lien avec le terrorisme. Sur ce total, 280 000 personnes « n’ont pas d’affiliation reconnue à un groupe terroriste » tandis que les 400 000 autres sont soupçonnées d’être membres ou de soutenir des groupes considérés comme terroristes (Al-Qaida et Hamas). USA/Taupe : Les responsables de la sécurité nationale craignent désormais qu’une autre personne de leur camp ne fasse fuiter des informations classifiées, en effet, les dernières révélations dans la presse font état de documents obtenus bien après la démission-trahison de Snowden l’analyste de la NSA. La traque ne fait que commencer selon un membre du FBI. USA/Espionnage : Un ressortissant chinois, Su Bin (49 ans), a été arrêté en juin 2014 par les autorités canadiennes, il est accusé de piratage, complot, vol de documents confidentiels et secrets sur l’avion de transport militaire Boeing C-17 et les avions de chasse Lockheed Martin F-22 et F-35. Israël/Espionnage : Le Iron Dome, ou Dôme de fer israélien - qui a fait ses preuves lors de la pluie de missiles et roquettes du Hamas sur Israël - aura bientôt sa copie…chinoise ! En effet, les plans auraient été dérobés sous la barbe du Mossad, entre autres chargé de veiller à la protection des intérêts vitaux de la nation. SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 OPÉRATIONS SPÉCIALES 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 1Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 2-3Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 4-5Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 6-7Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 8-9Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 10-11Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 12-13Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 14-15Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 16-17Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 18-19Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 20-21Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 22-23Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 24-25Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 26-27Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 28-29Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 30-31Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 32-33Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 34-35Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 36-37Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 38-39Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 40-41Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 42-43Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 44-45Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 46-47Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 48-49Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 50-51Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 52-53Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 54-55Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 56-57Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 58-59Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 60-61Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 62-63Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 64-65Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 66-67Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 68-69Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 70-71Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 72-73Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 74-75Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 76-77Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 78-79Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 80-81Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 82-83Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 84-85Opérations Spéciales numéro 9 sep/oct 2014 Page 86