Opérations Spéciales n°8 jui/aoû 2014
Opérations Spéciales n°8 jui/aoû 2014
  • Prix facial : 7,50 €

  • Parution : n°8 de jui/aoû 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 54,3 Mo

  • Dans ce numéro : souvenirs de guerre... Afghanistan 1984.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
REPORTAGE UNITÉS D’ÉLITE S’en suit après une période moins « glorieuse » pour les SEALs. L’échec de la libération des 56 otages à Téhéran en 1980 est un coup dur pour les forces spéciales. Si les SEALs ne sont pas directement impliqués (la Delta Force de l’US Army devait mener l’assaut), l’Opération EAGLE CLAW n’en est pas moins un fiasco diplomatique et tactique. Une réorganisation profonde pour les forces spéciales s’effectue, mais le Pentagone devient réticent quant à l’utilisation de ces unités d’élite. En dépit de cette négativité croissante à l’égard des « commandos », les SEALs participent à l’invasion de Grenade en 1983. Ils déploient une unité du SEAL Team Six à Point Saline où ils doivent effectuer une mission de reconnaissance avant l’invasion – mais l’opération est un fiasco. Une autre équipe du SEAL Team Four parvient quant à elle à remplir sa mission sur l’aéroport de Pearls. La prise de la station radio de Beauséjour et la libération du gouverneur anglais fait prisonnier sont d’autres victoires à afficher sur le tableau des SEALs, mais la logistique et le déroulement des opérations sont encore à peaufiner. En 1989, lors de l’Opération JUST CAUSE au Panama, les SEALs sont une nouvelle fois appelés. L’un de leurs objectifs est de s’emparer de l’aéroport où stationne le jet privé de Manuel Noriega pour prévenir de toute tentative d’évasion par les airs. L’avion est finalement détruit, mais au prix de quatre morts et huit blessés du côté américain. Les hommes de l’opération RED WING, du SDVT-1. Seul Marcus Luttrell, troisième en partant de la droite, survécut à la mission. Le Lt. Murphy, à droite, reçut la Medal of Honor à titre posthume. (Photo US Navy) Après ces événements, qui assombrissent l’histoire et la réputation des SEALs, les théâtres d’opérations émigrent vers le Moyen-Orient. Quelques temps avant l’Opération DESERT STORM, en 1991, les SEALs doivent effectuer des patrouilles de reconnaissances le long des côtes du Koweït pour désigner les plages pouvant accueillir un débarquement massif. Puis lorsque l’opération est autorisée, des nageurs SEALs se rendent sur l’une des plages non sélectionnées pour l’invasion et y installent des explosifs, afin de faire diversion auprès des troupes Ces SEALs préparent leur mitrailleuse montée avant de partir en opération. (Photo US Navy/2nd Class Meranda Keller) 38 OPÉRATIONS SPÉCIALES JUILLET-AOÛT 2014
irakiennes. Cette mission constitue la première effectuée par les SEALs dans cette région du monde, et ce n’est malheureusement pas la dernière. Les SEALs sont de nouveaux appelés à combattre au Moyen-Orient en 2001 (Afghanistan) puis en 2003 (Irak). Aujourd’hui encore, des SEALs continuent à opérer dans ces pays, foyers importants du terrorisme islamiste. UNE ORGANISATION COMPLEXE Dans les années 1980, après la fulgurante ascension des SEALs au Vietnam, due à leurs succès incontestables, les forces spéciales cumulent les revers. Les dernières opérations ont montré le manque de coordination entre les différentes unités des forces spéciales à la fois de l’Army, de la Navy et de l’Air Force. Mais les échecs ont été étudiés et corrigés au fur et à mesure, et les évolutions ont permis de perfectionner l’organisation et les méthodes utilisées. Les SEALs (Sea, Air and Land) sont l’une des deux entités du Naval Special Warfare (NSW), l’autre s’agissant des SBT (Special Boat Team) précédemment étudiés. Ils répondent aux plus hautes autorités américaines : le Président des États-Unis, le Secrétaire à la Défense et le Joint Chiefs of Staff (bureau du chef d’état-major des armées). Les SEALs font partie intégrante de l’USSOCOM, commandement des opérations spéciales regroupant sous sa tutelle tous les commandements des forces spéciales des différents corps d’armée – le NSW pour l’US Navy. Il s’agit d’une organisation complexe et bien rodée, à la fois centralisée et suffisamment indépendante ORGANISATION DES SEAL TEAMS Naval Special Warfare Group ONE (basé à Conorado, Californie) SEAL Team 1 Opère dans l’ouest du Pacifique SEAL Team 3 Opère dans le Moyen et le Proche-Orient SEAL Team 5 Opère en Corée SEAL Team 7 (Depuis 2002) Opère dans l’ouest du Pacifique Naval Special Warfare Group TWO (basé à Little Creek, Viriginie) SEAL Team 2 Opère en Europe SEAL Team 4 Opère en Amérique SEAL Team 8 Opère en Méditerranée SEAL Team 10 (Depuis 2002) Opère en Méditerranée Naval Special Warfare Group THREE (basé à Conorado, Californie) SEAL Delivry Vehicle Team 1 Opère dans le Pacifique SEAL Delivry Vehicle Team 2 Opère dans l’Atlantique et en Méditerranée pour que les opérations se déroulent dans de meilleures conditions. Il y a aujourd’hui environ 2 500 SEALs, soit moins d’1% de l’effectif total de la Navy… Les SEAL Teams sont officiellement au nombre de huit. Elles sont divisées en deux NSW Groups (comme pour les Special Boat Teams vus dans le numéro précédent d’Opérations Spéciales) : le NSW-G ONE et le NSW-G TWO. Chaque équipe SEAL est composée de dix sections de combat, plus une équipe de soutien (administration, radios, plongeurs aidant les SEALs dans leurs insertions, etc.). Chaque section comprend elle-même seize personnes : deux officiers et quatorze hommes du rang. La section est souvent divisée en deux escouades de huit hommes. Enfin, les SEALs sont souvent couplés en un binôme de deux nageurs. Mais la plupart des opérations sont menées à l’échelle de l’escouade. Il existe cependant une autre SEAL Team, anciennement SEAL Team 6 (dissoute en 1987) et depuis renommée Naval Special Warfare Development Group (DEVGRU). Mais les missions qui lui sont assignées sont tellement secrètes que le gouvernement américain ne reconnaît même pas officiellement cette unité. Aux côtés des Delta Force de l’US Army, le DEVGRU opère sous la tutelle du Joint Special Operations Command (JSOC, commandement combiné des opérations spéciales). Le but initial du JSOC, créé en 1980, est de tester et développer les techniques et les armes des forces spéciales pour améliorer leurs capacités et assurer le plus possible la victoire à son camp. Mais le DEVGRU ne teste pas seulement les nouveautés dans des hangars, il effectue les missions les plus sensibles et les plus dangereuses car il est jugé plus apte et plus expérimenté que n’importe quelle autre unité des forces spéciales. Ces hommes sont en charge de toutes les opérations anti-terroristes dévolues à l’US Navy, à l’instar de la Delta Force pour l’US Army. Ils se sont récemment fait remarqués lors de l’opération NEPTUNE SPEAR, en mai 2011, aboutissant à l’élimination de Ben Laden. Les SEALs possèdent aussi leur propre unité de transport sous-marin. Les SEAL Delivry Vehicle Team (SDV-T) sont des équipes de nageurs, qualifiés SEAL, qui opèrent et maintiennent les submersibles utilisés lors d’infiltrations et d’exfiltrations de SEALs. Les SDVT-1 et SDVT-2 font partie du NSWG-3. A partir d’un sous-marin de l’US Navy, ces hommes effectuent leur trajet jusqu’aux côtes à bords de SDV (engin de transport pour les SEALs). Les nageurs installent ensuite leurs submersibles au fond de l’eau et finissent le trajet à la nage. LES SEALS AU COMBAT Les forces spéciales américaines ont à peu près toutes les mêmes missions. Avril 2012, Afghanistan. Ces SEALs recherchent des insurgés Talibans ou des personnalités d’Al-Qaïda dans la province de Paktia. (Photo US Navy/1 st Class Tim Turner) Ces locaux sont interrogés par deux membres des SEALs sur les activités des Talibans dans la région de Jaji. (Photo US Navy/1 st Class Tim Turner) JUILLET-AOÛT 2014 OPÉRATIONS SPÉCIALES 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 1Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 2-3Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 4-5Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 6-7Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 8-9Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 10-11Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 12-13Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 14-15Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 16-17Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 18-19Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 20-21Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 22-23Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 24-25Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 26-27Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 28-29Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 30-31Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 32-33Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 34-35Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 36-37Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 38-39Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 40-41Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 42-43Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 44-45Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 46-47Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 48-49Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 50-51Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 52-53Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 54-55Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 56-57Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 58-59Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 60-61Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 62-63Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 64-65Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 66-67Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 68-69Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 70-71Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 72-73Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 74-75Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 76-77Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 78-79Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 80-81Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 82-83Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 84-85Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 86