Opérations Spéciales n°8 jui/aoû 2014
Opérations Spéciales n°8 jui/aoû 2014
  • Prix facial : 7,50 €

  • Parution : n°8 de jui/aoû 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 54,3 Mo

  • Dans ce numéro : souvenirs de guerre... Afghanistan 1984.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
HISTOIRES D’ESPIONS Robert Hanssen la taupe du KGB au FBI « Pourquoi avez-vous attendu si longtemps ? » ce sont les derniers mots d’homme libre que Robert Hanssen prononcera le 18 février 2001 à ses collègues du FBI. Le mentor du contreespionnage américain est depuis 16 ans une taupe du KGB… Ce sera l’échec le plus catastrophique du renseignement de l’histoire de la Guerre froide. Par : Jean-Paul Ney En ce jour de février 2001, un homme rondelet habillé d’un costume de marque gris clair quitte le sous-bois de Foxstone Park en Virginie, aux Etats- Unis. Il marche en regardant ses pieds… Des caméras le filment, se seront ses derniers pas d’homme libre. Quelques secondes plus tard, alors qu’il saisit les clefs de son véhicule garé à quelques mètres, deux agents du FBI armés de fusils d’assaut foncent sur lui, puis deux autres hommes le saisissent et le menottent, puis encore six autres débarquent… Après avoir été menotté, Robert Hanssen, le mentor en matière contre-espionnage du FBI, relève la tête, il n’est pas sonné, il parait soulagé, il pose alors une question à l’officier qui vient de lui lire ses droits « pourquoi avez-vous attendu si longtemps ? ». Robert Philip Hanssen, alias « Greysuit », alias « Ramon », alias « Jim Baker » (voir encadré) vient d’être arrêté pour espionnage au profit de Moscou, autrement dit la Russie. Il a été condamné le 10 mai 2002 à la prison à vie par un tribunal fédéral de l’État de la Virginie. Hanssen avait commencé à espionner pour le compte de l’URSS en 1979 poursuivant sa collaboration jusqu’au moment de son arrestation avec le SVR, le successeur du KGB. Robert Hanssen « UNE DES AFFAIRES D’ESPIONNAGE LES PLUS GRAVES » Le FBI communique alors beaucoup sur l’affaire, on sait que l’espion a été interpellé dans un parc près de sa maison en Virginie. Ce type rondouillard de 56 ans, devenu l’un des spécialistes du contre-espionnage russe au sein du FBI, venait d’y déposer un HANSSEN, L’ESPION SURDOUÉ R obert Hanssen est né le 18 avril 1944, à Chicago, dans l’Illinois. A 14 ans il était déjà fasciné par les histoires d’espionnage, très jeune, il lira les mémoires de la célèbre taupe soviétique Kim Philby (dont nous vous parlerons bientôt). En 1966, au Knox College, Hanssen obtint l’excellent niveau AB en chimie, puis il avait déjà choisi le russe comme deuxième langue. Jusqu’en 1968 il se dirige vers des études dentaires à la Northwestern University de Chicago. Mais rapidement, il change d’avis pour s’orienter vers la comptabilité dont il obtient en 1971 un MBA puis son diplôme d’expert comptable en 1973. Parallèlement à ces dernières études, il travaille comme aide-comptable dans un cabinet d’experts-comptables de Chicago jusqu’en 1972. C’est à partir de cette dernière date qu’il entra au Chicago Police Department en tant qu’enquêteur de la section financière de l’Inspection Services Division (équivalent américain de l’Inspection Générale des Services, IGS). Une carrière explosive Le 12 juin 1976 à l’âge de 32 ans, Hanssen est engagé par le FBI et y restera jusqu’à son arrestation. A l’issue de sa période de formation, il est affecté au Field Office FBI d’Indianapolis où il est chargé de la lutte contre la délinquance en col blanc à la Resident Agency de Gary, dans l’Indiana, ce jusqu’au 1er août 1978. C’est dès le lendemain 2 août de cette même année qu’il fut affecté à New York pour travailler tout d’abord à la division criminelle. En mars 1979, Hanssen fut choisi pour participer à l’élaboration de la base de données informatisée du contre-espionnage de l’agence de New-York. Cette base de données devait contenir les fiches des résidents officiels étrangers, ainsi que des officiers de renseignement américains. Le niveau le plus élevé de classification des informations contenues dans ces bases informatisées était « Secret » l’équivalent en France du « Secret Défense ». Du 12 janvier 1981 au 22 septembre 1985, Hanssen fut affecté à la division intelligence de l’état-major du FBI, à Washington D.C., avec le grade de Supervisory Special Agent : une vraie promotion. Il était alors en charge de la gestion du budget affecté au contre-espionnage intérieur. A ce titre, il devait justifier des dépenses. Ce poste lui offrait la possibilité d’avoir droit de regard sur toutes les informations concernant les opérations d’espionnage et de contre-espionnage impliquant le FBI. En 1983, il fut affecté à l’unité d’analyse soviétique (Soviet Analytical Unit) qui est 18 OPÉRATIONS SPÉCIALES JUILLET-AOUT 2014
Image extraite de la vidéo originale de l’arrestation de Hanssen par le FBI. sac contenant des documents confidentiels pour ses contacts russes. Un peu plus loin, il devait en récupérer un autre, contenant celuici 50 000 dollars. Hanssen était sous surveillance depuis plus de quatre mois. A l’époque, déjà, la presse bien informée laissait entendre qu’il aurait été donné par un agent double travaillant, lui, à Moscou pour le compte des Etats-Unis. L’histoire est simple beaucoup plus simple. En attendant, La communauté du renseignement américain ainsi que la première victime, le FBI, le « bureau » est sur les genoux, mais il doit l’arrestation de cette taupe à un jeune agent de terrain, Eric O’Neil (lire encadré). PREMIER CONTACT Le 1er octobre 1985, un mois après avoir été nommé surveillant d’une escouade FBI/FCI à la division intelligence du bureau de l’Etat de New-York, Hanssen expédit en toute simplicité par la poste une lettre au domicile de Victor Degtyar, officier du KGB de la ligne PR travaillant sous couverture à Washington. L’officier qui l’ouvre, tombe sur une deuxième enveloppe cachetée sur laquelle il est écrit : Ne pas ouvrir. Donner cette enveloppe à Viktor Ivanovich Cherkashin. Viktor était alors le chef de la ligne KR du KGB en poste à l’ambassade soviétique de Washington. Lorsqu’il ouvre l’enveloppe, Cherkashin trouve une lettre dactylographiée en caractères majuscules. « B » alias Hanssen propose une relation à long terme basée sur « un intérêt mutuel », ainsi que « des documents secrets des projets les plus sensibles et protégés de la communauté du renseignement américain ». Le contact demande alors la somme de 100.000 dollars et pour prouver sa bonne foi, il balance le nom de trois officiers soviétiques recrutés par la CIA aux Etats-Unis : Boris Yuzhin (ligne PR en poste à San-Francisco), Sergeï Motorin (ligne PR en poste à Washington) et Valery Martynov (ligneX, en poste à Washington). Les informations relatives au recrutement des trois agents russes par les américains sont classifiées « Secret » au FBI, et les informations qu’Hanssen s’apprête à livrer à Victor Degtyar sont quand à elles classifiées « Top Secret », ce qui correspond en France au niveau de protection « Très Secret Défense ». Le KGB avait déjà eu vent de ces noms par une autre taupe, dont nous vous parlerons dans un autre numéro… Deux des trois officiers seront exécutés (Martynov et Motorin) soutenue par le travail d’enquête et d’investigations du FBI/FCI (Foreign Counter Intelligence). Il était également membre du comité technique du FBI/FCI qui était responsable de la coordination technique des projets relatifs aux opérations de contre-espionnage en provenance de l’étranger. C’est à ce poste qu’il commence à vendre des informations aux soviétiques. Du 23 septembre 1985 au 2 août 1987, Hanssen fut nommé surveillant d’une escouade FBI/FCI à la division intelligence du bureau de l’Etat de New-York, ce qui lui permit d’acquérir une expérience de terrain. Mais, en bon connaisseur des indices susceptibles le faire prendre, il attendit cette promotion pour s’acheter une nouvelle résidence plus spacieuse située au 9414 Talisman Drive, toujours à Vienna, en Virginie. C’est à cette adresse qu’il logeait avec sa famille au moment de son arrestation. En 1987, il retourne à l’état major de Washington pour y reprendre son poste de Supervisory Special Agent de l’unité d’analyse soviétique de la division intelligence. Le 25 juin 1990, il devient aide-contrôleur du personnel du quartier général du FBI. A ce titre, il se déplaçait beaucoup et visitait les bureaux dans le pays mais aussi les représentations du FBI à l’étranger et auprès des ambassades américaines. Le 1er juillet 1991, Hanssen fut nommé, au sein de la section des opérations soviétiques (Soviet Operations Section), responsable de programme de l’unité chargée de contrecarrer les efforts des agents soviétiques à acquérir des informations scientifiques et technologiques aux Etats-Unis, ce qui le faisait s’intéresser en particulier à la « ligne X » du KGB. Le 6 janvier 1992, il fut nommé Chief of the National Security Threat List de l’état-major du FBI (renommée « National Security Division » (NSD), en 1993). Hanssen est alors chargé de recentrer les efforts de cette unité sur l’intelligence économique. Le 12 avril 1994, Hanssen est affecté à l’état-major du FBI, dans le bureau de l’assistant du directeur pour le NSD. Du 12 février 1995 au 12 janvier 2001, il était le représentant du FBI à l’Office of Foreign Missions of the United States Department of State (DOS/OFM). A ce titre il était le mentor en matière contre-espionnage au sein de cet organe, et également l’interface entre le FBI et le bureau espionnage et recherche du bureau des missions à l’étranger du Département d’Etat. Le 13 janvier 2001, alors que de forts soupçons pesaient déjà sur lui, il fut affecté à un poste nouvellement créé au sein de la division des ressources et de l’information (Information Resources Division) de l’état major du FBI. Cette mutation avait été voulue pour poursuivre l’enquête du FBI le concernant mais sans éveiller sa méfiance. JUILLET-AOUT 2014 OPÉRATIONS SPÉCIALES 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 1Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 2-3Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 4-5Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 6-7Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 8-9Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 10-11Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 12-13Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 14-15Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 16-17Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 18-19Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 20-21Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 22-23Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 24-25Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 26-27Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 28-29Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 30-31Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 32-33Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 34-35Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 36-37Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 38-39Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 40-41Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 42-43Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 44-45Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 46-47Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 48-49Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 50-51Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 52-53Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 54-55Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 56-57Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 58-59Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 60-61Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 62-63Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 64-65Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 66-67Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 68-69Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 70-71Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 72-73Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 74-75Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 76-77Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 78-79Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 80-81Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 82-83Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 84-85Opérations Spéciales numéro 8 jui/aoû 2014 Page 86