Opérations Spéciales n°10 nov/déc 2014
Opérations Spéciales n°10 nov/déc 2014
  • Prix facial : 7,50 €

  • Parution : n°10 de nov/déc 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 86

  • Taille du fichier PDF : 83 Mo

  • Dans ce numéro : Colibri 2014... du ciel à la terre.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
JEUX VIDÉO ARMA III Pinto avala le cigare, d’un coup, comme ça… comme on avale une chips Lay’s sweet chili… Il se redressa sur sa chaise puis, nonchalamment, il balança un avertissement longuement fignolé « Il y a un dicton en Italie  : on peut se brûler la langue avec un bol de soupe… » mon sang ne fit qu’un tour, ma réplique lui glaça le sien « Il y a un dicton en Irlande  : rien à foutre des dictons italiens ». Il se leva et me brandit son horloge de bureau à l’effigie de Saddam Hussein « Certains sont tombés pour moins que ça… je veux ce test, car j’ai le bras long ». Et mon bras padrino ? il est poilu et musclé ! Cette dernière réplique sonna comme un chofar yéménite, le temps de déguerpir Cigare au bec, pieds sur le bureau, Pinto Berrafato avait l’air en pétard et je sentais que ça allait en chier pour mon matricule. Le padrino voulait ce fichu test d’Arma III, plusieurs lecteurs ayant fait un syndrome interstitiel, d’autres s’étant abonnés au magazine « Doggy Célébrités », l’heure était grave. Ma partie de Battlefield Vietnam pouvait attendre… Un test de Jean-Paul Ney-Papeur sur mon VAB ukrainien, laissant le padrino et sa Bayerische Motoren Werke très loin derrière. Il était temps de faire chauffer ma machine de jeu, désolé les viets, je dois vous quitter. Une fois de retour dans le camp Holloway à Pleiku, paquetage sur le dos, alors que les hauts parleurs crachaient « Hello Vietnam » de Johnny Wright, Adrian Cronauer explosa au micro, une dédicace rien que pour moi  : « Depuis que le monde est monde, jamais un bipède n’a eu autant besoin de se faire vider le poireau. » DU GROS CALIBRE Đi mộtngày đàng học một sàng khôn dit le proverbe vietnamien (Une journée de marche, un panier de sagesse). Car il vous en faudra paniers de sagesse en marchant pour appréhender Arma III, non pas qu’il soit un poil précis, mais ce bijou n’est ni Counter Strike ni Battlefield, cette licence c’est surtout le mélange du réalisme des deux (une balle peut tuer ou blesser et une dans la jambe vous rampez et devez vous soigner) tout en rajoutant une couche de simulation militaire tactique poussée à l’extrême possédant l’un des graphismes les plus aboutis à ce jour. Il en faudra donc du temps pour vous décrotter de votre siège, même le sergent Pepper aura du mal à vous en faire 50 dans le salon… Sans trop vous balancer d’infos qui casseraient le plaisir de découvrir nos tests de jeux, Arma III c’est la pointe du glaive en platine. Embarquons donc pour une partie, enfilez vos GPB, vos casques et munitions, ca va saigner chez les trolls… LE TOP DE LA SIM DE GUERRE Le petit frère d’Opération Flashpoint est incroyablement beau, rapide et mortel. Sorti dans les années 2000, Op Flash était le premier « open world FPS ». Avec les deux premières licences d’Arma, le troisième opus a décapité les tenants du titre pour s’offrir le podium à lui tout seul, il est - n’ayons pas honte des mots - le numéro 94 OPÉRATIONS SPÉCIALES NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2014
Ils n’ont pas voulu de nous en enfer ! ARMA III (plateforme Steam ou boîte) Image19/20 Il vous faudra la grosse config Bertha pour profiter du 19/20. J’ai hésité, mais il le mérite vraiment. Un point perdu pour quelques bugs ci et là. Son20/20 Incroyable. On est loin des sons en carton de Battlefield… Jouabilité..20/20 Fluide, quelques lags parfois. Pour jouer c’est clavier/souris indispensables, le bind des touches est long mais une fois habitué, vous dépasserez Gueorgui Joukov ! Durée de vie20/20 Des centaines de milliers d’objets, des mods et missions en pagaille, une version zombie depuis en stand alone (DayZ), une communauté sympatoche et pro, bref, une durée de vie infinie. Réseau...18/20 Quelques lags même si votre machine est une fusée de compétition. Mais bon, fallait bien trouver un défaut à ce jeu… NOTE FINALE  : 97/100 1 en simulation de guerre, surtout en mode multijoueur avec objectifs et missions variés sur une bonne centaine de kilomètres carrés… Au premier abord, à peine débarqué, on constate qu’au niveau graphique il est encore plus beau que Battlefield 3, supplanté par un moteur à la fois fluide et lisse comme le monde réel. Arma compte sa communauté passionné de simulation militaire extrêmement pointue, des modifications (mods, missions, objets personnalisés) téléchargeables par milliers et ses mobreux blogs et sites où votre bonheur sera comblé. Plus Arma avance à chaque version plus il est optimisé, réparé et débarrassé de ses bugs hasardeux tant au niveau de l’intelligence artificielle (IA) qu’au niveau graphique. Il est clair que si vous voulez lancer une partie et vous fritter dans la minute avec les barbus de l’Etat Islamok, passez votre chemin, on est surtout pas dans l’arcade pure, mais dans la sim-action, ce qui ne veut pas dire qu’on n’a jamais peur… bien au contraire… et comme l’écrit si bien Dean Koontz « Il ne sert à rien de gaspiller notre énergie à avoir peur des diables, des démons et des fantômes qui surgissent la nuit parce que finalement, nous ne rencontrons jamais rien de plus terrifiant que les monstres qui vivent parmi nous ». Avec Arma III, vos démons vont prendre chair ! LE POUR ET LE CONTRE Arma c’est avant tout, comme je vous le disais, une communauté, des professionnels comme les lecteurs de ce magazine ou bien des amateurs avertis, il faut gérer beaucoup de paramètres, réparer ses véhicules et surveiller sa santé, bien d’autres points aussi que je ne vais pas spoiler ici. Des armées, des unités spécifiques l’utilisent dans le cadre de leur instruction, aussi bien tactique que dans la gestion des ressources et des personnels sur le terrain. Arma III dans mes mains est un plaisir visuel, une immersion dans un monde où les n00bs sont bien loin, les crétins des réseaux qui vous foutent une partie en l’air ne peuvent pas y pulluler. Les joueurs sont aussi sérieux que le jeu luimême. Techniquement, la profondeur de champ est époustouflante, le souci du réalisme est là, doubles d’une rigueur et d’une immersion totales. Cette communauté vous fait bien comprendre que - dans les missions et sur presque tous les serveurs - la coopération est indispensable, l’erreur ne pardonne pas. Un conseil  : jouez à la campagne solo pour calibrer vos claviers et souris, vous habituer à la bête, oubliez la persistance de quelques bugs, téléchargez des packs et des mods. J’ai été très agréablement surpris par les sons des moteurs, des armes, tous reconnaissables. Il faut faire attention aux bruits, contourner un ennemi sans le buter alors que vous marchez depuis 15 minutes… on est loin, très loin d’un CS d’un COD ou d’un BF. Vous allez devenir accro, et comme le dit si bien Steven « Ils ont pas voulu de moi en enfer, c’est pas faute d’avoir essayé ». NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2014 OPÉRATIONS SPÉCIALES 95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 1Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 2-3Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 4-5Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 6-7Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 8-9Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 10-11Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 12-13Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 14-15Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 16-17Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 18-19Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 20-21Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 22-23Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 24-25Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 26-27Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 28-29Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 30-31Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 32-33Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 34-35Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 36-37Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 38-39Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 40-41Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 42-43Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 44-45Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 46-47Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 48-49Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 50-51Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 52-53Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 54-55Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 56-57Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 58-59Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 60-61Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 62-63Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 64-65Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 66-67Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 68-69Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 70-71Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 72-73Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 74-75Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 76-77Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 78-79Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 80-81Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 82-83Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 84-85Opérations Spéciales numéro 10 nov/déc 2014 Page 86