Onze n°80 août 1982
Onze n°80 août 1982
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°80 de août 1982

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Éditions de France

  • Format : (206 x 278) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 83,7 Mo

  • Dans ce numéro : les 100 meilleurs joueurs du monde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
C'est à San Diego (Californie), que se déroulera l'édition 1982 du « Soccer Bowl », au mois de septembre prochain. Au Murphy Stadium, le stade favori des San Diego Sockers, 50 000 spectateurs peuvent encourager Deyna et ses amis. Au son du canon. c'était l'horaire (15 heures), prometteur de belles photos qui nous avait attiré là-bas. Et aussi, parce que, c'est au San Diego Jack Murphy Stadium, le 18 septembre prochain, que sera joué le dernier match pour le titre, le fameux Soccer Bowl. Un stade qui a quinze ans, qui coûta plus de vingt milliards de centimes. A la mesure du potentiel sportif  : quatre millions de personnes à moins d'une heure et demie de voiture. Cinquante mille places  : l'année dernière, ils furent quarante mille à soutenir leurs favoris contre California Surf. Sachez aussi, pour l'anecdote, qu'un jour de l'année dernière, 70 000 personnes franchiront les portes d'entrée du stade  : ce n'était pas pour du « Socker », ni pour du footballaméricain, mais pour un concert des Rolling Stones. Avec plus de 22 personnes sur la pelouse ! Pour le match qui opposaient les San Diego Sockers aux Edmonton Drillers, sous un ciel bleu de carte postale, un dimanche après-midi, ils ne vinrent pas plus de huit mille. Une ambiance presque campagnarde. En lever de rideau des matches de mini « soccer » avec des équipes de tout-petits garçons qui s'appellaient California Sun, Shamrocks, Coyottes ou Diablos comme pour mieux souligner la présence toute proche du Mexique. Comme Edmonton se situe au Canada, on eut droit, en plus du traditionnel hymne américain, à l'hymne canadien  : « O Canada, glorious and free ! ». Nous n'assistâmes pas à un très grand match. Avec nostalgie, nous avons pu constater que le Polonais Kaz Deyna, émigré en Californie, conserve une fort belle technique. Mike Stojanovic, l'attaquant de pointe, de nationalité canadienne, nous, prouva tout le bien que nous pensions déjà de lui lorsque nous l'avions vu jouer contre le Mexique, au stade Aztec de Mexico, en éliminatoires de Coupe du Monde. Il faudra d'ailleurs un jour que nous effectuions un grand reportage sur la situation du « soccer » au Canada. Pour l'instant, comme au hockey sur glace, les clubs canadiens et les clubs nord-américains sont regroupés au sein de la N.A.S.L., mais il ne nous étonnerait pas qu'un jour le Canada prenne son indépendance lui qui possède déjà une équipe nationale olympique très compétitive et qui manque seulement d'expérience. Les prochains Jeux Olympiques de Los Angeles devraient d'ailleurs marquer, une progression de la popularité de l'équipe nationale américaine qui a du se contenter jusqu'à présent de rencontres amicales soit avec des adversaires de second rang soit avec des équipes trop fortes poi r elle. Il ne faudra pas manquer le grand rendez-vous dans deux ans, car on verrait naître alors, de la part de tous les jeunes, un phénomène d'admiration des joueurs de leur propre pays, ce qui est toujours nécessaire pour progresser. En attendant, et ce fut une nouveauté, les Américains purent regarder cet été tous les matches du Mundial à la télévision, sur les chaînes hispaniques il est vrai, mais en revanche, autre nouveauté, la chaîne A.B.C. retransmit, en direct, la finale Italie-R.F.A. Un signe qui ne trompe pas. Jean-Pierre Frimbois 62
.1111011040 La relève de San Diego semble assurée. Un style à la Pelé.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :