Œdipe n°9 mar/avr 2009
Œdipe n°9 mar/avr 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de mar/avr 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : speed dating, comment séduire en 8 minutes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Actus L’anglais incontournable pour décrocher un job cadre Le dernier rapport sur le marché de l’emploi des cadres publié par l’APEC (Agence pour l’emploi des cadres) annonce une baisse de 17% des recrutements en France pour l’année 2009. Seront épargnés par cet essoufflement ceux qui viseront deux secteurs, « la Recherche et Développement » et « l’informatique », mais à condition d’avoir une bonne maîtrise de l’anglais. C’était déjà un critère de sélection, c’est désormais « un atout majeur », constate l’APEC, pour l’accès à ces postes aussi bien en France qu’à l’étranger. Y compris pour ceux qui veulent bénéficier de la mobilité interne, la maîtrise de cette langue constituant « un facteur déterminant pour le choix entre deux cadres à niveau égal d’expérience ». À ne pas négliger puisque l’APEC constate que ces promotions internes représentent deux postes sur dix. Lors d’une précédente étude, l’APEC faisait déjà état de 34% d’offres d’emploi qui mentionnaient la nécessité de maîtriser au moins une langue étrangère. Et dans 81% des cas un niveau « confirmé » en anglais était exigé. Le conseil recrute KPMG recrutera 1 200 collaborateurs en 2009. Principalement des jeunes diplômés et étudiants (75%) mais aussi expérimentés (25%), issus des grandes écoles de commerce et de gestion, de grandes écoles d’ingénieurs, d’un troisième cycle, d’un DSCG (diplôme d’expertise-comptable) ou d’un BTS/DUT. Les postes à pourvoir à Paris et en province sont variés : des auditeurs financiers et informatiques, consultants spécialisés et aussi juniors expertise comptable/conseil, auditeurs PME, chargés d’externalisation paye et gestion sociale, juniors secteur non marchand. Réorientation Bretagne Sud à la pointe L’université de Bretagne Sud propose depuis maintenant 9 ans un cycle d’orientation consolidation pour tous les étudiants en situation d’échec au premier semestre de licence. Ceux-ci peuvent ainsi construire un nouveau projet d’orientation tout en se remettant à niveau. Visiblement c’est efficace, puisque, nous dit l’UBS, plus de 80% des étudiants qui suivent le cycle réussissent ensuite à valider un diplôme. Et ce, dans une filière qui correspondait pour 85% à leurs vœux. Enfin, 90% estiment que le COC était adapté à leur projet d’orientation. Au demeurant, ce cycle est une véritable formation, ce qui explique peut-être ce succès : enseignement à mi-chemin entre l’enseignement du lycée et celui de l’université avec un « encadrement resserré » et des travaux en petits groupes. Les étudiants sont soumis aux contrôles continus et à un examen final en fin de semestre, le tout assorti d’un relevé de notes qui permet de construire un dossier de candidature complet pour les filières sélectives, essentiellement des BTS et DUT. Sup de Co : mieux vaut un BTS qu’une prépa Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les BTS demeurent la formation initiale privilégiée par les recruteurs lorsqu’ils embauchent un étudiant issu d’une école de commerce et de management. Et non ceux issus des écoles prépas, spécificité très francofrançaise qui fait la fierté de certains et le désarroi de bien d’autres. C’est un sondage IFOP, réalisé pour la banque d’épreuves communes Passerelle ESC, qui révèle que ce premier profil intéresse 41% des recruteurs interrogés, contre 15% seulement qui jettent leur dévolu sur ceux qui sont passés en prépa. Moralité de l’histoire, au diable les préjugés élitistes, une formation bac +2 est aussi une très jolie porte d’entrée. TRIMESTRIEL N° 9 M A R S/A V R I L 2 0 0 9
« Docteurs & Compagnie » Un blog pour mieux décrocher un job dans le privé Voici un nouvel outil au service des docteurs qui cherchent à investir les entreprises : un blog qui permet aux chercheurs d’échanger des informations sur le marché de l’emploi dans le privé, sur les entreprises qui recrutent des docteurs, des idées et des bons tuyaux... Docteursetcompagnie, issu du magazine éponyme, est le premier blog francophone en Europe qui propose ces services en donnant surtout la parole aux jeunes chercheurs. On peut poser des questions sur les spécificités des contrats de travail dans le privé, trouver des infos sur des programmes de coopération, des pôles de compétitivité, la carrière de chercheurs, les procédures de recrutement de certaines boîtes, comme par exemple Saint-Gobain. Un espace d’information qui peut être très efficace puisque, selon les fondateurs du blog, la France compte près de 110 000 chercheurs dans le secteur privé (un chiffre multiplié par trois entre 1981 et 2005). Selon eux, le blog aurait reçu déjà plus de 3 000 visites issues de 52 pays différents. http://docteursetcompagnie.blogspot.com/Salaires hommes-femmes : les écarts « s’expliquent » Des chercheurs de Harvard et de l’université de Chicago identifient trois raisons à l’origine des différences de rémunération toujours importantes (et croissantes !) entre les sexes, et ce même au niveau MBA : les différences de formations antérieures au MBA, en termes d’interruption de carrière et d’horaires hebdomadaires. Si les débuts de carrières se font avec des salaires quasi identiques, les revenus des hommes dépassent de 30 points ceux des femmes cinq ans après l’obtention du MBA, et de près de 60 points entre dix et seize ans après ! La faute à qui ? Aux enfants qui incitent les mères à choisir des emplois favorisant la vie familiale. Exemple, elles font 52 heures par semaine contre 58 pour les hommes dix ans après l’obtention du diplôme. Au cours des 15 premières années qui suivent le MBA, les femmes avec enfant ont un déficit d’environ huit mois d’expérience professionnelle par rapport aux hommes, contre un mois et demi pour celles sans enfant. Nos fonctionnaires, illettrés ? C’est l’avis de Bernard Perrin, administrateur territorial honoraire qui affirmait, dans la Gazette des communes en janvier dernier, que « 200 000 agents des collectivités territoriales sont illettrés ». Rien que ça... Selon lui, pour redresser la situation, le CNFPT et les employeurs locaux sont aujourd’hui « contraints à un effort tout à fait exceptionnel » de formation. Plutôt pessimiste, il redoute qu’on doive ajouter « un solide contingent d’incultes des catégories A et B aux illettrés de la catégorie C », si la culture générale « marque un recul trop prononcé » dans les concours d’accès à la fonction publique. Visiblement pas réjouissant du tout, puisque, affirme-t-il, « quel que soit son emploi, quel que soit son grade, chaque agent d’une administration locale détient une parcelle de l’autorité publique et représente sa collectivité ». TRIMESTRIEL N° 9 M A R S/A V R I L 2 0 0 9 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :