Œdipe n°9 mar/avr 2009
Œdipe n°9 mar/avr 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de mar/avr 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : speed dating, comment séduire en 8 minutes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Insertion Passer sa thèse en entreprise : un plus pour l’insertion Alors que les chiffres concernant l’insertion des étudiants engagés dans la recherche restent inquiétants pour ce niveau d’études, certains tirent leur épingle du jeu, notamment quand ils travaillent dans et pour une entreprise. Les CIFRE sont un bon tremplin pour l’insertion. Un rapport de la DGRI (Direction générale de la recherche et de l’innovation) du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche montre en effet que le dispositif CIFRE (Convention industrielle de formation par la recherche) est à la fois « garant d’un bon déroulement de la thèse et de l’insertion professionnelle des docteurs ». Principe du CIFRE : un doctorant est embauché en CDD de trois ans ou en CDI par une entreprise au sein de laquelle il réalise sa thèse, en bénéficiant, comme ses collègues à l’université, du programme académique et de l’encadrement d’une équipe de recherche. Résultat apparent, ces doctorants, qui sont financés indirectement par le ministère, ont moins tendance à se disperser dans leur recherche, voire à abandonner, puisque l’enquête montre que non seulement 92% LES 10 DOMAINES DE RECHERCHE PRINCIPAUX DES CIFRE SHS Informatique Électronique Chimie Physique Mécanique Maths-Recherche-Opération Agro-alimentaire Mécanique des fluides Biotechnologies 17% 12% 10% 10% 8% 6% 4% 3% 3% 3% En savoir plus des doctorants soutiennent leur thèse, mais aussi que les trois quarts des 12 000 soutenues par ce biais depuis 1981, « l’ont été en moins de quatre ans ». 94% en emploi trois ans après contre 89% en moyenne pour tous les thésards Autre constat, les docteurs CI- FRE « s’insèrent bien professionnellement, en très large majorité dans les entreprises ». Ainsi, le taux d’emploi, trois ans après la thèse, est de 93 à 94% quand pour l’ensemble des docteurs la moyenne est de 89%. Et le salaire moyen d’embauche en 2006 était de 24 727 euros. NOMBRE DE CIFRE ACCEPTÉES BUDGET EN MILLIONS D’EUROS Rapport « Recherche et développement, innovation et partenariat », téléchargeable sur le site de l’ABG, www.abg.asso.fr/fichiers/4425/bilan-DGRI.pdf Après un recul du recours des petites et moyennes entreprises à ce dispositif au cours des années précédentes, les CIFRE ont repris du galon, notamment dans des entreprises indépendantes principalement de taille moyenne. En 2007, 1 185 CIFRE ont été conclues pour un engagement du ministère chargé de la Recherche de 47 millions d’euros. Une vingtaine de conventions CIFRE-CRAPS (Conventions de recherche pour l’action publique et sociétale) ont été signées en 2006 et une soixantaine en 2007 pour répondre également « à une réelle demande de la part d’associations, d’ONG et des collectivités territoriales, souvent dans le domaine des sciences humaines et sociales ». Camille Pons 2003 2004 2005 2006 2007 860 1000 1109 1155 1185 34,8 36,3 39,7 42,6 47 TRIMESTRIEL N° 9 M A R S/A V R I L 2 0 0 9
Insertion Quand la recherche sert à créer sa propre entreprise Romain Parent a passé une licence d’économie, un master Management Innovation dans un IAE* et fait deux mémoires de recherche. Et créé son entreprise, un site Internet de services, justement grâce à ses recherches. Une démarche peu courante en milieu universitaire où la recherche peine encore à mettre les étudiants sur le marché du travail autre qu’académique. C’est en effet son travail de recherche, sur la façon de rentabiliser Internet lorsque les internautes ne paient pas, qui a permis à Romain Parent de découvrir qu’il restait des créneaux « libres » sur ce marché. Et lui a donné l’idée de s’y engouffrer. « J’avais déjà fait un premier mémoire sur les problématiques de concurrence sur Internet pour une start-up qui édite un jeu en ligne et désirait rester leader sur son marché. C’est à travers ces deux recherches que j’ai vu qu’il y avait des idées non exploitées, que j’ai voulu mettre en pratique pour mon propre compte. » Sa société, créée avec deux autres étudiants, c’est un site Internet, sportganizer.com, qui lui sert en outre de « terrain d’expérimentation ». D’une pierre deux coups. Le site propose des services gratuits aux associations sportives, qui « n’ont pas les moyens de se les payer » pour leur communication interne : convocation aux matchs et entraînements des adhérents par e-mail et par SMS après spécification de l’événement par le coach, informé en retour de la même manière des éventuelles indisponibilités, téléchargements de conventions, licences, calculs d’itinéraires pour se rendre aux compétitions, etc. Services qui visent à remplacer le simple panneau d’affichage et à faire gagner du temps à tous. Un projet soutenu par un ministère C’est également le travail de recherche qui lui donne une clé pour rentabiliser le site : dédier un sponsor exclusif pour une activité et une tranche d’âge. Sponsor à qui l’on donne, en échange, la possibilité de proposer en avant-première, des produits adaptés à cette cible et de réaliser des tests marketing auprès de celle-ci. Un projet qui semble tenir la route puisqu’il est soutenu par le ministère de la Jeunesse et des Sports et compte déjà 300 clubs utilisateurs. Qu’un parcours recherche puisse aboutir à la création de sa propre activité tient aussi, selon l’étudiant, à une position innovante de l’IAE de Grenoble par rapport à ses « apprentis » chercheurs. Comme pour les CIFRE qui planchent sur des problématiques concrètes en entreprise, ici, le cahier des charges du master exige « de ne pas rester que dans l’abstrait ». De plus, l’IAE permet de cumuler deux spécialités de masters : entrepreneuriat qui rel ève du domaine professionnel et innovation qui relève de la recherche. « Avant, je n’envisageais pas de faire une thèse, mais le côté appliqué m’a justement convaincu », poursuit-il. « Et en plus, je fais de la recherche qui sert mon projet d’entrepreneuriat ! » Une double compétence pointue qui peut ouvrir aussi, estime-t-il, des postes intéressants en entreprise. Camille Pons * Institut d’administration des entreprises. TRIMESTRIEL N° 9 M A R S/A V R I L 2 0 0 9 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :