Œdipe n°8 déc 08/jan-fév 2009
Œdipe n°8 déc 08/jan-fév 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de déc 08/jan-fév 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : insertion, les diplômes d'université ont la cote.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Insertion Recrutement en entreprise : Les « universitaires » ont la cote Alors qu’elles leur ont longtemps préféré les diplômés d’écoles d’ingénieurs ou de commerce, les entreprises s’intéressent de plus en plus aux diplômés de l’université, selon une récente étude de l'APEC (Association pour l'emploi des cadres). 16 En effet, les entreprises recrutent davantage de jeunes diplômés issus de l'université et à des postes plus élevés. Côté cours, les étudiants préparent mieux leur projet professionnel, note l'APEC. Côté entreprise, recruter plus large est un moyen de faire face à une pénurie de candidats. Résultat, 70% des jeunes diplômés universitaires en 2007 sont en poste en 2008, pas si loin derrière les diplômés d'écoles d'ingénieurs (88%) et les diplômés d'écoles de commerce ou de gestion (81%). Recherche des « moules » différents Cet intérêt dicté par la conjoncture permet du coup aux entreprises de s'intéresser à des profils différents. « L'indépendance d'esprit des diplômés de l'université constitue un vrai plus pour les entreprises à la recherche de nouvelles façons de penser, d'analyser, ou de commercialiser des produits », analyse sur le site, Michèle Ouziel, responsable pour l'APEC des partenariats avec l'enseignement supérieur. Autres qualités appréciables, l'autonomie et la rigueur, sachant que, pour réussir à l'université, il Jeunes diplômés : un accès rapide au premier emploi Pas en panne de bonnes nouvelles, l'APEC signalait aussi dans son enquête sur « les jeunes diplômés de 2007 : quelle situation professionnelle en 2008 ? », que plus des trois quarts de cette promotion étaient en emploi au printemps 2008. Et ils décrochent cet emploi très vite : pour 81% en moins de trois mois. Deux bémols : les diplômés de chimie, biologie, droit, langues, sciences humaines et sociales s'insèrent moins facilement et la gente féminine est toujours mal traitée. 61% des femmes ont un statut de cadre contre 79% d'hommes et leurs rémunérations sont inférieures quel que soit le secteur ! faut savoir gérer sa charge de travail sans l'aide de personne. Du coup, les salaires d’embauche grimpent aussi, de 26 400 euros bruts en 2006 à 27 000 euros bruts en 2007, soit une hausse de 10%. Alors que, dans le même temps, le salaire médian reste inchangé à 30 000 euros pour les diplômés d'écoles de commerce, et a connu une hausse moins importante pour les nouveaux ingénieurs, en passant de 30 000 à 31 200 euros. On rajeunit les troupes Enfin, autre bon point, cette fois pour les jeunes en général, on cherche les débutants. Car si les jeunes diplômés représentent moins d'un quart des recrutements, c'est quand même à eux que la hausse des recrutements en 2007 a le plus profité (+ 6%). La construction et les services (informatique, banques, assurances notamment) sont les secteurs qui ont le plus « rajeuni » leurs troupes. Bref, malgré la crise financière*, ça va quand même beaucoup mieux pour les étudiants côté insertion... Camille Pons * en juin, les recruteurs prévoyaient 600 000 à 670 000 embauches de cadres entre juillet 2008 et juin 2009. Aujourd'hui, l'APEC ramène ces prévisions en dessous des 600 000. TRIMESTRIEL N°8 D É C E M B R E 2 0 0 8



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :