Œdipe n°7 sep/oct/nov 2008
Œdipe n°7 sep/oct/nov 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de sep/oct/nov 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : apprenez les langues avec le Wwoof.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
International 28 diant basque espagnol qui a pu ainsi croiser « d'autres jeunes mais très adultes en même temps, qui savent beaucoup de choses, être indépendants... » « C'était l'auberge espagnole ! » Côté fermiers, on est gagnant aussi. Faire du bio, c'est faire beaucoup à la main, sans l'aide de pesticides ou de produits chimiques, une agriculture « intensive » pour laquelle des aides ne sont pas négligeables. Les hôtes profitent aussi d'une expérience internationale sans bouger de chez eux. Ce qui explique que certains n'hésitent pas à accueillir 5, 6, 8 wwoofers en même temps. De quoi égayer les journées et confronter les cultures, comme le souligne Gonzague. Là où il a été reçu, conversations, débats et grands éclats de rire rythmaient ainsi la journée. « C'était l'auberge espagnole ! » Camille Pons S'inscrire et postuler, mode d'emploi - Depuis le site international, www.wwoof.org, vous pouvez choisir la destination de votre choix, parmi plus de 50 pays répartis dans tous les continents : Australie, Grande-Bretagne, Irlande, Mexique, Argentine, Cameroun, Afrique du Sud, Turquie, Israël, Japon, Inde… - L'inscription, possible en ligne, revient à environ une trentaine d'euros. Validité : un an, suffisamment pour repartir chaque fois qu'on peut. - Il faut compter deux à trois semaines pour recevoir votre carte et la liste des annonces auxquelles postuler. Pas de panique, on peut candidater quasiment jusqu'à la veille du départ et changer de ferme sur place assez facilement, à condition qu'il y ait de la place. - Le même type de volontariat est proposé sur le site helpexchange, www.helpx.net. TRIMESTRIEL N° 7 O C T O B R E 2 0 0 8
Vie étudiante Bénévolat associatif : Engagez-vous, rengagez-vous ! Il existe plus d'un million d'associations en France. Autant dire qu'il y a matière à s’engager. L'expérience est le plus souvent très enrichissante, de surcroît valorisante en terme de compétences et sur le CV. 26% des étudiants seraient bénévoles dans une association selon l'OVE (Observatoire de la vie étudiante). Pas encore assez pour beaucoup d'assos qui ont besoin de bras pour du soutien scolaire, de l'aide alimentaire, animer des activités culturelles et sportives dans des banlieues défavorisées mais aussi sur un campus... Vous avez le choix Plusieurs raisons de se lancer. Les engagements sont très variés. Il y a évidemment l'engagement solidaire au sein d'une association locale – adressez-vous à la mairie – ou nationale, comme l'AFEV, les Restos du Cœur, la Croix- Rouge, Emmaüs, le Secours Populaire, le GENEPI... La solidarité se joue aussi sur le campus : dans une asso qui facilite l'intégration des étudiants étrangers, une autre qui organise des projets humanitaires. Vous pouvez aussi proposer vos services à une association culturelle, sportive… – là aussi, piochez allègrement dans la liste des association du campus généralement disponible auprès du service vie étudiante. Pourquoi s'investir ? Enfin, pour ceux qui se sentent une âme plus politique, il est possible de s'investir dans un syndicat étudiant. Un moyen de défendre les droits de ses alter-ego à l'université, au sein des différents conseils, au CROUS, etc., tout en apprenant les règles de la démocratie au plus près. Pour ceux qui manquent de bonnes raisons, il faut retenir qu'un engagement apporte beaucoup tant sur le plan humain que professionnel. C'est l'occasion de mettre certaines compétences à l'épreuve : apprendre à gérer un projet de A à Z, à atteindre des objectifs, à travailler en équipe, développer ses qualités d'écoute, ses capacités d'initiatives, l'autonomie. Et c'est très apprécié sur un CV, voire dans certaines facs qui valident l'engagement dans les cursus. Idem côté perso. On apprend beaucoup sur soi, on développe son esprit critique car au-delà des cours, on touche du doigt une réalité. Enfin, cela peut être « une réponse au malaise et au mal-être étudiant », comme le soulignait le président de l'OVE, Guillaume Houzel, à l'occasion de rencontres dédiées au bénévolat il y a quelques années, parce que « la vie associative leur fournit un cadre » et favorise les liens avec les autres étudiants. Camille Pons Comment choisir son asso ? Un engagement, c'est du sérieux. Du coup, un peu de réflexion avant de choisir ne nuit pas : • FAITES LE POINT : quels types de projets vous intéressent, quelles sont vos compétences, le temps que vous être prêt à consacrer à une association ? • CONSULTEZ LES LISTES DES ASSOCIATIONS : à la Maison des étudiants de votre campus, sur www.animafac.net (associations étudiantes), sur www.associations.gouv.fr (actualité du monde associatif),• Des groupements mettent en relation leurs associations avec les bénévoles, notamment via leurs SITES INTERNET : Espace Bénévolat (www.espacebenevolat.org) ou encore France Bénévolat (www.francebenevolat.org),• Vous pouvez aussi faire du BÉNÉVOLAT EN LIGNE, notamment pour des activités de type graphisme, multimédia, traduction etc. Voir www.betobe.org. TRIMESTRIEL N° 7 O C T O B R E 2 0 0 8 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :