Œdipe n°3 sep/oct/nov 2007
Œdipe n°3 sep/oct/nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de sep/oct/nov 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : les jeunes docteurs à la peine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Services Les SCUIO-IP à la croisée des chemins Il y a quelques mois, les directeurs des SCUIO-IP* se sont retrouvés à Bordeaux pour leurs journées nationales annuelles. Un rendez-vous institutionnel qui nous plonge dans la vie de ces services, mais il n’est pas inutile de mieux savoir ce qui s’y passe pour optimiser ce qu’on peut en attendre en vue de sa réussite… et ne pas être un « usager » passif de l’université. 18 Enjeux de la mobilité internationale étudiante, liaison lycéeuniversité, accompagnement de l’étudiant dans son cursus, missions des SCUIO-IP dans l’insertion professionnelle, orientation et formation tout au long de la vie, pratiques documentaires à l’ère du numérique, insertion et employabilité… Beaucoup de thèmes ont été abordés et approfondis lors de ces journées nationales, les 2, 3 et 4 juillet derniers, par quelque 250 personnes représentant 75 des 84 services concernés. Il serait prétentieux, en quelques colonnes, de résumer trois jours de discussions et de multiples ateliers, aussi préférons-nous nous faire écho des travaux les plus directement liés à l’insertion professionnelle. Et là aussi, il y aurait beaucoup à écrire… Une préoccupation : l’accompagnement de l’étudiant tout au long de son cursus « L’accompagnement de l’étudiant tout au long de son cursus » est évidemment l’une des préoccupations centrales des services, bien que la diversité de sa prise en charge selon les université ne plaide pas toujours pour que son affichage soit clair pour tous les étudiants. Et pourtant : une quarantaine d’universités (soit la moitié) sont à ce jour engagées dans un processus de ce type, quel que soit le nom qu’il porte (il est souvent associé au thème du projet professionnel). L’ouverture internationale, un défi « Face aux enjeux de la mobilité internationale, nos services doivent confronter nos missions et nos structures par rapport aux autres services équivalents en Europe, afin de mieux accompagner nos étudiants à choisir et effectuer leur mobilité. » Cette première étape dans le développement d’un service d’accompagnement est indispensable, mais elle apparaît insuffisante et plusieurs services (à Strasbourg, Bordeaux, Metz…) ont mis en place des projets évolutifs en fonction des niveaux : tant en licence, où l’on note une progression de * Services communs universitaires d’information et d’orientation – insertion professionnelle l’exploration du thème jusqu’à sa valorisation, qu’en master puis en doctorat débouchant sur des forums jeunes diplômés. Le rôle du SCUIO dans toutes les étapes est fondamental : il est parfois concepteur, parfois pilote ou coordonateur, et la valorisation des parcours et la recherche d’emploi fait appel à ses compétences. Pour autant, comme l’a fait remarquer lors de ces journées Jean Biarnès, représentant la Délégation interministérielle à l’orientation, les SCUIO doivent encore prendre de l’ampleur et de l’importance dans le cadre de la réussite universitaire et de l’accompagnement tout au long du cursus. Un socle de missions Parallèlement à ces dispositifs d’accompagnement, dont le développement est inéluctable, les services exercent une mission d’orientation, confiée par la loi, qui ne se conçoit pas sans l’insertion professionnelle, perçue comme l’aboutissement du travail avec l’étudiant durant son parcours de formation. Pourtant, selon les établissements, cette mission dépend ici des SCUIO et ailleurs d’autres services (cellules TRIMESTRIEL N°3 O C T O B R E 2007
Insertion professionnelle et employabilité : quelles compétences pour nos étudiants ? Extrait de la conclusion de la table ronde sur l’ouverture vers le monde du travail. « Depuis 2 à 3 ans, on constate que le contexte du marché de l’emploi pour les jeunes diplômés est devenu plus favorable. Une augmentation du volume des recrutements par rapport aux offres d’emplois s’est surtout manifestée dans le secteur des services, qui représente les 2/3 des emplois actuels. L’employabilité peut se traduire comme l’emploi plus sa pérennité. En d’autres termes, résonner sur l’employabilité conduit à envisager non seulement la formation en vue de l’emploi, mais également des outils et des perspectives de formation tout au long de la vie afin d’assurer une évolution professionnelle logique au cours de la carrière. Les interventions des principaux invités ont confirmé ces tendances ainsi que le bien fondé de l’expérience bordelaise du monitorat d’entreprise. Mis en place depuis plusieurs années, celui-ci permet aux doctorants d’effectuer pour l’équivalent d’un monitorat (environ 6 mois) un travail auprès d’une entreprise, lui permettant de mieux connaître cet environnement, d’acquérir une expérience professionnelle et de montrer ce que les jeunes diplômés peuvent apporter aux entreprises. » emploi, cellules relations-entreprises, observatoires d’insertion, services de stages…). Toutefois, lorsque ces « missionsactions » associant orientation et insertion relèvent des SCUIO-IP, elles se traduisent principalement par les activités suivantes : • le portage des conventionnements avec des partenaires extérieurs publics et privé de l’emploi (APEC, ANPE Cadres…). À ce titre, les consultants des SCUIO et des enseignants ont été formés à la méthodologie d’accès au marché de l’emploi ou à la recherche de stages ; • la mise en place d’une logique de suivi des étudiants, par la réalisation d’enquêtes d’insertion pour répondre aux enquêtes ministérielles mais également pour satisfaire à la mission d’orientation dans le cadre de la politique d’établissement ; • le développement de liens avec les milieux socio-économiques (fédérations professionnelles, entreprises, collectivités territoriales, associations d’emploi) prenant la forme de conférences métiers, de forum d’emplois à l’université, de visites d’entreprises ; • le développement de réseaux européens permettant la confrontation de méthodes et d’expériences ; • le suivi particulier de l’insertion des doctorants et des docteurs, audelà de l’accompagnement des étudiants en L etM, par la mise en place de bilans de compétences, du nouveau chapitre de la thèse, des doctoriales, du m on i - t o r a t d’initiation à l’entreprise… Insertion : de multiples expériences en cours Au titre du processus d’insertion professionnelle, de multiples expériences sont actuellement conduites dans les universités. En licence par exemple, à Limoges, TRIMESTRIEL N°3 O C T O B R E 2007 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :