Œdipe n°3 sep/oct/nov 2007
Œdipe n°3 sep/oct/nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de sep/oct/nov 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : les jeunes docteurs à la peine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Insertion Insertion des JD : le bon cru 2007 Trois jeunes diplômés sur quatre sont en poste moins d’un an après avoir décroché leur diplôme, alors qu'ils n’étaient que trois sur cinq il y a un an, selon la dernière enquête de l'APEC auprès de diplômés 2006 de niveau bac +4 et plus aujourd’hui en activité. Un chiffre « à l'image de l'attitude ouverte des recruteurs à l'égard des jeunes diplômés », commente l'association. 12 Il a fallu moins d'un mois à la moitié des jeunes diplômés (JD) de la promotion 2006 pour trouver un premier emploi, mais en moyenne, les jeunes diplômés cherchent pendant deux mois et demi. « La poursuite de l’amélioration de la situation économique profite donc aux sortants 2006 », en conclut l’APEC (Association pour l'emploi des cadres), qui note cependant que les bac +4 et diplômés universitaires occupent fréquemment des emplois en décalage avec leurs souhaits et leur projet professionnel, bien qu’ils soient satisfaits d’être en activité. Des écarts entre université et grandes écoles TRIMESTRIEL N°3 O C T O B R E 2007 Évidemment, des écarts sensibles sont observés entre les diplômés de l’université et des grandes écoles de commerce et d'ingénieurs : 6 JD de l’université sur 10 sont en poste moins d’un an après l’obtention de leur diplôme, contre près de 8 sur 10 pour ceux des grandes écoles. Cependant, le nombre de jeunes issus de l'université en poste après un an augmente (13 000 de plus qu’en 2006). Ces chiffres sont aussi fonction des disciplines étudiées, puisque dans l’informatique, les télécommunications, les technologies multimédia, la gestion, la comptabilité, l’administration ou encore les RH, les universitaires font souvent jeu égal avec les diplômés d’écoles. Les inégalités restent toutefois visibles en termes de salaires : les diplômés d’écoles touchent en moyenne des salaires plus élevés de 20% que les JD d'universités. L'APEC remarque par ailleurs que, contrairement à certaines idées reçues, les jeunes diplômés en sciences humaines affichent
un taux d'insertion équivalent aux autres JD issus de l'université. En revanche, ils travaillent davantage dans le secteur public (37% contre 19%). Un clivage public-privé Plus de 7 jeunes diplômés sur 10 travaillent dans le secteur privé, et moins de 3 sur 10 dans le secteur public. Les conditions d’emploi sont « relativement meilleures dans le privé que dans le public », précise l’enquête, car « les jeunes ont plus souvent le statut cadre », « signent plus fréquemment un CDI » (64% contre 22%) et « le salaire moyen y est 1,3 fois supérieur à celui du public ». Le privé offre également une plus grande diversité de fonctions. À noter que les entreprises privées recrutent davantage d’ingénieurs généralistes en métallurgie, mécanique, aéronautique, ainsi que des jeunes issus des filières de gestion, comptabilité, administration et RH (18% dans le privé contre 9% dans le public), tandis que le secteur pu-blic recrute davantage dans les filières sciences humaines (21% contre 7% dans le privé) et en physique, chimie, biologie, géologie (13% contre 6%). Véritable choc culturel Savoir se préparer Par ailleurs, l’APEC a eu la bonne idée de croiser les regard de managers et de jeunes diplômés… Et de conclure à un « véritable choc culturel » : les JD « ont notamment tendance à penser qu’ils sont spécialistes d’un domaine et qu’ils vont pouvoir mettre en pratique cette expertise. Par ailleurs, ils n’ont pas toujours conscience de la nécessité de développer leur capacité à manager. » Or, dans la réa-lité, le champ de leur mission est plus généraliste qu'ils ne l'imaginaient. De plus, « même s’ils ont l’impression d’être bien préparés à l’entretien, il existe déjà un décalage entre les jeunes diplômés et les recruteurs », car les premiers sont peu sensibilisés à « une approche réaliste du métier » et ne réalisent pas « qu'ils vont devoir rendre des comptes et suivre le rythme de l'entreprise » une fois en poste. Les jeunes diplômés ont également tendance « à minimiser l’importance des codes de l’entreprise et la nécessaire adaptation aux types de Jusqu’au 9 novembre, l’APEC organise dans toute la France la 3 e édition des Semaines Jeunes Diplômés, avec au programme des rencontres, des tables rondes et des conférences avec des experts du marché de l'emploi. Pré-inscription obligatoire au 0 810 805 805 (n°azur, prix d'un appel local depuis un poste fixe). « Le jeune est mieux armé s’il s’informe des habitudes du secteur qu’il vise, afin d’éviter des déconvenues et des temps de recherche trop longs. Aussi, une expérience dans l’entreprise est un bon tremplin pour y rester, notamment dans les secteurs agro-alimentaire, construction, métallurgie, mécanique, électronique ou encore transports et télécommunications. Le dépôt de CV sur Internet s’avère efficace dans le secteur des activités informatiques. La candidature spontanée (par courrier ou par Internet), quant à elle, porte ses fruits dans la banque ou l’assurance. » relations humaines en vigueur », tandis que « les managers sont attachés à un mode classique de comportement souvent éloigné des schémas propres aux jeunes ». Les ajustements « interviennent au bout de 6 à 12 mois ». Bref, la situation s’améliore, mais il reste encore à faire pour que ces deux mondes se comprennent mieux. F.C. Étude téléchargeable sur www.apec.fr rubrique Espace presse Une période faste pour les JD qui visent le statut cadre « C’est la première fois depuis 2001 que les recrutements externes ont été plus élevés que les départs, signe que le marché est devenu plus propice aux cadres. L’ensemble des recrutements de cadres a progressé de 17% par rapport à 2005. Les embauches de jeunes diplômés au statut cadre ont quant à elles augmenté pour la troisième année consécutive ». TRIMESTRIEL N°3 O C T O B R E 2007 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :