Œdipe n°20 mar/avr/mai 2012
Œdipe n°20 mar/avr/mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de mar/avr/mai 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : comment rédiger et soutenir un rapport de stage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26/PROFILS/France se situe parmi les pays intermédiaires pour lesquels le travail étudiant concerne la moitié de la population. Les Italiens préfèrent chez papa-maman En Grande-Bretagne, en Allemagne, en Suède et au Danemark moins d’un étudiant sur trois vit au domicile parental. Ces pays se caractérisent aussi par une capacité d’accueil en résidence collective relativement élevée, notamment en Suède. À l’opposé, on trouve les pays d’Europe du sud, ainsi que la Suisse et la Pologne à un degré moindre, pour lesquels les situations d’indépendance résidentielle sont plus rares. Cette tendance est particulièrement marquée en Italie où 76% des moins de 25 ans mais aussi 70% des 25-29 ans vivent chez leurs parents. Les facteurs culturels liés au rôle central de la famille dans la société italienne, mais aussi le coût des études et la répartition de l’offre de formation sur le territoire incitent les étudiants à rester au domicile parental, quitte à allonger leurs temps de transport. La France occupe une position intermédiaire puisque, lorsqu’ils ne vivent pas en résidence collective, les étudiants se répartissent assez équitablement entre logement individuel et domicile parental. EPICURE ŒDIPE//NUMÉRO 20 Enfin, le montant des ressources des étudiants européens reste fortement lié aux différences de niveau de vie entre les pays. Par rapport au revenu mensuel médian des étudiants européens (850 euros), deux pays se distinguent nettement par le haut, la Suisse et la Grande-Bretagne, avec des ressources moyennes égales ou supérieures à 1 500 euros (dans ces deux pays, le niveau de vie général est comparativement assez élevé). À l’autre extrémité, les étudiants polonais et roumains disposent de ressources mensuelles inférieures à 600 euros. Alors : où aimeriez-vous étudier maintenant ? * Au sens très large, comprenant aussi bien les emplois formalisés en lien ou non avec les études que les activités rémunérées plus informelles comme le baby-sitting ou le soutien scolaire. LA SOURCE Ces données mises en forme par l’OVE en limitant les comparaisons à 10 pays européens ont été publiées en octobre 2011 dans Social and Economic Conditions of student life in Europe.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :