Œdipe n°2 mai/jun/jui 2007
Œdipe n°2 mai/jun/jui 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de mai/jun/jui 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : quand les DRH évaluent les diplômés de l'université.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Société Les 15-35 ans, des individualistes solidaires ? Égalité, respect, solidarité : tel serait le nouveau triptyque des valeurs des 15-35 ans selon une enquête. Pour autant, cette génération manifeste aussi de fortes tendances à l'individualisme. Explication du paradoxe. 16 Les 15-35 ans « perçoivent la société française comme une société bloquée. Ce rapport d’impuissance développe une individualisation des attitudes pour contourner cette situation. De ce fait, si on ajoute l’autonomisation des individus face aux institutions et le progrès technologique, nous sommes en présence d’une génération individualisée qui va devenir au fil des ans la règle de la société française tout entière. » Telle est l'une des conclusions de l'étude « 15-35 ans : les individualistes solidaires » que vient de publier le très sérieux Observatoire de la Fondation de France. En quelques mots LE NOUVEAU TRIPTYQUE RÉPUBLICAIN : ÉGALITÉ, RESPECT, SOLIDARITÉ LES VALEURS QUI NE FONT PLUS ÉCHO : FRATERNITÉ, LIBERTÉ DES NOTIONS PLUS DISTANTES : LE COURAGE, LA FOI L'égalité des droits comme valeur politique Et pourtant, la solidarité apparaît également comme une valeur phare de cette génération. Y aurait-il un paradoxe à associer ainsi individualisme et solidarité ? Pas forcément : en fait, dans la mesure où « les valeurs qui ont aujourd’hui une réelle dynamique consacrent l’individu », cette génération est, très logiquement, attachée à l'égalité des droits et surtout des chances comme valeur politique, mais aussi à la solidarité, pour que chacun puisse vivre décemment, comme valeur sociale. À cela se rajoute le respect de l’autre, « valeur protectrice de l’individu au quotidien ». En clair, l'individu doit être protégé comme cellule de base de la communauté. La solidarité comme valeur sociale Évidemment, ces valeurs ont un impact sur la manière de percevoir la vie de la cité : « Très critique sur la société française, les jeunes ne font plus confiance aux politiques, à l’entreprise et aux médias. Ils privilégient de nouveaux acteurs qui sont liés à l’action des individus. Les associations et l’action citoyenne vont être privilégiées ». Autre enseignement intéressant, « l'écologie n'est plus la valeur refuge des jeunes. Si le respect de la nature fait partie des préoccupations, il l'est au même titre que le respect des individus ». On en revient toujours au même point. L'avenir dira si cette mutation des valeurs et la poursuite de l'émancipation de l'individu, héritage de la modernité, sont porteuses de sens ou annonciatrices d'un repli sur soi généralisé. TRIMESTRIEL N°2 M A I – J U I N 2007 F.C. L’intégralité des résultats est téléchargeable sur le site de la fondation de France www.fdf.org
Fonction(s) publique(s) La « territoriale », pourquoi pas ? Les collectivités locales emploient moins de personnels que l’État, mais ont créé un emploi sur 10 en 2006, selon l’Insee, qui prévoit une prolongation de la tendance pour 2007. Ajoutons d’emblée que, de 1994 à 2004, les effectifs de ces collectivités (régions, départements, communes, syndicats de communes) ont augmenté de 20%, conséquence de la décentralisation et du transfert de compétences de l’État dans de nombreux domaines (emploi, culture, sports, éducation, aménagement, environnement…). De nouveaux recrutements sont par ailleurs attendus compte tenu de la pyramide des âges et des départs à la retraite. Et ce n’est pas le choix qui manque, puisque la fonction publique territoriale propose pas moins de 250 métiers. Selon les tendances de l’emploi publiées par l’Observatoire de la fonction publique territoriale (www.observatoire.cnfpt.fr), 23 200 recrutements sont prévus en 2007, en particulier dans les domaines suivants : interventions techniques (30%), prestations sociales et culturelles (22%), direction et gestion des ressources (18%), éducation (17%), enfance et jeunesse (7%) ou encore politiques publiques d'aménagement et de développement (5%). Des tendances encourageantes Les métiers les plus recherchés sont les travailleurs sociaux, les aides-soignants et les aides à domicile, mais les collectivités recruteront également beaucoup Approfondir : site du Centre national de la fonction publique territoriale www.cnfpt.fr d’ingénieurs, de techniciens, et d’agents d'exploitation de la voie publique. En outre, un quart des collectivités qui envisagent des recrutements déclarent éprouver des difficultés concernant notamment les infirmiers, les agents d'accueil social ou encore les policiers municipaux et les aidessoignants, car les candidats ne correspondent pas aux profils recherchés ou les rémunérations ne correspondent pas à leurs attentes. Enfin, sachez que les organismes communaux (communes, centres communaux d'action sociale, caisses des écoles et de crédit municipal) déclarent à eux seuls les deux tiers des recrutements envi-sagés, toujours selon l’Observatoire de la fonction publique territoriale. Mais plusieurs collectivités interrogées remarquent que, s'il ne manque pas de candidature, pour répondre aux offres, elles ne trouvent pas de bons candidats, par ailleurs souvent sur-diplômés. TRIMESTRIEL N°2 M A I – J U I N 2007 17 F.C.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :