Œdipe n°18 jun/jui/aoû 2011
Œdipe n°18 jun/jui/aoû 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de jun/jui/aoû 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (170 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : comment rebondir après une première année de santé ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 parole d’expert ‘ En matière d'intégration, les attentes des entreprises ont-elles évolué ces dernières années ? L'intégration a longtemps été le parent pauvre du recrutement. Mais de plus en plus d'entreprises se préoccupent de cette question. Les efforts vont dans deux sens : les entreprises font plus d'intégration et réfléchissent davantage à la façon de faire. Avant, on se contentait plus souvent d'une présentation ou d'une sorte de grand-messe. On leur préfère aujourd'hui des dispositifs plus ludiques et interactifs : des questions à poser à un dirigeant ou un manager, des petits-déjeuners avec les dirigeants, des jeux de pistes, etc. Parce que l'apprentissage se fait mieux lorsque l'on est acteur que face à une présentation. On retient davantage. « Pour réussir son intégration, il faut être pro-actif » Serge Perrot est enseignant-chercheur à l'université de Paris Sud 11, spécialisé en gestion des ressources humaines, notamment sur les questions d'intégration en entreprise. Après plusieurs années passées à exercer en ou pour l'entreprise, au sein de DRH ou via des activités de conseil, il devient maître de conférences à l'université Paris Dauphine juste après l'obtention de son doctorat, en 2000. Il garde un lien avec le monde de l'entreprise par le biais de travaux de recherche, d'activités de conseil et de formation continue. « Les cultures sont différentes selon que l'on travaille pour un théâtre, chez KPMG, dans la grande distribution... » Comment un jeune diplômé va-t-il réussir son intégration ? Ce qui est important, c'est d'être pro-actif. On ne doit pas attendre que tout tombe du ciel et que l'entreprise fasse l'intégration. Votre intégration, c'est aussi et d'abord vous qui la faites. Le jeune doit en être l’acteur, c'est-àdire qu'il doit aller chercher de l'information, du feedback, apprendre à connaître les gens, donc créer son réseau, comprendre comment fonctionne l'entreprise, prendre des initiatives. En revanche, cela n'a aucun sens de dire « comportez-vous comme ci et pas comme ça » car les EPICURE Œdipe N°18 - ÉTÉ 2011 cultures sont différentes selon que l'on travaille pour un théâtre, chez KPMG, dans la grande distribution... Il faut d'abord apprendre son métier, comprendre qui fait quoi, donc nouer des contacts avec les gens avec qui l'on travaille, et enfin comprendre l'entreprise. Certains conseillent de regarder l'organigramme, estce utile ? Un organigramme n'est qu'un élément de l'entreprise. Pour moi, cela n'a pas trop de sens de dire « regardez l'organigramme pour vous intégrer » d'autant que cela ne se passe pas toujours comme présenté dans l'organigramme ! « Comprendre qui fait quoi, donc nouer des contacts avec les gens avec qui l'on travaille »
Comment aller chercher des informations ? Il faut observer, poser des questions, mais évidemment il n'y a pas UNE bonne façon mais X façons et moyens de faire. Mais il faut se renseigner : parfois simplement sur l'intranet RH, auprès d'un collègue à la pause café ou au déjeuner, en allant toquer à une porte, sachant que, par exemple, dans certains endroits c'est bien vu, dans d'autres non. Et taper à toutes les portes peut énerver aussi ! Il faut donc comprendre avant les codes et les comportements. Cette recherche d'informations doit-elle se faire avant l'entrée dans l'entreprise ? Évidemment, cette recherche d'information commence avant, mais c'est forcément superficiel car quand on cherche un emploi, on écrit partout. Et la connaissance n'est pas la même de l'extérieur que de l'intérieur. Il faut se dire qu'une fois là, il faut continuer d'apprendre. « Savoir rester à sa place au début, arriver a minima en étant humble » Y a-t-il des comportements à éviter ? Il faut savoir rester à sa place au début, arriver a minima en étant humble. D'abord on comprend, ensuite on propose. Pour une bonne intégration, il faut être attentif aux signaux et essayer de décoder. De toute façon, de plus en plus d'entreprises aident à ça (voir encadré). Pourquoi est-ce important de préparer cette intégration ? L'intégration n'est pas une période facile, pour plusieurs raisons. On arrive dans un endroit que l'on ne connaît pas, on a l'impression que l'on ne sait rien faire, on se pose pleins de questions, on se sent tout petit et on a peur de déranger... C'est dur mais il faut faire sa place. La meilleure préparation, c'est quoi ? C'est d'avoir envie et d’être n ature l l e ment pro - a c t if, car on apprend plus facilement. Pour bien choisir son poste et son entreprise, il faut donc durant ses études faire des stages pour multiplier les expériences, voir ce EPICURE Œdipe N°18 - ÉTÉ 2011 que l'on aime ou pas. C'est d'autant plus important que les étudiants ont des représentations des métiers qui ne sont pas toujours très justes. Le rapport au travail a également changé pour cette génération. Les jeunes semblent être davantage consommateurs, zappeurs et utilitaristes. Ils ne perçoivent plus l'entreprise comme un endroit où éventuellement ils pourront faire leur vie mais se demandent ce qu'elle va pouvoir leur apporter (lire le sujet sur la Génération Y page 16). Et ils ont tendance à vouloir un peu tout : un super job, super bien payé... Ils doivent essayer de trouver un équilibre entre ce qu'ils veulent et ce qu'on leur donne. Propos recueillis par Camille Pons Les principales pratiques d'intégration auxquelles vous aurez peut-être « droit » • être préparé avant votre arrivée en recevant des informations,• être accueilli le premier jour par le ou les managers,• bénéficier d'une action de communication : remise de documents (livret d'accueil par exemple), accès à l'intranet, parcours et visites de sites et services...• on facilite la création de votre réseau en favorisant les rencontres avec vos collègues,• être formé à la prise de poste et à la culture d'entreprise ; il peut y avoir pour ce faire un parrain ou tuteur métier et un parrain pour la culture, Si les grandes entreprises formalisent davantage les pratiques d'intégration, les PME ne sont pas en peine d'initiatives. L'intégration s'y fait souvent de manière plus informelle, sur le terrain, via le dirigeant, un fonctionnement en binôme, des déjeuners avec les collègues, etc. 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :