Œdipe n°17 mar/avr/mai 2011
Œdipe n°17 mar/avr/mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de mar/avr/mai 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (170 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : automobile, des métiers qui tiennent la route.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 parole d’expert ‘ copyright DR Depuis quand les tests de recrutement sont-ils en vogue ? Depuis le début des années 80 surtout. Aujourd'hui, les tests se sont assez généralisés parce que les compétences sont nombreuses et, face au nombre de candidatures, les recruteurs ont besoin de juger de plus en plus les candidats sur leur personnalité. Les aptitudes sociales les intéressent davantage parce que les aptitudes techniques ne manquent pas. Mais à côté des États-Unis où l'on fait passer 10 000 MBTI par jour, on ne peut pas dire non plus qu'en France ce soit extrêmement répandu ! Qui a des chances de se faire tester ? Quelqu'un qui se prépare à une profession libérale ou prétend à des postes tels que celui de journaliste, dans la communication, le droit ou encore à un poste de consultant, ne passera jamais un test de sa vie. En revanche, les candidats dans les secteurs commerciaux, de la banque, des assurances, dans ce qui relève de l'ingénierie ou dans Tests de recrutement N’ayez pas peur ! Les tests de recrutement sont parfois inévitables selon les fonctions auxquelles vous postulez. Si légalement vous avez le droit de les refuser, ne le faites pas mais jouez le jeu, comme l’explique Gilles Azzopardi, psychosociologue et auteur notamment des « Nouveaux tests de recrutement ». l'informatique, ont toutes les chances de passer un test. Les agences d'intérim les utilisent également beaucoup pour faire la différence face à une abondance de compétences*. Chaque secteur a aussi ses tests privilégiés : le PAPI est par exemple utilisé dans le secteur de la banque. « S'informer pour savoir à quelle sauce vous allez être mangé et jouer le jeu sans vous imaginer que vous êtes plus futé que les recruteurs » Qu'est-ce qui est testé ? La plupart des tests mesurent aujourd'hui 5 grands traits de personnalité que je nomme « les big five » : le degré d'extraversion, de convivialité, la stabilité émotionnelle (telle la gestion de la colère), l'ouverture d'esprit, et la conscience professionnelle. Quels sont les tests dont on doit se méfier ? La graphologie**, l'astrologie [pour détecter si, selon votre signe astral, vous êtes susceptible de vous trouver en harmonie avec l'entreprise, EPICURE Œdipe N°17 - Mars-Avril 2011 vos forces et faiblesses, NDLR] ou encore les tests sanguins [qui consistent à cataloguer les gens en fonction de leur groupe sanguin, NDLR], c'est du vent ! Mais les tests sanguins sont surtout utilisés au Japon pour voir si vous êtes harmonique par exemple ! Peut-on refuser un test ? On ne refuse rien, même si légalement on peut. Le principe, c'est de jouer le jeu. Dites-vous que dans la majorité des cas, ces tests, comme le PAPI ou le SOSIE, ont été mis au point spécialement pour le recrutement et validés. Et il y a une grande différence avec les années 80 où l'on proposait des tests psychologiques qui dataient des années 50 et étaient inadaptés. En revanche, il faut demander les résultats car cela montre que l'on s'implique. Comment s'y préparer ? Il faut prendre un bon bouquin pour voir comment cela se passe, qui va être testé, quel genre de questions vont être posées. Il faut aussi bien comprendre la mécanique. Ne rentrez pas dans le jeu
de « l'indice de désirabilité ». Certes, que vous soyez extraverti est important pour devenir commercial alors que ça ne l'est pas pour postuler à un emploi d'informaticien. Mais ne maquillez pas la réalité. Vous n’y parviendrez pas parce que les psy ne sont pas des imbéciles. Si l'on vous demande si vous avez déjà piqué des bonbons, craché, etc. et que vous répondez non partout, on voit que vous êtes un menteur ! De toute façon, si vous êtes introverti, vous ne postulerez pas pour un poste de vendeur. Les deux principales choses à faire, c'est de s'informer pour savoir à quelle sauce vous allez être mangé et jouer le jeu sans vous imaginer que vous êtes plus futé que les recruteurs. « C'est l'occasion de rectifier parfois des fausses idées que l'on a sur soi » Certains tests, comme les tests projectifs, restent décriés, faut-il en avoir peur ? Les tests projectifs ont été mis au point il y a longtemps. Ils sont de moins en moins utilisés dans l'univers professionnel car ils sont très lourds et très coûteux, puisqu'ils supposent derrière des psychologues très spécialisés. C'est le cas par exemple du TAT de Murray [où l'on doit imaginer une histoire à partir d'une image, NDLR] – et du test de Rorschach [qui extrapole les comportements à partir de l'imaginaire censé trouver sa source dans les représentations inconscientes à partir... de taches d'encres ! NDLR]. Les questionnaires de personnalité sont aujourd'hui, de mon point de vue, remarquablement bien faits. Un test, la plupart du temps, sert à préparer un futur entretien. Ce n'est pas un couperet genre « il a mal répondu, il n'est pas retenu ». C'est davantage un outil de travail que de sélection. Ça se prépare donc comme un partiel ou un entretien. De plus, il faut aborder les choses de manière détendue. Si l'on est épuisé, que l'on a un coup de blues..., cela se reflète dans les résultats. EPICURE Œdipe N°17 - Mars-Avril 2011 Pour être distant émotionnellement, dites-vous que c'est l'occasion de passer un test gratuitement. Or, un test vous donne un coup de projecteur objectif sur vous-même. C'est l'occasion de réfléchir, de rectifier parfois des fausses idées que l'on a sur soi. À prendre donc comme un bénéfice personnel. Propos recueillis par Camille Pons * Les tests sont aussi beaucoup utilisés auprès des jeunes diplômés et des candidats qui visent l'encadrement. **Pourtant, selon les études, entre 80 et 90% des entreprises avouent l'utiliser. On peut rajouter à ces tests « fumeux », la chirologie qui s'intéresse à la chaleur, la forme, aux empreintes et aux lignes de la main, censées révéler votre tempérament, la numérologie ou encore la palmologie qui s'intéresse à la forme de la main et à la longueur des doigts ! Quelques références• « Réussir les tests d'entreprises », « Nouveaux tests de recrutement », Gilles Azzopardi, Marabout,• « Le Guide des tests de recrutement », Sabine Duhamel, Studyrama,• « Réussir les tests de sélection », Clothilde Hanoteau, L'Express Éditions,• « Rebondir » Hors-série 2010. Les principaux tests• D'intelligence pour évaluer la forme d'intelligence, concrète ou abstraite, déductive ou intuitive...• D'aptitude pour évaluer certaines qualités (concentration, mémoire, rapidité d'exécution...).• De personnalité pour évaluer les grands traits de caractère.• De mise en situation. La plupart du temps, vous aurez une batterie d'exercices qui peuvent se présenter sous forme orale, écrite, dessinée, informatisée, sur fiches, à base de manipulations... En France, le test de personnalité le plus répandu est le PAPI, suivi du SOSIE et du Potentiel de Sigmund, ce dernier notamment pour les commerciaux. Le MBTI, venu des États-Unis, est utilisé en particulier dans la finance et l'ingénierie. Vos droits• Vous devez être informé avant des méthodes et techniques d'évaluation qui vont être utilisées.• La loi rend obligatoire la communication des résultats.• Vous pouvez refuser un test. 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :