Œdipe n°17 mar/avr/mai 2011
Œdipe n°17 mar/avr/mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de mar/avr/mai 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Éditions Épicure

  • Format : (170 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : automobile, des métiers qui tiennent la route.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 ‘ Metiers Rencontre Alice de Brauer, responsable de la politique Environnement de Renault Sur quoi travaille-t-on chez Renault avec une compétence environnement ? Nous avons une approche intégrée pour travailler sur le produit fini qu'est la voiture, et sur la façon dont nous le produisons dans nos usines. Sur les voitures elles-mêmes, pour diminuer la consommation et les émissions de CO2, et sur le recyclage. Nous produisons par exemple des matières plastiques pour les réintégrer dans nos voitures neuves. Un travail titanesque : pour une Mégane, nous utilisons 35 kg de matière plastique recyclée et touchons plus de 100 pièces ! Nous avons surtout fait rentrer l'environnement dans tous les métiers. Un petit cercle regroupe ceux qui font des expertises, pour tout ce qui concerne les traitements de la pollution (voitures et usines), la compréhension de la réglementation et leur transcription technique dans les client) ou MUC (Management des unités commerciales). Plus pointue, la licence pro Organisation et management dans les services de l'automobile de Marne-la-Vallée ou de l'IUT de Grenoble, permet de viser des postes de chefs après-vente dans la distribution. Enfin, pour la maintenance dans les garages et chez les concessionnaires, les BTS AVA (Après-vente automobile), très répandus, sont appréciés. Crédits : Renult - G.Uferas Recherche électroniciens et motoristes pour voitures vertes métiers, l'éco-toxicologie, le recyclage, mesurer et modéliser les comportements des contaminants, etc. À côté, nous avons modifié les compétences attendues sur les métiers classiques pour intégrer la préoccupation environnementale : ceux qui font du génie civil, par exemple, travaillent sur les fluides mais doivent prendre en compte la question de la toxicité. Enfin, l'électronique et l'électricité font des entrées en masse, comme la chimie nécessaire pour la conception de batteries. Faut-il suivre des formations précises pour viser ces métiers ? Certaines formations d'ingénieurs et de techniciens ont intégré cette dimension, comme c'est le cas dans les écoles des Mines. Pour les candidats issus de formations plus classiques, il est clair qu'une spécialisation de 3 e cycle les fera passer devant les autres. En revanche, les formations généralistes dédiées à l'environnement offrent peu de débouchés. Même si on peut, par ce biais, devenir responsable environnement d'une usine car il y a l'eau et les déchets à gérer. En France, il reste néanmoins beaucoup à faire au niveau bac +3, même si certaines formations existent comme la LP Traitement et analyse de l'eau et des déchets aqueux de l'IUT d'Orsay. EPICURE Œdipe N°17 - Mars-Avril 2011 Côté tendances, ce sont les électroniciens, avec les motoristes et les mécaniciens, qui sont certainement les profils les plus demandés. Logique car les voitures ont de plus en plus d'électronique (pour ouvrir sa fenêtre, stabiliser la vitesse, permettre l'assistance au freinage...). Pour programmer ces ordinateurs de bord, outre des ingénieurs électroniciens issus d'écoles telles l'ESIGELEC ou l'ENSIE (qui forme aussi des techniciens) ou de DUT ou LP, on recrute également des informaticiens, y compris issus de masters universitaires. Cette demande répond à une autre tendance, la fabrication de véhicules respectant des contraintes environnementales. Ce sont justement les ingénieurs électriciens et électrochimistes qui vont œuvrer sur les véhicules hybrides**. Un cursus
en biologie ou en chimie peut être aussi le bienvenu pour fabriquer les agrocombustibles obtenus par synthèse de résidus agricoles. Même s'ils « ne sont pas encore utilisés à très grande échelle, on en retrouve aujourd'hui dans tous les moteurs », remarque Luis Le Moyne. À noter à ce titre que le master en Qualité de l'air et lutte contre le bruit que propose l’université de Versailles, forme à intervenir en amont dans la construction des véhicules. L’électrique, bientôt 10% du marché mondial Renault, qui a estimé que les véhicules électriques représenteraient 10% du marché mondial à l'horizon 2020, est associé avec la Région Ile-de-France notamment, et prévoit d'ici 2012 la fourniture de 80 à 100 véhicules électriques dans la région alors que les collectivités installeront 300 points de charge. Le constructeur a aussi lancé une gamme de 4 véhicules pour répondre à des besoins différents : à côté du Kangoo électrique se conçoit par exemple le Twizy, un mixte entre le scooter et la mini voiture. La Fondation Renault s'est par ailleurs associée aux écoles des Ponts, des Mines et Polytechnique pour ouvrir le master Transport et développement durable, puis avec Paristech, pour le master Mobilité et véhicules électriques. L'enseignement aborde la maîtrise de l'énergie des véhicules électriques, leur architecture, l'analyse des cycles de vie des matériaux, l'écoconception... Les diplômés, qui ont à la base des profils d'ingénieurs ou de techniciens (génie électrique, industriel...), pourront viser les métiers liés à la conception et à la production, la R&D, la fabrication, les process d'industrialisation, la qualité et le contrôle... Ils pourront aussi valoriser ce savoir-faire dans des collectivités et des organismes qui développent les infrastructures « qui vont avec » (installation de recharges de batteries, par exemple), ou encore dans les cabinets conseils spécialisés dans l'aménagement, les entreprises gestionnaires de transports de passagers, ou encore l'après-vente, où ces connaissances permettront de s'occuper de ces véhicules... Les constructeurs ont enfin une obligation de recyclage. Sur ces fins de vie peuvent se greffer tous les métiers de l'environnement en lien avec le traitement et la valorisation des déchets. On peut aussi cibler des usines de retraitement et imaginer EPICURE Œdipe N°17 - Mars-Avril 2011 une seconde vie à toutes les pièces. « Des métiers à inventer et appelés à se développer », selon Luis Le Moyne. Camille Pons * L'autre école, l'ESTACA (École supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile), est privée * *qui combinent moteur thermique et électrique ou électrochimique et électrique Le monsieur de chez Peugeot n’a rien à dire La communication aussi fait partie des grands métiers de l’automobile : l’image d’une marque est en effet une des clés d’une bonne commercialisation des produits. Une image qui se travaille à différents niveaux, notamment en direction de la presse. Et là, surprise lorsque nous avons voulu rencontrer un responsable de chez Peugeot : Jean-Charles Lefebvre, responsable de la communication du site PSA de Sochaux, nous a expliqué que nous ne rentrions pas dans son « champ de communication ». Dont acte : nous sommes allés rencontrer la CGT, plus accueillante, pour évoquer les conditions de travail en usine. 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :